Triomphe de la gauche au Chili, Gabriel Boric nouveau président

Laurent ABADIE
<p>Gabriel Boric, candidat de gauche au second tour de la présidentielle au Chili, réagit à sa victoire, à Santiago du Chili, le 19 décembre 2021</p>

Les rues de Santiago comme dans de nombreuses villes du Chili ont explosé de joie à l'annonce de la victoire du candidat de gauche Gabriel Boric sur son adversaire d'extrême droite, José Antonio Kast, dimanche au second tour de la présidentielle.

C'est une véritable triomphe pour la coalition de gauche, dont est membre le Parti communiste, dans ce duel inédit depuis le retour à la démocratie en 1990 entre deux candidats aux projets de société diamétralement opposés.

"Je suis heureux parce qu'il va y avoir beaucoup de changements qui vont aider le peuple et la classe ouvrière, les oubliés", a déclaré à l'AFP Luis Astorga, 58 ans, ouvrier du bâtiment descendu dans les rues de Santiago fêter la victoire.

Selon les résultats officiels quasi-définitifs (99,96% des bureaux de vote), M. Boric, qui à 35 ans est le plus jeune président du Chili et parmi les dirigeants les plus jeunes au monde, l'emporte avec 55,87% des voix contre 44,13% à M. Kast, un admirateur de la dictature d'Augusto Pinochet soutenu par l'ensemble de la droite chilienne.

<p>Une foule en liesse célèbre la victoire du candidat de gauche Gabriel Boric à la présidentielle chilienne dans les rues de Santiago, le 19 décembre 2021</p>

Plus d'un million de voix séparent les deux prétendants (4,6 contre 3,6). La participation dépasse les 55%, un plus haut historique depuis que le vote n'est plus obligatoire en 2012.

Au 1er tour, elle était de 47%, lorsque José Antonio Kast était arrivé en tête (27,9% contre 25,8%), répétant qu'il était le candidat de "l'ordre, de la justice et de la sécurité".

"Boric a réussi à mobiliser le segment le plus difficile à mobiliser: les jeunes", a estimé auprès de l'AFP la politologue Claudia Heiss.

C'est avec son projet d'Etat-providence, un changement d'ampleur dans le pays considéré comme le laboratoire du libéralisme en Amérique latine, que Gabriel Boric l'emporte en ralliant autour de lui la classe moyenne à moyenne supérieure, essentiellement à Santiago.

<p>Le candidat d'extrême droite José Antonio Kast félicite son adversaire, Gabriel Boric, vainqueur de la présidentielle au Chili, le 19 décembre 2021</p>

Gabriel Boric entend promouvoir une grande réforme fiscale pour faire participer les plus riches à son programme de meilleur accès à la santé, à l'éducation et à la création d'un nouveau système de retraite, aujourd'hui entièrement privé. Le Chili est le pays le plus inégalitaire de l'OCDE.

Costume sombre et chemise blanche ouverte au col, fines lunettes et barbe épaisse, il a promis aux dizaines de milliers de supporters rassemblés pour l'écouter dans le centre de Santiago "plus de droits sociaux" "tout en restant fiscalement responsables".

- "J'en pleure de joie" -

Une foule compacte et rieuse a envahi les rues de la capitale, agitant des drapeaux chiliens, dont la place d'Italie, épicentre des rassemblements en 2019 pour plus de justice sociale.

<p>Gabriel Boric devant ses partisans à la suite de sa victoire au second tour de l'élection présidentielle au Chili, à Santiago, le 19 décembre 2021</p>

La fête s'apprête à durer toute la nuit tant le retour d'une certaine forme du pinochétisme était crainte parmi la population.

"C'est une lutte qui dure depuis de nombreuses années, depuis nos parents et nos grands-parents, et nous continuons à lutter contre tout ce que Kast signifie au Chili", dit Daniela, une serveuse de 27 ans. "C'est nous, les jeunes, qui devons faire avancer les choses. J'ai foi en lui, je crois en ce qu'il dit".

"J'en pleure de joie. Nous avons battu le fascisme, c'était comme une naissance. Je vais rentrer à la maison, je vais serrer mes enfants dans mes bras et boire une bière", a lancé Jennie Enriquez, 45 ans, employée de pharmacie.

<p>L'ex-président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva porte une casquette marquée "Boric presidente" sur une photo postée sur son compte Twitter, le 19 décembre 2021</p>

"Les jeunes ont compris qu'il fallait changer les choses et qu'un candidat comme José Kast était très dangereux. Les jeunes sont descendus dans la rue et ont montré qu'il y a des demandes qui doivent être satisfaites", estime Pedro Carballeda, 19 ans, étudiant en droit.

Le président sortant Sebastian Piñera a félicité dans une discussion vidéo le nouveau chef de l'Etat élu qui prendra officiellement ses fonctions le 11 mars.

"L'histoire nous a appris que lorsque nous nous divisons en guerres fratricides, les choses finissent toujours mal. Tout le Chili espère (...) qu'il y aura un très bon gouvernement pour le Chili et les Chiliens", a dit M. Piñera au président élu.

Avant lui, José Antonio Kast avait tenu à féliciter son adversaire: "Il mérite tout notre respect, beaucoup de Chiliens lui ont fait confiance", a-t-il déclaré après avoir reconnu sa défaite sur son compte officiel Twitter.

<p>Scènes de liesse à Santiago après l'annonce de la victoire du candidat de gauche, Gabriel Boric, à la présidentielle chilienne, le 19 décembre 2021</p>

De Cuba à l'Argentine, en passant par le Mexique, le Nicaragua, le Venezuela et le Pérou, les gouvernements de gauche d'Amérique latine ont exprimé leur satisfaction à la victoire de M. Boric.

L'ancien président du Brésil, Luiz Inacio Lula da Silva (Parti des travailleurs, gauche), que les sondages donnent vainqueur de la présidentielle en 2022 dans un éventuel duel avec le président d'extrême droite Jair Bolsonaro, s'est dit "heureux d'une nouvelle victoire d'un candidat démocratique et progressiste dans notre Amérique latine, pour la construction d'un avenir meilleur pour tous".

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.