Vin: les enchères des Hospices de Beaune s'envolent

Sophie PONS
<p>A la vente aux enchères des Hospices de Beaune le 21 novembre 2021</p>

La 161ème vente aux enchères des Hospices de Beaune, qui sert de premier indicateur aux cours des grands crus de Bourgogne, a été marquée par une flambée des prix dimanche, après une année difficile marquée par une récolte historiquement faible.

Le clou des enchères, la "Pièce de Charité", ou "Pièce du Président", un fût de Corton Renardes Grand Cru, est parti à 800.000 euros (hors frais) contre 660.000 l'an dernier.

"Ca, c'est un vrai chiffre! C'est historique", a lancé l'acteur Pio Marmai qui a animé cette vente comme un bonimenteur professionnel, aux côtés de Jeanne Balibar.

Cette année, le bénéfice est destiné à "Solidarité Femmes", un réseau associatif dédié aux victimes de violences conjugales, et à l'Institut Curie, pour la recherche contre le cancer du sein.

<p>L'acteur Pio Marmai anime le 21 novembre 2021 la 161ème vente aux enchères des Hospices de Beaune</p>

Lots après lots, les offres se sont envolées dès le début de la vente caritative la plus ancienne et la plus célèbre du monde, les hausses dépassant parfois les 80%, selon les premiers calculs des experts.

Avec une récolte réduite de moitié du fait des caprices de la météo, seulement 349 "pièces" de primeurs rouge et blanc de Bourgogne, des fûts de 228 litres correspondant à 288 bouteilles, étaient proposées aux acquéreurs - contre 630 l'an dernier.

"Ce millésime 2021 est à l'image d'une année marquée par un environnement hostile et à la fin par la fierté d'avoir surmonté les difficultés", a déclaré le directeur des Hospices civils de Beaune, François Poher, à l'ouverture des enchères.

Le domaine des Hospices de Beaune qui réunit sur 60 hectares les plus grands crus de Bourgogne (pommard, volnay, meursault, chassagne-montrachet, corton, pouilly-fuissé, mazis-chambertin...) a vu ses rendements baisser "à 14 hl/ha, contre 30-35 d'habitude", selon la régisseuse Ludivine Griveau.

<p>L'actrice Jeanne Balibar anime la 161ème vente aux enchères des Hospices de Beaune le 21 novembre 2021</p>

"Les prix vont monter", avait prédit Hans Berchtold, un restaurateur suisse venu déguster les crus à la cuverie des Hospices où sont entreposés les tonneaux.

Cette année, ce professionnel de Bâle (Suisse) a renoncé à enchérir seul comme il le fait depuis huit ans: il a prévu de passer par un courtier et de s'associer avec "deux ou trois copains" pour pouvoir acquérir un des lots, dans l’idéal, "un Volnay ou un Pommard".

Les prix des primeurs 2021 ont flambé dès les premiers lots, traditionnellement des Beaune Premier Cru, Cuvée des Dames Hospitalières, du nom des religieuses qui s'occupèrent des malades dès la fondation des Hospices en 1443, au coeur de la Bourgogne.

Avec la crise des vocations, il ne reste que quatre soeurs aujourd'hui: "les deux plus âgées ont 100 ans, les deux autres 90 et 75 ans", explique Chantal Leroux, une bénévole de 72 ans qui circule dans les rues de Beaune en habit religieux pour la plus grande joie des touristes amateurs de selfie.

<p>La salle où se tient la 161ème vente aux enchères des Hospices de Beaune le 21 novembre 2021</p>

- "Vente mémorable " -

Les équipements hospitaliers de l'institution fondée au XVème siècle et l'entretien du patrimoine sont financés par le bénéfice des enchères annuelles.

"Cette année, la vente est mémorable", s'est enthousiasmée une des commissaires priseurs devant la salle d'environ 500 acquéreurs complétée par des clients à distance représentés par des courtiers.

La maison américaine Sotheby's qui a repris cette année les enchères tenues depuis 2005 par sa concurrente britannique Christie's a refusé de préciser le nombre d'enchérisseurs enregistrés.

Au total, les 630 pièces adjugées aux enchères de 2020, marquées par les restrictions sanitaires liées à la pandémie de Covid-19, avaient rapporté 13,4 millions d’euros (sans frais), soit une moyenne d'environ 20.200 euros le tonneau. Il y a quinze ans, le prix moyen était de 4.803 euros, depuis les prix n'ont cessé de monter.

<p>Pierre Mothes, l'un des commissaires priseurs de la 161ème vente aux enchères des Hospices de Beaune, lors de la vente le 21 novembre 2021</p>

Ces enchères sont considérées par les experts comme un indicateur de prix pour les crus de Bourgogne même si, du fait de leur vocation charitable, les ventes dépassent généralement les cours habituels.

En progression constante à l'export, les vins de Bourgogne ont perdu environ la moitié de leur récolte cette année après un épisode de chaleur suivi de gelées au printemps, puis par un été très pluvieux : le volume attendu pour le millésime 2021 sera de 900.000 à 950.000 hectolitres contre 1,56 million en 2020, selon le BIVB.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.