Covid-19: face à Omicron, restrictions en vue pour le Nouvel An

Hugues HONORÉ
<p>Le feu d'artifices sur les Champs-Elysées, le 31 décembre 2020</p>

Noël devrait être tranquille, mais attention au Nouvel An, alerte le Conseil scientifique, qui appelle le gouvernement à limiter strictement les rassemblements face au Covid-19, à l'image de Paris qui annule son emblématique feu d'artifice sur les Champs-Elysées.

Dans un avis publié samedi, le Conseil estime que "des mesures de restriction significatives doivent pouvoir être prises par les autorités à l'occasion du réveillon (y compris le cas échéant sous la forme de limitation d'activités collectives ou de couvre-feux), avec la possibilité d'une déclinaison territoriale".

La soirée du 31 décembre, où traditionnellement les fêtards sont plus exubérants, inquiète l'instance chargée de donner des recommandations à l'exécutif au regard des connaissances sur l'épidémie.

Alors que "nos concitoyens auront à cœur de passer cette fête de Noël 2021 en nombre plus limité", d'après ces experts, "pour les festivités du Nouvel An, le Conseil scientifique alerte sur un comportement des citoyens qui pourrait être différent avec une activité festive plus ou moins contrôlée".

Il "souhaiterait une démarche pour éviter qu'à l'occasion du Jour de l'an, se constitue une série de mini-clusters à Omicron, qui pourraient diffuser rapidement dans les jours qui suivent sur l'ensemble du pays, compte tenu des mouvements de populations à cette période".

Le Premier ministre, Jean Castex, avait déjà souligné ce risque en recommandant vendredi aux mairies de renoncer aux concerts et feux d'artifice de la Saint-Sylvestre. Il annonçait que la consommation d'alcool sur la voie publique serait interdite dans toute la France ce soir-là.

Samedi matin, la mairie de Paris a annulé le feu d'artifice et des concerts prévus sur l'avenue des Champs-Élysées le soir de la Saint-Sylvestre.

- "Un risque énorme" -

Les contaminations au virus sont nettement reparties à la hausse en France depuis mi-novembre, pour dépasser le seuil de 50.000 nouveaux cas par jour.

Le variant Delta y reste très largement dominant. Or, l'exemple d'autres pays européens, Royaume-Uni en tête, montre que le variant Omicron, beaucoup plus contagieux, peut très rapidement aggraver une situation déjà difficile.

<p>Graphique montrant l'évolution des hospitalisations et des personnes en soins critiques en France, au 17 décembre</p>

"Si c'est 10% des cas de variant Omicron aujourd'hui dans notre pays, ça veut dire que la semaine prochaine c'est 25 ou 30%, et ça veut dire que dans quinze jours il est majoritaire", a prévenu le ministre de la Santé Olivier Véran samedi sur France Inter.

À Noël, "on ne met pas de jauge parce que les gens ont très bien compris. La jauge, c'est: tout le monde vacciné à table. (...) Avoir conscience que si vous avez une grand-mère qui n'est pas vaccinée, à table, et que vous êtes vingt, vous prenez un risque, je le dis, un risque énorme", a estimé le ministre. Il a toutefois précisé que les autotests ne seraient pas rendus gratuits comme beaucoup s'y attendaient.

Le 31 décembre, a décrit M. Véran, "ce sont des moments de très fort brassage de populations qui ne se connaissent pas".

Le Conseil scientifique exhorte donc, pour ce Nouvel An 2022, à la "responsabilité individuelle" des Français.

<p>Une femme se fait vacciner contre le Covid, le 13 mars 2021 à Nice</p>

Cela implique de "limiter la taille des évènements festifs", de "se faire tester largement le 31 décembre", de "ne pas multiplier les différents lieux de sorties pour une même personne qui, si elle est infectée, serait à l'origine de plusieurs clusters" et "d'éviter de voir des personnes âgées de plus de 65 ans durant la première semaine de janvier" si on a croisé beaucoup de monde au réveillon.

Un projet de loi est prévu début janvier pour transformer le pass sanitaire en pass vaccinal, ce qui limitera l'accès aux lieux culturels ou aux restaurants aux personnes entièrement vaccinées.

La troisième dose de vaccin sera rendue obligatoire pour les soignants et les pompiers à partir de fin janvier, a encore annoncé M. Véran.

Et la vaccination pour les 5-11 ans pourra commencer à partir de mercredi "si tout va bien", une fois les derniers avis scientifiques donnés, a-t-il précisé. "La vaccination des enfants a son efficacité", a appuyé M. Castex en visitant un centre de vaccination au Mans.

Marine Le Pen, du Rassemblement national, a déploré que le gouvernement aille "toujours dans le sens d'un plus grand enfermement des Français". L'autre candidat d'extrême droite à la présidentielle, Eric Zemmour, a dénoncé "le durcissement" du pass.

L'ancienne ministre Christine Taubira, qui réfléchit à une candidature à gauche, a estimé que le gouvernement était "dans son rôle" quand il "choisit de transformer le pass sanitaire en pass vaccinal".

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.