Arrestation de quatre Palestiniens soupçonnés d'une attaque ayant tué un colon israélien

AFP
<p>Des forces de sécurité israéliennes inspectent la voiture visée par des tirs qui ont tué un colon israélien et blessé deux autres en Cisjordanie, le 16 décembre 2021</p>

Les forces israéliennes ont annoncé dimanche avoir arrêté quatre Palestiniens soupçonnés d'avoir tiré sur une voiture près d'une colonie de Cisjordanie occupée, une attaque dans laquelle un colon avait été tué et deux autres blessés.

"Les quatre terroristes qui ont perpétré la fusillade de jeudi dernier ont été arrêtés", a indiqué l'armée israélienne dans un communiqué. "Les suspects ont été conduits aux forces de sécurité pour poursuivre l'enquête et l'arme du suspect qui a tiré a été saisie".

Lors de cette attaque, Yehuda Dimentman, 25 ans, a été tué et deux de ses camarades blessés alors qu'ils sortaient de Homesh, une colonie sauvage dans le nord de la Cisjordanie où ils étudiaient dans une école talmudique.

Selon l'armée, les suspects ont été arrêtés à Silat al-Harithiyah, un village proche de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie.

Le Premier ministre israélien Naftali Bennett a félicité l'armée, la police et le service de sécurité intérieure Shin Bet pour ces arrestations.

"Chaque terroriste saura qu'Israël le traduira en justice", a-t-il tweeté, ajoutant dans un message à la famille de Dimentman: "la douleur est énorme, mais le terrorisme ne gagnera pas et ne nous déplacera pas de chez nous".

Plus de 475.000 colons israéliens résident aujourd'hui en Cisjordanie, territoire occupé où vivent 2,8 millions de Palestiniens. La colonisation israélienne, illégale au regard du droit international, s'est poursuivie sous tous les gouvernements israéliens depuis 1967.

<p>Des Israéliens pleurent, le 17 décembre 2021 dans la colonie de Shave Shomeron, la mort d'un colon tué la veille dans une voiture visée par des tirs en Cisjordanie</p>

Quelque 2.000 personnes ont assisté vendredi à Jérusalem aux funérailles de Yehuda Dimentman, jeune père de famille qui habitait dans la colonie de Shavei Shomron, a constaté un journaliste de l'AFP.

Le porte-parole de l'armée, le général de brigade Ran Kochav, a déclaré à la radio publique israélienne que les suspects avaient été capturés sans qu'un coup de feu ne soit tiré.

"Je pense que nous parlons d'une organisation terroriste", a-t-il par ailleurs déclaré, sans plus de précisions.

Plusieurs groupes palestiniens ont salué l'attaque, bien qu'aucun n'en ait revendiqué la responsabilité.

- Série d'attaques -

Ces arrestations font suite à un week-end tendu. Samedi, la police des frontières israélienne a indiqué avoir arrêté une femme palestinienne âgée de 65 ans à Hébron, dans le sud de la Cisjordanie, qui avait attaqué au couteau un colon israélien, le blessant.

La semaine dernière, une adolescente palestinienne, dont la famille est menacée d’éviction, a été arrêtée à Jérusalem-Est après une attaque présumée au couteau contre une Israélienne marchant avec son enfant, qui vivait dans une colonie de son quartier.

<p>Des forces de sécurité israéliennes empêchent des colons d'atteindre le village palestinien de Burqah, le 17 décembre 2021 dans le nord de la Cisjordanie, après l'attaque qui a provoqué la mort d'un des leurs la veille</p>

Vendredi, des colons ont attaqué le village de Burqah, dans le nord de la Cisjordanie, près du site de l'embuscade mortelle de jeudi, lançant des pierres contre les maisons et tirant avec des armes.

Plus au sud, dans le village de Qaryout, un Palestinien a été hospitalisé après avoir été agressé par des colons à son domicile, a rapporté l'agence de presse officielle palestinienne Wafa. La police israélienne a déclaré qu'elle enquêtait sur l'incident.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.