Richard Rogers, l'architecte high-tech

Raphaëlle PICARD
<p>L'architecte Lord Richard Rogers devant le Centre Pompidou le 19 novembre 2007</p>

L'architecte britannique Richard Rogers, décédé samedi à 88 ans, a établi sa renommée avec le révolutionnaire Centre Pompidou à Paris, et était l'un des pionniers du mouvement "high-tech", un style frondeur reconnaissable par ses tuyauteries apparentes et ses structures transparentes d'acier et de verre.

Parmi les "bâtiments-machines" conçus par cet immigré italien, prix Pritzker 2007 (le Nobel de l'architecture), figure le siège de la compagnie d'assurances des Lloyd's, un ovni architectural inauguré en 1986 dans la City de Londres. Cette "cathédrale mécanique", devenue l'un des monuments les plus fameux de la ville de Big Ben, est une célébration de la machine et de la technologie.

Devenu l'un des architectes les plus réputés au monde, Richard Rogers a accumulé quelque 400 commandes caractérisées par des structures légères, l'omniprésence d'éléments préfabriqués et l'expérimentation de matériaux de pointe.

<p>La tour de Lloyd's à Londres le 27 avril 2016.</p>

Avant la rénovation du quartier de Montparnasse à Paris, il a dessiné la Cour européenne des droits de l'Homme à Strasbourg, des bureaux à Berlin sur la Potsdamer Platz, un terminal de l'aéroport international de Barajas à Madrid, le "Three World Trade Center" à New York et le "Dôme du millénaire" à Londres, curiosité des festivités de l'an 2000 qui lui valut les foudres du Prince Charles.

Devenu Lord Rogers of Riverside, l'architecte élevé à la pairie siège à partir de 1996 à la chambre des Lords dans les rangs travaillistes.

- "Notre Dame de la tuyauterie" -

Né le 23 juillet 1933 à Florence d'un père médecin et d'une mère ancienne élève du romancier et poète irlandais James Joyce, Richard Rogers fuit Mussolini et s'installe en 1938 en Angleterre. Sa famille troque l'appartement sous les toits florentins contre une pension misérable à Londres avec un compteur à pièces pour le chauffage.

<p>L'intérieur de la tour Lloyd's à Londres le 11 novembre 2013.</p>

A l'école, "j'étais très en retard", confiait-il au Guardian. "A l'époque, on ne connaissait pas encore la dyslexie. J'étais juste considéré comme un élève stupide". Aventurier et un brin voyou, il sert dans l'armée britannique puis intègre miraculeusement l'"Architectural Association School" de Londres, alors connue pour son modernisme. Il achève son diplôme d'architecte à Yale, aux Etats-Unis, en 1962. Il y rencontre Norman Foster. A leur retour en Angleterre en 1964, ils fondent avec leurs épouses la "Team 4", un cabinet reconnu pour ses conceptions architecturales inspirées des technologies.

<p>Vue du centre George Pompidou à Paris le 18 septembre 2015.</p>

En 1968, il rencontre Renzo Piano, un Italien qui partage avec lui le souci d'une architecture flexible et anti-monumentale. Ils deviennent amis rapidement et "les deux mauvais garçons" comme ils aimaient s'appeler, remportent en 1971 le concours pour le nouveau musée d'art moderne de Paris, le futur Centre Pompidou. Avec son dédale de tuyauteries aux couleurs primaires et sa grande esplanade ouverte, Beaubourg devient "Notre Dame de la tuyauterie" au moment de son inauguration en 1977. La peintre Sonia Delaunay prévient qu'elle préfère brûler ses toiles plutôt que d'exposer dans ce que d'autres comsidèrent comme une "raffinerie de pétrole".

"Les jeunes architectes sont immensément naïfs. A l'heure actuelle, je ne pourrais rêver à une telle commande", expliquait-il au Guardian. "La presse nous a fait vivre un enfer: en sept ans, nous n'avons eu que deux articles favorables. Je ne sais pas comment on a pu finir".

<p>Vue de l'entrée principale du tribunal de grande instance de Bordeaux, oeuvre de l'architecte britannique Richard Rogers vue de l'entrée principale du nouveau tribunal de grande instance de Bordeaux, le 12 novembre, oeuvre de l'architecte britannique Richard Rogers. image numerique</p>

Son intérêt pour l'urbanisme, présent dès la conception de Beaubourg, prend corps avec le projet "London as it could be", présenté lors d'une exposition en 1986. En opposition avec les idées alors en vogue, il insiste sur la valorisation des espaces publics et sur l'importance de la transparence, porteuse de démocratie, "en rupture avec les hiérarchies anciennes dissimulées derrière les murs en maçonnerie". Les jurés du Pritzker avait vu en lui "un humaniste qui nous rappelle que l'architecture est l'art le plus social".

Marié deux fois, l'architecte à l'éternel sourire, avait perdu un de ses cinq garçons en 2011.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.