Silence! Examen en cours pour plus d'un demi-million de lycéens en Corée du Sud

Claire LEE
<p>Filles se prenant en photo à leur arrivée au lycée Ehwa à Séoul, le 18 novembre 2021</p>

Un long silence s'est abattu jeudi sur la Corée du Sud alors que plus d'un demi million d'élèves passaient un important examen d'entrée à l'université, les autorités ayant pris des mesures drastiques pour en assurer le bon déroulement.

Connu localement sous le nom de "Suneung", cet examen marathon de neuf heures est crucial pour qui veut s'assurer une place dans l'une des universités de renom du pays, mais est également synonyme de statut social élevé, de carrières rémunératrices et augmente même les perspectives de mariage.

La pression énorme qu'exerce sur les jeunes étudiants le système éducatif ultra-compétitif de la Corée du Sud a souvent été décriée comme étant à l'origine des taux - parmi les plus élevés au monde - de dépressions et de suicides chez les adolescents.

"J'ai juste envie de dire à ma fille que je suis fière d'elle pour avoir travaillé si dur jusqu'aujourd'hui, et que cet examen, quel que soit son résultat, ne la définit pas en tant que personne", a confié à l'AFP Koh Min-soon, la mère d'une candidate, souhaitant réduire le stress de sa fille en vue de cette édition 2021.

<p>Une mère d'élève ferme les yeux après avoir déposé sa fille à son lieu d'examen à Séoul, le 18 novembre 2021</p>

La pandémie de Covid-19 est venue ajouter une pression supplémentaire sur les étudiants, parents et autorités.

Durant les deux semaines précédant l'examen, les élèves ont été contraints de suivre les cours en ligne. Selon le ministère de l'Education, plus de 509.000 étudiants passent l'examen cette année.

Au lycée pour filles Ewha, dans le centre de Séoul, certains candidats sont arrivés tenant la main de leurs parents, visiblement nerveux.

À l'extérieur de l'école, certaines personnes ont été vues en train de prier tandis que d'autres prenaient des selfies avec leurs amis et leur famille.

Le port du masque était obligatoire pour tous les élèves, qui ont aussi dû effectuer un test Covid avant de prendre place derrière leur pupitre, à 8H40 précises.

La Corée du Sud a connu une recrudescence des cas à l'approche de l'examen, enregistrant près de 3.300 infections jeudi, soit le nombre de cas quotidien le plus élevé jamais enregistré.

- Décollages suspendus à l'aéroport -

Même ceux testés positifs au virus - environ 70 personnes - ont dû passer l'examen, dans des espaces désignés et séparés du reste des étudiants, principalement dans des centres médicaux.

<p>Un homme regarde les cartes souhaitant une bonne chance aux élèves passent leur examen au temple Jogyesa de Séoul, le 17 novembre 2021</p>

Afin de limiter toute perturbation, les autorités ont pris des mesures drastiques: les administrations, les banques et la bourse ont ouvert une heure plus tard que d'habitude pour faciliter la circulation et permettre aux étudiants d'arriver à l'heure pour l'examen.

Tous les décollages et atterrissages dans les aéroports du pays ont été suspendus 35 minutes pendant un test d'écoute d'anglais. Et tous les avions en vol ont dû maintenir une altitude supérieure à 3.000 mètres.

Selon le ministère des Transports, 79 vols ont été reprogrammés en raison de l'examen.

<p>Elève arrivant en voiture de police à son lieu d'examen, le lycée Ehwa à Séoul, le 18 novembre 2021</p>

Des voitures et motos de police étaient disponibles dans les zones scolaires pour les élèves coincés dans le trafic ou en retard.

"C'est un jour très important pour les candidats, et l'année dernière a été très dure pour eux", a déclaré à l'AFP un policier avant l'examen.

"Nous essayons juste de faire ce que nous pouvons pour montrer notre soutien".

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.