La situation se tend en Guadeloupe: le gouvernement envoie 200 policiers et gendarmes en renfort

Amandine ASCENSIO
<p>Blocage de routes en Guadeloupe pour protester contre l'obligation vaccinale</p>

Après quatre jours de blocages de routes et de l'accès au CHU de Guadeloupe, parfois émaillés de violences par des manifestants anti-pass sanitaire et vaccin contre le Covid-19, le gouvernement hausse le ton vendredi en annonçant l'envoi de 200 policiers et gendarmes en renfort.

Ils seront sur place "dans les prochains jours", ont annoncé dans un communiqué commun les ministres des Outre-mer Sébastien Lecornu et de l'Intérieur Gérald Darmanin, en condamnant "avec la plus grande fermeté les violences qui se sont déroulées ces dernières heures en Guadeloupe".

La mobilisation lancée par un collectif d'organisations syndicales et citoyennes contre le pass sanitaire et l'obligation vaccinale des soignants contre le Covid-19 ne faiblit pas.

Elle se double désormais de violences commises par des émeutiers, notamment la nuit. Quatre immeubles à Pointe-à-Pitre, qui compte de nombreuses habitations en bois, sont parties en fumée dans la nuit de jeudi à vendredi, ont indiqué les pompiers à l'AFP.

Devant le CHU, les seuls véhicules autorisés à entrer restent les ambulances.

Jeudi, un barrage de pneus érigé dès l'aube par des manifestants, la plupart encagoulés selon une vidéaste de l'AFP, a été plusieurs fois démonté par les forces de l'ordre, remonté par les manifestants, puis finalement incendié, avant la reprise de la circulation.

Un policier a été blessé jeudi selon le procureur de la République Patrick Desjardin.

Les forces de l'ordre ont procédé à plusieurs interpellations, dont un pompier - placé sous contrôle judiciaire - transportant des pneus vers un barrage enflammé, et un jeune qui doit être déféré devant le parquet vendredi pour jets de projectiles et attroupement.

- "Actes de vandalisme" -

Au CHU, "les barrages routiers pénalisent énormément le personnel qui vient de tous horizons. On est obligé d’attendre que tout le monde soit présent pour démarrer et d’attendre que la relève soit présente pour continuer", explique à l'AFP Anne-Gaëlle Pascale, cadre de santé au bloc opératoire du CHU.

"Il y a du filtrage à l'entrée, notamment pour les internes dont certains sont empêchés de passer. L'un d'entre-eux a même été agressé par une personne cagoulée", affirme à l'AFP Cédric Zolezzi, directeur adjoint du centre hospitalier, déplorant l'absence "de dialogue".

La situation est d'autant plus complexe que depuis début novembre, "on est en personnel restreint" avec l'instauration de l'obligation vaccinale des soignants, rappelle Anne-Gaëlle Pascale. Ainsi, en chirurgie, 50% des effectifs habituellement au planning sont absents, même si "ça commence à revenir tout doucement".

Selon la direction du CHU, un peu plus de 87% des agents du centre hospitalier possèdent un pass sanitaire, mais certains personnels sont suspendus pour pass non valide, ce à quoi s'ajoute "une vague d’arrêts maladie", "sur consigne syndicale", accuse Cédric Zolezzi.

"Le coupable, c’est celui qui a mis l’obligation vaccinale", dénonce de son côté Sandro Sormain, secrétaire adjoint de l’UTS-UGTG: "Le personnel suspendu à 50%, ça veut dire que (ceux qui restent) font le travail de deux personnes. Donc à un moment on va avoir une rupture par rapport à la charge de travail".

Les équipes du CHU s'adaptent comme elles peuvent.

Jeudi, "les chimiothérapies par exemple n'ont pas pu être administrées", explique M. Zolezzi. Et "chacun donne du sien: un médecin anesthésiste remplace une infirmière anesthésiste, un aide-soignant remplace un brancardier, moi-même je suis sur plein de postes en même temps", raconte Mme Pascale.

Côté éducation, la rectrice de région académique, Christine Goff-Ziegler, a condamné jeudi "l'ensemble des actes de vandalisme et les entraves à la circulation" ou "à l’accès des établissements", dont les élèves "sont les premières victimes".

- "Grosse perte d'activité" -

Sur les autres axes routiers, y compris dans les petites routes des Grands Fonds, dans la campagne guadeloupéenne, des barrages continuent de bloquer le passage.

Nombre d'entre eux ont été démontés "par des riverains ou des automobilistes", témoigne Steve Salim, entrepreneur spécialisé dans les circuits courts agricoles, qui sillonne l'île pour assurer la livraison de ses paniers de légumes et accuse "une grosse perte" d'activité.

L'Union des Entreprises-Medef a condamné "fermement les entraves à la liberté de circuler". "Après des mois de mesures restrictives pour notre population et pour l'économie du pays, il est inacceptable de laisser prospérer cette spirale de l'autodestruction", a dénoncé l'organisation patronale dans un communiqué.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.