Au Brésil, une startup de livraison rompt l'isolement des favelas

Luján Scarpinelli
<p>Un employé de Favela Brasil Xpress transporte des colis à livrer aux habitants de la favela Paraisopolis, le 1er décembre 2021 à Sao Paulo</p>

En tapant des mains ou en criant à la porte des destinataires des colis, les livreurs de Favela Brasil Xpress arpentent les ruelles de Paraisopolis, quartier populaire de Sao Paulo non desservi par les entreprises traditionnelles.

"On veut faire tomber les murs invisibles qui séparent les favelas du tissu urbain", dit à l'AFP Givanildo Pereira, 21 ans, fondateur de cette start-up.

Paraisopolis, favela de 100.000 habitants, est le deuxième quartier le plus peuplé de Sao Paulo, plus grande mégalopole d'Amérique latine.

Situé dans le sud-ouest de la capitale économique du Brésil, à proximité de quartiers chics comme le Morumbi, il n'était pourtant pas desservi par les services de livraison à domicile, qui disent craindre des problèmes d'insécurité.

"Nous voulons répondre à une demande réprimée par le blocage des codes postaux de cette zone considérée à risque" par les grandes entreprises de livraison, explique Givalnildo Pereira, qui vit à Paraisopolis depuis l'enfance.

"On rend la dignité à des personnes qui ont le droit de recevoir leurs colis comme tout autre membre de notre société", insiste-t-il.

Un besoin d'autant plus crucial que les achats en ligne, dans les favelas comme ailleurs, sont très prisés en raison de la pandémie de coronavirus.

- Nouvelles frontières -

Favela Brasil Xpress a débuté ses opérations en avril. Le concept est simple: la start-up prend les relais des autres entreprises de livraison en collectant leurs colis dans un centre de distribution situé à une entrée de la favela, avant de les redistribuer aux habitants du quartier.

<p>Un employé de Favela Brasil Xpress transporte des colis à livrer aux habitants de la favela Paraisopolis, le 1er décembre 2021 à Sao Paulo</p>

Pour se repérer dans ce méandre de ruelles à la numération hasardeuse, les livreurs utilisent une carte conçue par un réseau associatif pour identifier les besoins de chaque ruelle et organiser les dons d'aliments au plus fort de la crise du Covid-19.

Et Givalnildo Pereira a mis un point d'honneur à embaucher des habitants de la favela, mettant à profit leur connaissance des lieux et "offrant des opportunités au chômeurs".

Un de ses employés, Imael Silva Maia, 28 ans, est chargé d'organiser les envois depuis le centre de distribution, où sont empilés les colis d'électroménagers ou de jouets pour enfants.

"Je suis tatoueur et il y a beaucoup moins de travail à cause de la pandémie. Ici, je fais un peu de tout, je trie les colis et parfois je fais aussi des livraisons", raconte-t-il.

<p>Des employés de Favela Brasil Xpress chargent des colis à livrer aux habitants de la favela Paraisopolis, le 1er décembre 2021 à Sao Paulo</p>

La start-up affiche déjà des résultats significatifs, avec un chiffre d'affaires d'environ 200.000 réais par mois (environ 31.000 euros), avec 1.800 livraisons quotidiennes en moyenne.

Elle compte 300 collaborateurs, entre employés directs et livreurs indépendants.

Ses services ne se limitent plus à Paraisopolis: Favela Brasil Xpress livre aussi dans six autres quartiers populaires, dont Rocinha, la plus grande favela de Rio de Janeiro.

Son mode de financement est également novateur: c'est la première entreprise brésilienne issue d'une favela à avoir recours à l'Equity crowdfunding, un modèle d'investissement participatif.

<p>Givanildo Pereira, 21 ans, fondateur de Favela Brasil Xpress, le 1er décembre 2021 à la favela Paraisopolis, à Sao Paulo</p>

Acceptant des contributions modestes à partir de 10 réais (environ 1,50 euro), elle reverse à ses investisseurs un pourcentage de ses bénéfices, comme des dividendes d'actionnaires.

Elle espère à présent lever 1,3 millions de réais (environ 200.000 euros) pour atteindre 50 favelas et 1.500 collaborateurs d'ici 2023.

- Bourse des favelas -

Le potentiel est énorme: le Brésil compte quelque 13.000 favelas, qui font tourner l'économie à hauteur de 26 milliards d'euros par an, selon l'ONG G10.

<p>Un employé de Favela Brasil Xpress livre un colis à livrer dans la favela Paraisopolis, le 1er décembre 2021 à Sao Paulo</p>

Le mode de financement participatif de Favela Brasil Xpress peut s'assimiler à une introduction en bourse, mais en dehors du circuit conventionnel.

Les contributions sont versées via une plateforme numérique, DIVIhub, qui a mené une étude de marché au préalable.

Mais pour créer une bourse alternative des favelas en bonne et due forme, il faut encore l'accord de la CVM (Comissão de Valores Mobiliários), explique Ricardo Wendel, directeur exécutif de DIVIhub.

Givalnildo Pereira espère à terme que son entreprise soit la première issue d'une favela à devenir une "licorne", terme qui désigne les start-up valorisées à plus d'un milliard de dollars.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.