Agression de Hamraoui: un juge d'instruction saisi, Abidal dans la procédure

Clara WRIGHT
<p>La joueuse du Paris SG Kheira Hamraoui, lors d'un match avec l'équipe de France de football pour les qualfications à l'Euro face à l'Ukraine le 11 avril 2016 au stade du Hainaut à Valenciennes</p>

L'enquête sur l'agression de la joueuse du Paris-Saint-Germain Kheira Hamraoui, victime d'un violent guet-apens dans la soirée du 4 novembre, a été confiée lundi à un juge d'instruction dans ce dossier encore flou où est apparu le nom de l'ex-international Eric Abidal.

Contacté par l'AFP, le parquet de Versailles a indiqué lundi que l'ancien joueur "pourrait être prochainement entendu", soulignant que cet acte d'enquête relevait des compétences du juge d'instruction.

"Si Eric Abidal est convoqué dans le cadre de l'enquête, bien évidemment il se présentera pour répondre à toutes les questions qu'on lui posera", a réagi auprès de l'AFP l'avocat du vice-champion du monde, Olivier Martin.

Son client conteste toutefois "avec la plus grande fermeté" toute implication dans l'agression, a insisté Me Martin.

Le nom d'Eric Abidal est apparu dans la procédure après que les enquêteurs ont établi un lien matériel avec Mme Hamraoui: la victime utilisait sur son téléphone portable une puce au nom du footballeur.

Lundi, une information judiciaire a été ouverte contre X pour "association de malfaiteurs en vue de la préparation d'un délit puni d'au moins cinq ans" et "violences aggravées par trois circonstances, suivies d'incapacité n'excédant pas huit jours", a indiqué le parquet de Versailles.

Les circonstances aggravantes sont "la préméditation, la réunion et l'arme", Kheira Hamraoui ayant été frappée avec une barre de fer.

- "Piste parmi d'autres" -

Les faits remontent à la soirée du 4 novembre.

Kheira Hamraoui, internationale française de 31 ans, subit une agression en rentrant, avec sa coéquipière Aminata Diallo, d'un dîner organisé par leur club. La joueuse est "rouée de coups sur les jambes avec une barre de fer" par deux hommes qui ont pris ensuite la fuite, selon la procureure de Versailles.

Aminata Diallo a été témoin de la scène. L'hypothèse d'une rivalité entre joueuses du PSG a alors été envisagée.

Interpellée, Aminata Diallo a été placée en garde à vue puis relâchée trente-six heures plus tard jeudi dernier sans qu'aucune charge ne soit retenue contre elle.

"Aminata Diallo déplore la mise en scène parfaitement artificielle d'une rivalité entre elle et Kheira Hamraoui qui justifierait qu'elle s'en soit prise à sa coéquipière", avait déclaré son avocat Me Mourad Battikh, balayant l'hypothèse d'un guet-apens orchestré par sa cliente pour profiter d'une blessure de Kheira Hamraoui qui évolue au même poste qu'elle.

<p>L'ancien footballeur Eric Abidal lors d'une conférence de presse de présentation du joueur néerlandais Frenkie de Jong lors de son arrivée au FC Barcelone le 5 juillet 2019</p>

Le nom d'Eric Abidal, ancien défenseur de l'Olympique lyonnais et du FC Barcelone, puis directeur sportif du club catalan de 2018 à 2020, est également apparu dans la procédure. Kheira Hamraoui a joué dans l'équipe féminine du club catalan de 2018 à 2021.

Selon une source proche du dossier, Kheira Hamraoui a indiqué aux enquêteurs que sa puce de téléphone portable était "au nom de son ex". Les enquêteurs ont établi qu'Eric Abidal en était le titulaire.

L'hypothèse d'une vengeance amoureuse de l'entourage de M. Abidal est seulement "une piste envisagée parmi d'autres", a tenu à expliquer le parquet de Versailles, estimant que "rien n'est fondé" mais n'excluant toutefois pas la possibilité que l'épouse de M. Abidal, Hayet Abidal, soit également entendue.

De son côté, Me Olivier Martin n'a souhaité faire "aucun commentaire" sur la nature de la relation de son client et de Mme Hamraoui.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.