Kim Jong Un entend protéger la Corée du Nord de toute influence étrangère

Sunghee Hwang
<p>Le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un prononce un discours le 7 décembre 2021 à Pyongyang</p>

A son arrivée à la tête de la Corée du Nord il y a dix ans, Kim Jong Un, semblait ouvert à l'influence étrangère et aux réformes économiques mais cette période semble désormais révolue et le pays s'isole à nouveau.

En succédant à son père en 2011, ce fan de basket qui a étudié en Suisse, s'est retrouvé à la tête d'une des nations les plus recluses de la planète.

Au départ, il affichait la volonté d'assouplir le contrôle étatique de l'économie, fermant les yeux sur le développement du marché noir. Ces initiatives privées de taille très modeste ont permis au pays d'enregistrer en 2016 sa plus forte croissance en 17 ans, selon la banque centrale de Corée du Sud.

Dans le même temps, il tendait la main à Séoul, allant jusqu'à inviter des vedettes sud-coréennes à se produire à Pyongyang. En 2012, des musiciennes y interprétaient "My way" de Franck Sinatra et six ans plus tard, des stars de la K-pop y reprenaient la chanson-titre du film américain "Rocky".

Depuis, les sanctions internationales imposées en 2017 après des tests de missiles et un puissant essai nucléaire ont porté un sérieux coup à son économie. La fermeture, dès janvier 2020, de ses frontières pour se prémunir du coronavirus a aggravé la situation.

<p>Kim Jong Un et son épouse Ri Sol Ju posent avec des responsables et des musiciens sud-coréens après un rare concert à Pyongyang, le 1er avril 2018</p>

En réponse, le leader nord-coréen a renforcé son emprise et appelé à la solidarité nationale, selon des analystes.

"Une censure de plus en plus importante laisse penser que le régime est moins confiant", souligne Troy Stangarone, directeur à l'Institut économique coréen.

- "Pire situation" -

Parallèlement, selon des analystes, le dirigeant a perdu de l'assurance à l'issue de ses différentes rencontres avec le président américain Donald Trump, qui ont abouti à une impasse en 2019. Les deux dirigeants n'ont pas réussi à s'entendre sur les conditions d'un allègement des sanctions.

<p>Kim Jong Un rencontre Donald Trump, le 30 juin 2019 à la frontière inter-coréenne</p>

Le Nord a enregistré en 2020 sa plus importante récession économique depuis deux décennies, selon la banque centrale de Corée du Sud.

Lors du congrès du parti au pouvoir, en janvier, Kim Jong Un a reconnu des erreurs dans la mise en oeuvre du plan économique, en présentant ces cinq dernières années comme la "pire" période pour son pays.

Le régime a officiellement repris le contrôle de l'ensemble du commerce extérieur et des marchés intérieurs. Pyongyang a promulgué une loi punissant de 15 ans de prison les personnes possédant des biens sud-coréens.

Les médias nord-coréens ont rapporté des propos du leader exhortant les autorités à éliminer le "cancer vicieux qui menace notre idéologie et notre système social et entrave la pensée unique".

"En période difficile, le régime doit renforcer son contrôle pour réaffirmer son autorité", explique à l'AFP M. Stangarone.

- "Jangmadang Generation" -

La Corée du Nord réprime depuis longtemps ce qu'elle appelle "l'invasion idéologique et culturelle". L'accès à la culture venue de l'étranger est sévèrement restreint, peines de prison à l'appui.

Toutes les radios et télévisions sont pré-réglées afin de ne recevoir que les médias d'État, et les Nord-Coréens n'ont pas accès au réseau internet mondial.

Mais selon des analystes, une telle censure aura du mal à être totale car le matériel étranger est déjà très répandu en Corée du Nord, notamment parmi la jeune génération, grâce notamment aux clés USB importées illégalement de Chine.

<p>La ville de Rason, dans le nord-est de la Corée du Nord, en novembre 2017</p>

Dans une étude de l'Institut d'études sur la paix et l'unification de l'Université nationale de Séoul, près de la moitié des 116 personnes ayant fui la Corée du Nord en 2018 et 2019 ont répondu avoir "fréquemment" regardé des programmes de divertissement de Corée du Sud.

Cho Han-bum, chercheur principal à l'Institut coréen pour l'unification nationale, a déclaré que la "génération Jangmadang" - ceux qui sont nés et ont grandi pendant et après la famine des années 1990 - résistera probablement à la répression.

L'État n'ayant pas été en mesure de leur fournir des rations alimentaires pendant leur enfance, ils ont grandi en se débrouillant seuls, en comptant sur le marché noir pour survivre - et avec une allégeance nettement moindre envers les dirigeants, a expliqué M. Cho.

"Un conflit entre l'approche conservatrice de Kim (Jong Un) et les milléniums et la génération Z du Nord - qui apprécient les séries sud-coréennes et la musique de BTS - sera inévitable", a-t-il ajouté.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.