Un autocar s'embrase en Bulgarie: 46 morts, la Macédoine du Nord en deuil

Nikolay DOYCHINOV avec Vessela SERGUEVA à Sofia et Darko DURIDANKSI à Skopje
<p>Des secouristes sur les lieux d'un accident de car qui a fait au moins 46 morts, sur une autoroute près de Bosnek (Bulgarie), au sud de Sofia, le 23 novembre 2021</p>

Quarante-six personnes, dont douze mineurs, sont mortes calcinées dans la nuit de lundi à mardi en Bulgarie dans un accident de car qui s'est embrasé sur l'autoroute, le plus meurtrier en Europe ces dix dernières années.

La plupart des victimes sont originaires de Macédoine du Nord, où le bus était immatriculé. Seuls sept passagers ont réussi à s'extirper du brasier.

Le Premier ministre de ce pays voisin de la Bulgarie, Zoran Zaev, s'est aussitôt rendu à leur chevet dans un hôpital de Sofia, et le pays a décrété un deuil de trois jours et la mise en berne du drapeau national.

Selon les premiers éléments de l'enquête, le véhicule a heurté une glissière de sécurité et a pris feu. Les occupants se sont retrouvés piégés par les flammes.

Le ministre bulgare de l'Intérieur, arrivé tôt sur les lieux, situés à 40 km au sud de la capitale, a évoqué "une scène terrifiante". "Je n'ai jamais rien vu de tel", a confié Boïko Rashkov aux journalistes, ajoutant qu'il serait difficile d'identifier les corps.

D'après l'examen du site, où gisait mardi la carcasse noire du véhicule, "on peut supposer qu'ils étaient en vie au moment du choc et ont essayé de sortir du bus", mais les portes étaient fermées, a déclaré à l'AFP le procureur adjoint Borislav Sarafov.

<p>Carte localisant le village de Bosnek en Bulgarie, ainsi que'Istanbul en Turquie et Skopje en Macédoine du Nord</p>

"C'est une grande tragédie", a réagi Zoran Zaev, notant le jeune âge des victimes.

Douze d'entre eux avaient moins de 18 ans, dont deux frères jumeaux de 4 ans, tandis que les autres avaient entre 20 et 30 ans.

Ces touristes, issus de différentes minorités ethniques, faisaient partie d'un convoi de quatre bus au total, en route vers Skopje, après un week-end prolongé à Istanbul.

- Famille décimée -

<p>Le site où au moins 46 personnes ont été tuées par le feu dans un car près du village de Bosnek en Bulgarie le 23 novembre 2021</p>

Défaut technique ou erreur humaine? La cause du drame, survenu vers 02H00 (00H00 GMT) près du village de Bosnek, n'a pas encore été déterminée. Le véhicule était relativement neuf, selon le parquet.

Les survivants se trouvaient à l'arrière et ont pu briser les vitres. Figure parmi eux une adolescente de 16 ans.

A Skopje, des habitants paniqués se sont réunis devant le siège de l'agence de tourisme organisant ce type de visites à Istanbul, en espérant que leurs proches n'étaient pas du voyage funeste.

"Nous appelons Besa tours sans arrêt, mais personne ne répond", a confié dans les médias Xhelal Bakiu, sans nouvelles de son cousin.

"J'ai perdu toute ma famille", témoignait un autre homme, dont dix proches ont péri, selon des propos cités par le journal Sloboden Pecat.

Une école de la capitale déplorait le décès de cinq de ses élèves et a arrêté les cours, rapportait la presse locale.

- Messages de condoléances -

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a transmis ses condoléances et exprimé "la solidarité de l'UE en ces moments terribles". Le président russe Vladimir Poutine a également délivré un message de soutien.

<p>Le site où au moins 46 personnes ont été tuées par le feu dans un car près du village de Bosnek en Bulgarie le 23 novembre 2021</p>

Il s'agit du plus grave accident de car jamais survenu en Bulgarie, selon les autorités.

Le dernier remonte à août 2018: 20 touristes avaient été tués quand le véhicule avait quitté la route sous une pluie torrentielle, dans une région montagneuse au nord de Sofia.

Ce pays des Balkans de 6,9 millions d'habitants a enregistré en 2019 quelque 628 morts sur la route et 463 en 2020, un chiffre inférieur à la normale du fait des restrictions sanitaires qui ont limité les déplacements.

C'est un des bilans les plus élevés de l'Union européenne en raison du mauvais état des routes, de la vétusté du parc automobile et des fréquents excès de vitesse.

L'autoroute en question avait été récemment rénovée grâce à des fonds de l'UE dont la Bulgarie est membre depuis 2007. Mais cette portion comportait des passages très abrupts, sans ligne de démarcation, selon une association de prévention routière, qui avait signalé par le passé le problème aux autorités.

Ailleurs en Europe, il faut remonter à 2010 pour trouver trace d'un accident aussi dramatique: 45 personnes avaient alors péri en Ukraine dans la collision d'un train et d'un autobus sur un passage à niveau.

burs-anb/cl

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.