Face à la déferlante Omicron, les Etats-Unis se mobilisent

AFP
<p>Des passantes masquées font des achats avant Noël à Bond Street dans le centre de Londres le 21 décembre 2021</p>

Face au variant Omicron qui déferle sur les Etats-Unis et l'Europe, Washington s'est mobilisé mardi, misant sur les tests et les vaccins alors qu'en Allemagne le nouveau chancelier Olaf Scholz s'apprête à durcir les restrictions.

Le nouveau variant du coronavirus se répand à une vitesse fulgurante et plus d'une contamination sur trois semble désormais liée à Omicron à Paris, selon le gouvernement français.

Aux Etats-Unis, Omicron est désormais dominant: il a représenté 73,2% des nouvelles infections au Covid-19 lors de la semaine qui s'est achevée le 18 décembre, selon les autorités sanitaires américaines. Dans certains Etats du nord-ouest, la proportion d'Omicron tourne autour de 95% des cas.

C'est dans ce contexte que Joe Biden doit annoncer mardi de nouvelles mesures dans le pays le plus endeuillé du monde en valeur absolue par la pandémie, avec plus de 807.000 morts.

La Maison Blanche a détaillé mardi la stratégie du président américain: des tests, des capacités de vaccination renforcées et des moyens supplémentaires pour les hôpitaux, mais pas de nouvelles restrictions avant Noël.

"Il n'y a pas besoin de confiner nos écoles ni notre économie", a affirmé un haut responsable de la Maison Blanche lors d'une conférence de presse.

Les autorités vont distribuer gratuitement 500 millions de tests pour le Covid-19 et le gouvernement fédéral va mobiliser un millier de médecins, infirmiers ou personnels médicaux de l'armée, qui pourront être déployés si besoin à travers le pays en janvier et février, et augmenter la capacité de vaccination.

Les Etats-Unis vont également donner plus d'un demi-milliard de dollars d'aide supplémentaire à des organisations internationales pour lutter contre le Covid-19 face à l'irruption du variant Omicron, a annoncé le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken.

- Restrictions en Allemagne -

En Allemagne, le gouvernement s'apprête à durcir les restrictions sanitaires au Nouvel An, selon un projet consulté lundi par l'AFP et qui doit être discuté mardi lors d'une réunion de crise entre le gouvernement et les représentants des 16 régions du pays, suivie d'une conférence de presse d'Olaf Scholz.

<p>Bilan mondial de la pandémie de nouveau coronavirus, au 21 décembre à 11h00 GMT</p>

A partir du 28 décembre, hors enfants de moins de 14 ans, les personnes vaccinées ou guéries ne pourront pas accueillir chez elles plus de 10 invités et à condition qu'ils soient tous immunisés, selon le texte. Les non-vaccinés ne sont de leur côté autorisés à inviter qu'au maximum deux personnes d'un seul foyer.

Les événements sportifs se dérouleront "sans spectateurs" à partir du 28 décembre, de même que les manifestations culturelles et les concerts, selon un deuxième texte modifié. Discothèques et clubs de danse seront fermés.

<p>Une personne porte une pancarte où est écrit en allemand "Obligation vaccinale? Non merci!" lors d'une manifestation contre les restrictions sanitaires, à Düsseldorf (ouest de l'Allemagne), le 18 décembre 2021</p>

Contrairement aux Pays-Bas voisins, l'Allemagne n'envisage pas de fermer des magasins jugés non essentiels, les cinémas ou les restaurants, estimant suffisant de limiter leur accès aux personnes vaccinées ou guéries.

Pas de mesures de ce type prévues en France non plus, où "plus d'une contamination sur trois (au Covid-19) semble liée au variant Omicron" à Paris au vu des criblages réalisés, a annoncé mardi le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal.

Le taux d'incidence du Covid-19 atteint "une nouvelle fois un record" en France, à 537 cas pour 100.000 habitants, a-t-il précisé.

- Objectif 2022 -

<p>Le chancelier allemand Olaf Scholz lors d'une conférence de presse à Rome, le 20 décembre 2021</p>

Le maire travailliste de Londres, Sadiq Khan, a annoncé lundi soir l'annulation des festivités prévues dans la capitale britannique pour le Nouvel An, tout comme le Maroc, qui a en outre instauré un couvre-feu entre minuit et 06H00.

<p>Le président américain Joe Biden lors d'une réunion sur le Covid-19 à la Maison Blanche, à Washington, le 16 décembre 2021</p>

Pour se protéger, il faut "dans certains cas annuler un événement", a assuré lundi le patron de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, car "un événement annulé vaut mieux qu'une vie de moins".

Il a lancé l'objectif d'un point final au Covid pour 2022 "en veillant à ce que 70% de la population de chaque pays soit vaccinée" d'ici à mi-2022.

A ses côtés, la cheffe scientifique de l'OMS, la docteure Soumya Swaminathan, a affirmé que les premières données d'Afrique du Sud avaient montré que les hospitalisations liées à Omicron restaient moins nombreuses que pendant les précédentes vagues Delta.

Face au déferlement d'Omicron, Israël a ajouté mardi les Etats-Unis et plusieurs autres pays à sa liste rouge d'une cinquantaine d'Etats vers lesquels il est interdit de voyager. La Thaïlande a pour sa part rétabli la quarantaine pour tous les voyageurs.

<p>Un homme sans domicile fixe reçoit une dose de vaccin anti-Covid à Moscou, le 20 décembre 2021</p>

La pandémie a fait au moins 5,35 millions de morts dans le monde depuis que le bureau de l'OMS en Chine a fait état de l'apparition de la maladie fin décembre 2019, selon un bilan établi par l'AFP mardi, sans doute inférieur à la réalité.

L'épidémie a été pratiquement éradiquée en Chine depuis grâce à des mesures drastiques, mais la grande ville de Xi'an (nord) a commencé mardi à dépister l'ensemble de ses 13 millions d'habitants après la détection d'une quarantaine de cas.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.