Sommet pour la démocratie: l'invitation de Taïwan fait bondir Pékin

Ludovic EHRET avec Francesco FONTEMAGGI à Washington
<p>Le président américain Joe Biden à Washington, le 23 novembre 2021</p>

Pékin a fait part mercredi de sa "ferme opposition" à l'invitation de Taïwan au sommet virtuel pour la démocratie du président américain Joe Biden, qui réunira en décembre quelque 110 pays, mais pas la Chine.

Le géant asiatique considère Taïwan comme l'une de ses provinces bien qu'il ne contrôle pas l'île de 23 millions d'habitants.

Ces dernières semaines, les passes d'armes se sont multipliées entre Pékin et Washington sur le sort du territoire, qui jouit d'un système démocratique et dispose d'un gouvernement, d'une monnaie et d'une armée propres.

Dans un message clair à la Chine, Joe Biden a invité quelque 110 pays et territoires à son sommet virtuel pour la démocratie en décembre, dont les alliés occidentaux des Etats-Unis.

Les principaux rivaux de Washington, dont Moscou et Pékin, n'y figurent pas.

Le président américain ne l'a pas caché depuis son arrivée à la Maison Blanche en janvier: le combat entre les démocraties et les "autocraties", incarnées à ses yeux par la Chine et la Russie, est au coeur de sa politique étrangère.

Le "sommet pour la démocratie", promesse de campagne dont la première version aura lieu en ligne les 9 et 10 décembre avant une rencontre en personne un an plus tard, est l'une des pièces maîtresses de cette priorité.

La liste des invités a été publiée mardi sur le site du département d'Etat américain.

- "Expérience de réussite" -

<p>Sommet virtuel entre Joe Biden et le président chinois Xi Jinping depuis la Maison Blanche à Washington le 15 novembre 2021</p>

Le président Biden a convié Taïwan, que les Etats-Unis ne reconnaissent pas comme pays indépendant mais érigent volontiers en modèle démocratique face à la Chine.

Sans surprise, Pékin a "fermement condamné" cette décision mercredi.

"Taïwan n'a pas d'autre statut en droit international que celui de partie intégrante de la Chine", a martelé devant la presse un porte-parole de la diplomatie chinoise, Zhao Lijian.

Quasiment au même moment, les autorités de l'île au coeur de la rivalité Pékin-Washington remerciaient le président américain pour sa décision de convier Taïwan.

"Grâce à ce sommet, Taïwan pourra partager son expérience de réussite démocratique", a déclaré à la presse Xavier Chang, porte-parole du bureau de la présidence.

<p>Joe Biden écoute le Premier ministre indien Narendra Modi lors d'une rencontre à Washington le 24 septembre 2021</p>

L'Inde, souvent qualifiée de "plus grande démocratie du monde", sera présente malgré les critiques fréquentes des défenseurs des droits de l'Homme à l'endroit de son Premier ministre, Narendra Modi. Tout comme le Pakistan, en dépit de relations en dents de scie avec Washington.

<p>Le président turc Recep Tayyip Erdogan et Joe Bidenavant une réunion sur le nucléaire iranien lors du G20 à Rome le 31 octobre 2021</p>

La Turquie, alliée de Washington au sein de l'Otan mais dont le président Recep Tayyip Erdogan a par le passé été qualifié "d'autocrate" par Joe Biden, ne figure pas non plus parmi les pays participants.

- "S'attaquer à la crise" -

Au Moyen-Orient, seuls Israël et l'Irak ont été conviés. Les alliés arabes traditionnels des Américains que sont l'Egypte, l'Arabie saoudite, la Jordanie, le Qatar ou les Emirats arabes unis sont absents.

Joe Biden a aussi invité le Brésil, pourtant dirigé par le président d'extrême droite très controversé Jair Bolsonaro.

En Europe, la Pologne est représentée, malgré les tensions récurrentes avec Bruxelles au sujet du respect de l'Etat de droit, mais la Hongrie du Premier ministre Viktor Orban ne l'est pas.

Côté africain, la République démocratique du Congo, le Kenya, l'Afrique du Sud, le Nigeria et le Niger font partie des pays invités.

"Pour un premier sommet", "il y a de bonnes raisons d'avoir un grand éventail d'acteurs présents: cela permet un meilleur échange d'idées", disait à l'AFP, avant la publication de la liste, Laleh Ispahani, de la fondation Open Society.

Pour elle, plutôt que d'en faire un rendez-vous anti-Chine -- "ce serait une occasion perdue" --, Joe Biden doit profiter de ces rencontres qui réuniront aussi bien les dirigeants que la société civile pour "s'attaquer à la crise que représente le grave déclin de la démocratie à travers le monde, y compris pour des modèles relativement solides comme les Etats-Unis".

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.