Chine: Zhang Gaoli, l'apparatchik impliqué dans un scandale sexuel

Patrick BAERT
<p>L'ex vice-premier ministre chinois Zhang Gaoli participant à une réunion au forum économique de Saint-Pétersbourg le 20 juin 2013</p>

D'allure austère et effacée, il était l'un des plus discrets des dirigeants chinois. Mais à 75 ans, Zhang Gaoli se retrouve au coeur d'un scandale sexuel au retentissement mondial.

Cet ancien vice-Premier ministre (2013-18) a été accusé début novembre par la championne de tennis Peng Shuai de l'avoir contrainte à une relation sexuelle il y a trois ans, dans un message promptement censuré sur les réseaux sociaux chinois.

Le monde du tennis s'est inquiété du sort de la joueuse, disparue des radars pendant trois semaines, mais Zhang Gaoli (prononcer: "Djangue Gaoli") n'a pas non plus donné signe de vie, ne serait-ce que pour démentir ces accusations.

Né en novembre 1946 à Jinjiang, dans la province du Fujian (est), il a été membre pendant cinq ans de l'élite du régime chinois: le comité permanent du Bureau politique du Parti communiste, qui compte sept membres, dont le président Xi Jinping.

Dernier de la hiérarchie au sein du cénacle dirigeant, où il supervisait le dossier des grandes infrastructures, il était ainsi considéré comme le numéro sept du pays.

Durant ces cinq années "Zhang Gaoli est resté tout à fait terne", dit de lui le politologue Willy Lam, de l'Université chinoise de Hong Kong. "Il ne s'est distingué en aucune façon et son nom n'est associé à aucune réalisation particulière".

Avant de quitter le pouvoir en 2018, il sera notamment à la tête d'un groupe de travail sur la préparation des Jeux olympiques d'hiver de Pékin, qui s'ouvriront en février prochain.

A ce titre, il recevra en juin 2016 à Pékin le président du Comité international olympique (CIO), Thomas Bach - celui-là même qui s'est entretenu par téléphone dimanche avec Peng Shuai lors d'une visioconférence où la championne a assuré que tout allait bien.

- Puissants appuis -

<p>Montage photo montrant la joueuse de tennis Peng Shuai et l'homme politique chinois Zhang Gaoli</p>

Zhang Gaoli est considéré comme un proche du Premier ministre Li Keqiang et surtout de l'ancien président Jiang Zemin (1993-2003), qui malgré ses 95 ans conserverait une certaine influence dans les sphères du pouvoir à la tête de la "clique de Shanghai".

"Il a pu monter dans la hiérarchie grâce à l'appui de dirigeants puissants", explique M. Lam à l'AFP.

L'éclatement du scandale quelques jours avant l'ouverture d'une importante réunion du Comité central du PCC, le "Parlement" du Parti, a fait supposer à certains que M. Zhang était la victime collatérale d'un affrontement entre Xi Jinping et son prédécesseur Jiang Zemin.

Lors de cette réunion, Xi Jinping a fait approuver par le Comité central une résolution sur l'histoire du Parti qui fait la part belle au président actuel et repousse dans l'ombre l'apport de Jiang Zemin.

Il est "possible" que Xi Jinping ait "cherché à lancer un avertissement à la clique de Shanghai" en s'attaquant à un de ses membres juste avant le début de la réunion, observe Willy Lam.

S'il est resté discret sur ses réussites, Zhang Gaoli n'avait pas non plus jusqu'ici été mis en cause dans des affaires financières, à la différence de nombre de responsables chinois liés à de grandes entreprises.

"Son bilan est relativement propre", selon M. Lam.

Diplômé en économie, Zhang Gaoli a fait une grande partie de sa carrière dans une entreprise publique du secteur pétrolier, dans la riche province du Guangdong (sud).

- "Peur" -

<p>Zhang Gaoli le 22 avril 2016 à l'ONU à New York</p>

C'est là que son ascension politique a démarré, d'abord comme gouverneur adjoint de la province (1988), puis numéro un du parti dans la ville-champignon de Shenzhen, aux portes de Hong Kong (1997).

Il prendra ensuite les rênes de la province du Shandong (est) puis celles de la municipalité de Tianjin (nord).

Dans le message qui lui a été attribué, Peng Shuai affirme avoir eu une première relation intime avec Zhang Gaoli, de 40 ans son aîné, à Tianjin vers 2011. Ayant quitté le pouvoir sept ans plus tard, il l'aurait forcée à coucher avec lui à son domicile après une partie de tennis.

La joueuse précise que l'épouse de M. Zhang était au courant et "montait la garde à l'extérieur".

Dans son message, Peng Shuai évoquait aussi ses sentiments pour Zhang Gaoli, leurs "personnalités qui collent bien" et lui reprochait de l'avoir entraînée dans une relation amoureuse cachée et toxique, en lui imposant une cohabitation inconfortable avec sa femme.

"Tu as toujours eu peur que je cache un magnétophone", écrivait-elle en s'adressant à M. Zhang. "Tu démentiras certainement ou bien tu iras jusqu'à m'attaquer."

Le retraité et la championne sont restés amants jusqu'à une dispute quelques jours avant le début de l'affaire, selon ce message.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.