D1 dames: après l'agression et l'émotion, le PSG en mission à Lyon

Jeremy TALBOT
<p>Kheira Hamraoui dans la photo de gauche, le 20 septembre 2016 au stade Charlety de Paris, et Aminata Diallo dans la photo de droite lors de la SheBelieves Cup dans le Mapfre Stadium de Columbus dans l'Ohio le 1er mars 2018 aux Etats-Unis.</p>

Les championnes de France du Paris SG tenteront de surpasser la déflagration interne causée par l'agression de leur milieu Kheira Hamraoui, une saga médiatique aux multiples secousses, dimanche chez leurs rivales de Lyon lors d'un sommet de D1 en prime time (21h00).

Affiche suprême chez les féminines, le choc OL-PSG, programmé au Parc OL et diffusé sur Canal+, bénéficie d'un coup de projecteur dont ses actrices se seraient finalement bien passées.

Le milieu du ballon rond reste stupéfait après le guet-apens dont a été victime Hamraoui la semaine passée, une information révélée par le quotidien L'Equipe mercredi, peu de temps après l'interpellation de sa coéquipière Aminata Diallo, témoin de la scène entendue pendant deux jours par la police, avant d'être relâchée.

Le 4 novembre, l'internationale française de 31 ans, ramenée chez elle par Diallo après un dîner d'équipe, a été extraite du véhicule par deux hommes masqués qui l'ont "rouée de coups sur les jambes avec une barre de fer" avant de prendre la fuite, a expliqué la procureure de Versailles.

- "Avant tout mental" -

Le groupe parisien, informé de l'attaque, a eu les nerfs solides mardi contre le Real Madrid, remportant 4-0 le choc de son groupe en Ligue des champions, devant les 18.000 spectateurs du Parc des princes et avec Diallo titulaire, en l'absence de Hamraoui.

<p>La milieu du PSG et des Bleues Kheira Hamraoui le 11 avril 2016 au stade du Hainaut à Valenciennes.</p>

Le premier obstacle passé et, déjà, les regards étaient tournés vers Lyon.

"Il y aura à nouveau un beau stade, à nouveau du public, à nouveau une grande équipe. Le match de Lyon, ce sera avant tout mental", a alors prédit l'entraîneur Didier Ollé-Nicolle, une formule qui prend un sens accru après les développements ultérieurs.

Les jours suivants, le club s'est en effet retrouvé dans l'oeil du cyclone avec l'interpellation de Diallo et son interrogatoire à rallonge, couplé à la garde à vue d'une connaissance, en détention provisoire à Lyon. Une autre internationale du PSG, Sakina Karchaoui, présente dans la voiture avec les deux joueuses au début du trajet, avant l'agression, a aussi été entendue par les enquêteurs.

La police s'est un temps concentré sur la piste d'une rivalité sportive, entre Hamraoui la titulaire et Diallo la remplaçante qui évolue au même poste, une hypothèse qui a surpris en interne où les deux femmes sont décrites comme "amies".

Diallo, 26 ans, "conteste formellement" les accusations l'ayant visée et "déplore la mise en scène parfaitement artificielle d'une rivalité entre elle et Kheira Hamraoui qui justifierait qu'elle s'en soit prise à sa coéquipière", a d'ailleurs soutenu son avocat Mourad Battikh, dans un communiqué transmis à l'AFP.

<p>Christiane Endler la gardienne chilienne de l'Olympique Lyonnais dans le Groupama Stadium de Decines près de Lyon le 13 novembre 2021.</p>

- Report refusé -

Bouleversé par l'affaire, le PSG a annulé ses activités médias avant la rencontre à Lyon, qu'il a tenté de faire reporter. La Fédération française de football, organisatrice du championnat, a repoussé la requête, formulée tardivement.

Le choc entre l'OL et le PSG, deux équipes parfaitement lancées en championnat (7 victoires chacune), aura donc lieu comme prévu dimanche, quatre jours avant un déplacement des Parisiennes jeudi (21h00) au stade Alfredo di Stefano de Madrid pour la deuxième manche contre le Real.

Le club de la capitale misera sur sa prolifique attaquante Marie-Antoinette Katoto pour tenter de faire trembler la défense de Christiane Endler. La gardienne chilienne, passée du PSG à l'OL à l'intersaison, portait le brassard mercredi contre le Bayern Munich (2-1) en l'absence de la capitaine Wendie Renard, toujours à l'infirmerie.

"Elles traversent un moment très difficile mais elles sont des professionnelles avant tout et savent parfaitement faire la part des choses. Cela ne sera pas un obstacle pour elles", a déclaré samedi Endler, dépeignant ses ex-partenaires comme de "grandes compétitrices".

Sans surprise, côté parisien, Hamraoui et Diallo ne figurent pas dans le groupe de joueuses retenu pour le déplacement à Lyon.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.