Reconnaissance des agressions sexuelles: l'Eglise encouragée à aller plus loin

AFP
<p>Le théologien Patrick Goujon (D) s'exprime le 17 novembre 2021 à Lourdes, aux côtés de Jean-Marc Sauvé, le président de la commission ayant révélé l'ampleur de la pédocriminalité dans l'Eglise</p>

Le théologien jésuite et victime d'agressions sexuelles Patrick Goujon et le président de la commission ayant révélé l'ampleur de la pédocriminalité dans l'Eglise, Jean-Marc Sauvé, ont encouragé mercredi les responsables catholiques à aller plus loin dans la reconnaissance de ces crimes.

"Toute reconnaissance publique est bonne, mais pas suffisante. Il faut aussi une reconnaissance individuelle" de ce qu'ont vécu les victimes, a déclaré Patrick Goujon devant des religieuses et des religieux des congrégations et instituts réunis de mardi à vendredi à Lourdes.

M. Goujon a regretté que des membres du clergé, individuellement, aient encore tendance à "minimiser" la violence des faits ou le nombre de victimes.

Pour sa part, Jean-Marc Sauvé a souligné la nécessité d'une "démarche de reconnaissance personnelle". Tout en estimant que l'Eglise devait "se dessaisir de ses biens" pour indemniser les victimes, il a insisté sur d'autres formes de réparation dont "une parole de vérité".

"La parole de vérité doit consister à dire: +nous reconnaissons que nous avons mal agi, que nous avons merdé+. La question de l'argent n'est pas obligatoire mais on ne peut pas s'y dérober", a précisé M. Sauvé.

<p>Un prêtre écoute le témoignage d'une victime d'abus sexuel lors d'une rencontre consacrée à ce sujet à Lourdes, dans le sud de la France, le 17 novembre 2021</p>

Patrick Goujon, auteur du livre "Prière de ne pas abuser", a également insisté sur la nécessité d'utiliser un langage plus clair pour parler de la pédocriminalité. "Un viol, c'est un viol. On ne sait pas nommer les choses", a-t-il dit en regrettant l'utilisation d'euphémismes comme "gestes déplacés".

Les deux hommes ont également critiqué la "sacralisation" de la figure du prêtre qui en fait une sorte de "Dieu vivant", ouvrant la voie à des abus, y compris sexuels.

Accueillis avec une "joie grave" par Véronique Margron, présidente de la Conférence des religieux et religieuses de France (Corref), ils ont été applaudis à plusieurs reprises par leurs auditeurs qu'ils ont même fait rire à plusieurs reprises.

<p>Vue générale de la Conférence des religieux et religieuses de France (Corref) à Lourdes, dans le sud de la France, le 17 novembre 2021</p>

Cette rencontre à Lourdes a lieu après les révélations choc de la commission Sauvé qui a estimé, dans son rapport publié en octobre, à 330.000 le nombre de personnes de plus de 18 ans ayant fait l'objet de violences sexuelles depuis 1950, quand elles étaient mineures, de la part de clercs, religieux ou personnes en lien avec l'Eglise.

Début novembre, les évêques catholiques ont reconnu la "responsabilité institutionnelle" de l'Église dans les actes pédocriminels et leur "dimension systémique".

En avril, les congrégations religieuses de la Corref avaient déjà reconnu leur "responsabilité collégiale" dans les violences sexuelles.

Ces deux institutions se sont engagées à des mesures de réparation individuelle en plusieurs étapes, dont une indemnisation financière si la victime le demande.

La Corref doit adopter des mesures concrètes d'ici vendredi, dont la création d'une instance dédiée à la médiation entre victimes et instituts.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.