LR désigne ses deux finalistes à l'investiture pour 2022

Claire GALLEN
<p>Les prétendants à l'investiture LR pour la présidentielle - Eric Ciotti, Valérie Pécresse, Michel Barnier, Philippe Juvin et Xavier Bertrand - sur le plateau de BFMTV le 14 novembre 2021 à Paris</p>

Fin du suspense pour les adhérents LR qui connaîtront jeudi après-midi, après une campagne intense, les noms des deux finalistes encore en lice pour l'investiture de droite pour la présidentielle de 2022.

Lesquels de Michel Barnier, Xavier Bertrand, Eric Ciotti, Philippe Juvin ou Valérie Pécresse s'affronteront en finale ?

Aucun candidat n'ayant écrasé le match, le résultat du premier tour s'annonce serré. Seule chose certaine: la participation sera forte, puisque jeudi à 10H00 elle atteignait déjà 73,6%.

Les adhérents ont jusqu'à 14H00 jeudi pour voter lors de ce premier tour, organisé de façon dématérialisée. Une fois les urnes électroniques ouvertes en présence d'un représentant de chaque candidat, les résultats seront annoncés à 14H30 par le président du parti Christian Jacob, lors d'une conférence de presse.

Place alors aux réactions, dans le sillage d'échanges discrets entre les équipes: les candidats pourront sortir de la réserve imposée par la campagne, jusqu'à 23H59 jeudi soir, le deuxième tour commençant dans la foulée, pour se terminer samedi à 14H00.

<p>Les candidats à l'investiture LR</p>

Le nom du vainqueur et candidat officiel de la droite pour 2022 sera annoncé samedi à 14H30.

L'entre-deux tours s'annonce donc bref: "On n'a pas envie qu'il y ait du sang sur les murs. On ne veut pas de tractations, de couteaux sous la gorge, il faut que ça aille vite et bien", a affirmé mercredi le porte-parole du parti Gilles Platret sur BFMTV.

Car LR, échaudé par les divisions mortifères de la primaire de 2016 suivies d'une élimination historique au premier tour de la présidentielle, ne peut plus se payer le luxe de rivalités.

En 2022, soit elle accède au second tour, soit son avenir de grand parti à vocation gouvernementale sera compromis.

Après le verdict du premier tour, toutes les configurations sont possibles entre les quatre "gros" candidats, qui ont chacun joué leur partition dans cette campagne: compétence pour Valérie Pécresse, rassemblement pour Xavier Bertrand, sérieux et loyauté pour Michel Barnier, aile droitière pour Eric Ciotti...

- Hésitations -

Ces dernières semaines, une multitude de déplacements et de réunions par visio aura permis à chaque candidat de rencontrer plusieurs milliers de personnes, et de convaincre les sympathisants de prendre leur carte chez LR.

Près de 140.000 personnes au total peuvent voter, un bond par rapport à l'été, même si on reste très loin des quelque 4 millions d'électeurs à la primaire ouverte de 2016.

<p>Les journalistes Léa Salamé (g) et Laurent Guimier lors du débat entre les candidats LR à l'investiture à la présidentielle de 2022, à Paris le 30 novembre 2021</p>

Touchant un public plus large, les candidats ont aussi pu exposer leur projet au cours de quatre débats télévisés, où l'accent a beaucoup été mis sur les thématiques d'immigration et d'insécurité.

Lors de ces débats, Michel Barnier, qui s'était lancé dans la course avec le statut de favori, est apparu moins à l'aise que ses concurrents, tandis qu'Eric Ciotti et Philippe Juvin ont pu gagner en audience.

La droite reste pour le moment à la traîne dans les sondages, derrière Emmanuel Macron et l'extrême droite, même si Xavier Bertrand dispose d'une légère avance sur ses concurrents, suivi par Valérie Pécresse. LR espère que le candidat décollera une fois désigné par le congrès.

L'incertitude est renforcée par le fait que certains semblent avoir attendu la dernière minute pour se décider.

<p>Les cinq candidats (g/d): Michel Barnier, Philippe Juvin, Valérie Pécresse, Xavier Bertrand et Eric Ciotti, à Paris. Combinaison photos réalisée le 9 novembre 2021</p>

"J'y ai pensé hier puis toute la nuit, ce matin j'ai pris la décision" affirmait mercredi un adhérent, Henri Formica, à la permanence LR de Pegomas (Alpes-Maritimes).

Revenu sur le devant de la scène, LR doit aussi déjouer les télescopages, alors que le polémiste Eric Zemmour vient de déclarer sa candidature.

Le parti doit également convaincre la part de son électorat potentiellement tentée par la macronie: mercredi, le maire de Nice Christian Estrosi, qui a claqué la porte de LR en mai, a rejoint Horizons, le mouvement de l'ancien Premier ministre Edouard Philippe (ex-LR lui aussi).

Car si tous les candidats se sont engagés à soutenir le vainqueur final, le projet de rupture d'Eric Ciotti fait tiquer certains au centre: le maire LR de Saint Etienne Gaël Perdriau a affirmé au Progrès qu'il ne le soutiendrait pas.

"Je ne lui apporterai pas mon soutien", a également assuré l'UDI François Sauvadet sur Public Sénat, tandis que le président du Nouveau centre Hervé Morin assurait sur France 2: "Si on veut avoir une chance de gagner, mieux vaut être avec Pécresse, Bertrand, Barnier, qu'avec Ciotti".

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.