En Jordanie, le métier menacé du "roi des chaussures"

Kamal TAHA
<p>Jamil Kopti, 90 ans, considéré comme le plus ancien cordonnier de Jordanie, dans son atelier à Amman, le 2 novembre 2021</p>

Il a chaussé pendant des décennies les hauts dignitaires du royaume de Jordanie et même le général Charles de Gaulle. Jamil Kopti, 90 ans, voit aujourd'hui son savoir-faire artisanal menacé par l'importation de chaussures bon marché.

"Nous avons commencé à perdre des clients les uns après les autres, jusqu'au moment où nous avons fermé trois magasins", raconte M. Kopti, appelé autrefois le "roi des chaussures" par ses pairs dans l'industrie et considéré comme le plus ancien cordonnier de Jordanie.

Dans son atelier du quartier populaire d'Al-Jofeh à Amman, les moules, désormais inutilisés, sont couverts de poussière. Des 42 ouvriers qu'il employait, il n'en reste que cinq.

<p>L'un des cinq employés de Jamil Kopti, considéré comme le plus ancien cordonnier d'Amman, vérifie les moules de chaussures dans l'atelier de la capitale jordanienne, le 2 novembre 2021</p>

"Ces cinq dernières années, notre profession a subi un déclin dramatique en raison de l'importation de chaussures peu chères qui inondent le marché", regrette celui qui s'est vu décerner la "médaille de l'Indépendance" en hommage à son travail.

Environ 200 paires par jour étaient autrefois produites dans l'atelier de M. Kopti, notamment pour la famille royale, des hommes politiques et des gradés militaires du royaume, avec du cuir de France, d'Italie ou d'Allemagne.

Seulement 10 sont désormais fabriquées quotidiennement, obligeant le cordonnier à se lancer dans la production de chaussures médicales et pour enfants.

Entré dans la profession en 1949 à seulement 18 ans, M. Kopti a rencontré en 1961 l'ex-roi Hussein et lui a offert quatre paires de ses chaussures. Les premières d'une longue série.

"Après cela, j'ai fabriqué pendant 35 ans des chaussures pour le roi", se rappelle fièrement le cordonnier, montrant deux photos de lui et du monarque décédé en 1999.

Invité régulier du palais, M. Kopti se plaît à raconter qu'il lui a été demandé de faire des chaussures pour le président français Charles de Gaulle.

Lors d'une visite du roi Hussein à Paris en 1964, le général français a "demandé" au monarque jordanien d'où provenaient ses chaussures et le roi "m'a demandé de faire deux paires de chaussures pour de Gaulle" dont la "pointure était très grande", se souvient-il.

<p>Un employé du cordonnier Zouhair Chiha à l'atelier Marina assemble une chaussure dans le magasin d'Amman, la capitale jordanienne, le 2 novembre 2021</p>

- "Au bord de l'extinction" -

Ce déclin touche tous les artisans du secteur. D'après l'association jordanienne des cordonniers, l'âge d'or de la chaussure artisanale en cuir dans les années 1980 et 1990 est révolu.

"Aujourd'hui, il y a environ 100 ateliers et moins de 500 ouvriers", déclare son dirigeant Nassr al-Ziyabat alors que le pays comptait autrefois jusqu'à 5.000 personnes employées dans plus de 250 ateliers et usines.

"Cet artisanat est au bord de l'extinction", dit-il en déplorant le manque de soutien du gouvernement.

Dans le quartier d'Achrafyeh, trois cordonniers travaillent le cuir, affinent les semelles et ajoutent les talons, sous le regard de leur patron Zouhair Chiha, qui employait auparavant vingt ouvriers.

"Le déclin a commencé en 2015 quand le marché a été inondé par des chaussures chinoises, vietnamiennes, syriennes et égyptiennes", se souvient l'homme de 71 ans.

<p>Un artisan du cordonnier Zouhair Chiha dans l'atelier Marina, assemble une chaussure dans la boutique d'Amman, la capitale jordanienne, le 2 novembre 2021</p>

Selon le syndicat jordanien du textile, de l'habillement et des chaussures, l'import de chaussures représentait annuellement environ 62 millions de dollars avant la pandémie de Covid-19.

"Nous fabriquions entre 60 et 70 paires par jour, contre moins de 12 aujourd'hui et nous faisons peu de bénéfices", se lamente-t-il, tenant dans la main une paire à 20 dollars.

Penché sur sa machine à découper le cuir, l'un de ses ouvriers, Youssef Abou Sariya, 64 ans et cinquante ans de métier, est "triste".

"La plupart des ateliers ont fermé et les ouvriers sont partis. Je suis certain que nous aurons le même destin, je ne sais juste pas quand."

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.