Biathlon: Fillon-Maillet en patron

Keyvan NARAGHI
<p>La joie du Français Quentin Fillon-Maillet, vainqueur de la poursuite, comptant pour la Coupe du monde de biathlon, le 18 décembre 2021 au Grand Bornand</p>

En état de grâce, le Français Quentin Fillon-Maillet a survolé samedi la poursuite du Grand-Bornand pour s'installer pour la première fois de sa carrière en tête du classement général de la Coupe du monde de biathlon.

<p>Le Français Quentin Fillon-Maillet, sur le pas de tir, lors de la poursuite, comptant pour la Coupe du monde de biathlon, le 18 décembre 2021 au Grand Bornand</p>

Devant 20.000 spectateurs déchaînés, le Jurassien (29 ans) a sorti un véritable récital et a été tout simplement intouchable pour ses adversaires. Déjà souverain la semaine dernière à Hochfilzen (Autriche) dans le même exercice, un succès qui a véritablement lancé sa saison après des débuts mitigés, "QFM" a fait encore mieux, bouclant la ligne d'arrivée avec un magnifique 20/20 au tir et s'offrant le maillot jaune de leader du circuit, pour le plus grand bonheur du public tricolore.

Une sacrée revanche pour le Français, N.3 mondial depuis trois ans mais qui avait eu du mal à assumer l'hiver dernier son nouveau statut de patron du biathlon national après la retraite de la légende Martin Fourcade. C'est d'ailleurs sous les yeux du septuple vainqueur du gros globe de cristal que Fillon-Maillet a signé sa 8e victoire en Coupe du monde en devançant le Russe Eduard Latypov et le Norvégien Vetle Christiansen.

Et comme le faisait Fourcade du temps de sa splendeur, Fillon-Maillet, assuré du succès, s'est même permis de lever un poing rageur en direction de la foule après son ultime passage sur le pas de tir.

<p>Le Français Quentin Fillon-Maillet savoure sur le podium, sa victoire dans la poursuite, comptant pour la Coupe du monde de biathlon, le 18 décembre 2021 au Grand Bornand</p>

"C'est incroyable, j'ai vécu énormément d'émotions en biathlon mais aujourd'hui c'est une course qui restera gravée dans ma mémoire jusqu'à la fin de ma vie", a-t-il déclaré. "Ce silence avant le dernier tir, l’énergie du public, la sortie du dernier tir, franchir la ligne avec le drapeau et apprendre que je vais avoir le dossard jaune, c'est exceptionnel. J'en ai eu les larmes aux yeux pendant le podium".

Quentin Fillon-Maillet, le 2e Français à se retrouver au sommet du classement général cette saison après Simon Desthieux, n'a toutefois "pas envie de se mettre la pression" avant la mass start de dimanche, dernier rendez-vous avant la pause de fin d'année.

<p>La joie du Français Quentin Fillon-Maillet, vainqueur de la poursuite, comptant pour la Coupe du monde de biathlon, le 18 décembre 2021 au Grand Bornand</p>

"Je ne m'y attendais pas du tout, je pensais que c'était impossible de chercher le dossard jaune", a-t-il expliqué. "Maintenant j'ai envie juste d'en profiter."

- "Magique" -

Pour Martin Fourcade, la course de Fillon-Maillet a tout simplement été "magique", lui rappelant sa performance lors de la mass start disputée sur la même piste en 2017.

"C'est une émotion qu'il gardera à vie", a lâché le quintuple champion olympique. "C'est mérité. C'est une grande journée dans la vie de Quentin et une magnifique journée pour le biathlon français. Gagner à la maison, partager ça avec 20.000 personnes, c'est forcément très particulier".

La déception est en revanche immense pour Emilien Jacquelin, qui était 2e de la Coupe du monde à seulement 3 points du Suédois Sebastian Samuelsson avant la course. Le Grenoblois a dilapidé toutes ses chances en commettant cinq erreurs lors de ses deux tirs debout et n'a terminé que 9e.

Pour compléter ce samedi faste pour les Français, Julia Simon s'est réveillée après une entame catastrophique pour décrocher la 2e place de la poursuite chez les femmes derrière la Suédoise Elvira Oeberg. Partie avec 47 secondes de retard sur la tête après avoir fini 13e du sprint jeudi, la biathlète des Saisies (25 ans) a effectué une remontée fantastique pour monter sur le podium.

<p>La Française Julia Simon, sur le pas de tir, lors de la poursuite, comptant pour la Coupe du monde de biathlon, le 18 décembre 2021 au Grand Bornand</p>

"C'est une revanche et ça ferme le clapet de certains qui m'avaient déjà enterrée", a-t-elle affirmé. "J'ai prouvé qu'il faut compter sur moi et que je suis de retour. C'est de la rage. C'est une course de référence en terme de manière".

"Quand on est arrivé ici mardi, elle m'a dit qu'elle avait les dents qui traînaient par terre", a réagi Frédéric Jean, l'entraîneur des Bleues. "Derrière l'arme, il y avait quelqu'un de présent, ce n'était pas un fantôme. Quand elle est dans ce mode, c'est impossible de l'arrêter. C'est le déclic qu'il lui fallait".

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.