Philippines: le bilan du typhon Rai monte à 208 morts

Ron LOPEZ, Allison JACKSON
<p>Des pylones électriques renversés bloquent une route de Surigao, à l'extrême nord de l'île de Mindanao, aux Philippines, le 19 décembre 2021</p>

Le bilan humain causé par le typhon Rai s'élève à 208 morts aux Philippines, a annoncé lundi la police nationale, ce qui fait de ce puissant phénomène naturel l'un des plus meurtriers de ces dernières années dans le pays.

Au moins 239 personnes ont été blessées et 52 sont portées disparues à la suite du passage dévastateur de Rai dans les régions méridionales et centrales de l'archipel, a ajouté la police nationale.

Plus de 300.000 personnes ont fui leurs domiciles jeudi alors que le typhon touchait terre au centre du pays.

La branche philippine de la Croix-Rouge a fait état d'un "carnage complet" au niveau des zones côtières.

<p>Des habitants de la ville de Dapa, sur l'île de Siargao, rassemblent quelques affaires après la destruction de leurs maisons par le typhon Rai, le 19 décembre 2021</p>

La tempête a arraché des toits, déraciné des arbres, renversé des poteaux électriques, démoli des maisons en bois et inondé des villages - rappelant le "super typhon" Haiyan qui s'était abattu sur l'archipel en 2013.

Appelé Yolanda aux Philippines, Haiyan a été le cyclone le plus meurtrier jamais enregistré dans le pays, faisant plus de 7.300 morts ou disparus.

L'une des îles les plus durement touchées par Rai est Bohol - connue notamment pour ses tarsiers, un primate endémique de l'archipel - où au moins 74 personnes sont décédées, a déclaré le gouverneur provincial Arthur Yap sur sa page Facebook.

- "S.O.S" -

Des destructions importantes ont également été enregistrées sur les îles de Siargao, Dinagat et Mindanao, les plus touchées jeudi lorsque la tempête a frappé le pays avec des vents de 195 kilomètres par heure.

Au moins dix personnes sont mortes à Dinagat, a confirmé Jeffrey Crisostomo, le responsable presse de la province, à l'AFP dimanche.

<p>Un "S.O.S" a été peint sur une route de General Luna sur l'île de Siargao, le 19 décembre 2021</p>

Le signal de détresse "S.O.S" était peint sur une route de la ville touristique General Luna sur l'île de Siargao - où surfeurs et vacanciers ont afflué avant Noël -, les gens luttant pour trouver de l'eau et de la nourriture.

Les moyens de communication dans plusieurs parties des zones affectées ont été interrompus, rendant difficiles les efforts des secouristes pour évaluer l'étendue des dégâts.

L'électricité est également hors service, affectant les stations de remplissage d'eau et les distributeurs automatiques de billets.

Des milliers de militaires, policiers, gardes-côtes et pompiers ont été déployés pour effectuer le travail de recherche et de sauvetage.

Nourriture, eau et fournitures médicales ont été fournis, transportés par des navires garde-côtes. Du matériel pour dégager les routes bloquées par des poteaux électriques et arbres tombés a également été envoyé.

Rai est particulièrement tardif dans la saison. La plupart des cyclones tropicaux dans l'océan Pacifique se forment entre juillet et octobre.

Les scientifiques préviennent depuis longtemps que les typhons deviennent de plus en plus puissants à mesure que le réchauffement climatique s'accélère.

Les Philippines, classées parmi les pays les plus exposés au changement climatique, sont balayées par près de 20 tempêtes tropicales ou typhons chaque année qui détruisent généralement récoltes, habitations et infrastructures dans des régions déjà pauvres.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.