Malaisie: 14 morts et plus de 70.000 déplacés après des inondations exceptionnelles

Danny Lau
<p>Des gens pataugent dans l'eau près de voitures partiellement submergées à Shah Alam en Malaisie le 21 décembre 2021</p>

Le bilan s'est alourdi mardi à 14 morts et plus de 70.000 déplacés en Malaisie après les pires inondations dans ce pays d'Asie du Sud-Est depuis plusieurs années, tandis que l'armée distribuait par bateau de la nourriture aux personnes encore piégées dans leurs maisons.

Des pluies torrentielles pendant le week-end ont provoqué des inondations dans plusieurs villes et villages, coupant les principaux axes routiers.

Selangor, l'État le plus riche et le plus densément peuplé du pays, qui entoure la capitale Kuala Lumpur, est l'une des régions les plus touchées.

Certaines parties de la capitale de l'État, Shah Alam, étaient encore sous l'eau mardi, et des militaires dans des bateaux ont distribué de la nourriture aux personnes bloquées dans leurs maisons et dans les abris du gouvernement.

"Ma maison est totalement endommagée, mes deux voitures sont cassées", a déclaré à l'AFP Kartik Subramany. "Ce sont les pires inondations de toute ma vie"

Il fui sa maison alors que les eaux de crue montaient, et s'est réfugié dans une école pendant 48 heures avant d'être évacué avec sa famille vers un abri.

"Le gouvernement fédéral a lamentablement laissé tomber la population, a ajouté cet homme de 29 ans. Il a échoué dans sa fonction première de protection et de sauvegarde des vies".

- 'Aucun avertissement' -

Des milliers de membres des services d'urgence et de l'armée ont été mobilisés, mais les critiques estiment que cela n'était pas suffisant et que des volontaires ont dû intervenir pour fournir de la nourriture et des bateaux pour les opérations de sauvetage.

Dans un quartier de Shah Alam durement touché, un journaliste de l'AFP a vu des personnes cherchant désespérément de la nourriture s'emparer d'articles dans un supermarché dévasté.

<p>Un homme s'accroche à une barrière en attendant d'être évacué par les secouristes à Shah Alam en Malaisie, touchée par des inondations, le 20 décembre 2021</p>

"Aucun avertissement précoce des pluies torrentielles n'a été donné", a déclaré à l'AFP la députée de l'opposition Fuziah Salleh, qui juge la réponse officielle "désespérée" et "incompétente".

"C'est tellement triste que des vies aient été perdues".

L'opposition a accusé le gouvernement d'ignorer les appels à mieux préparer la saison des pluies en améliorant notamment le drainage dans les zones urbaines densément peuplées.

Un premier bilan faisait état de sept morts, mais il s'est alourdi mardi à 14 morts, dont huit à Selangor et six dans l'État oriental de Pahang, selon l'agence de presse officielle Bernama.

Mais ce chiffre pourrait augmenter, de nombreuses personnes étant toujours portées disparues.

<p>Des hommes cherchent des articles à la lumière d'un téléphone portable dans un supermarché dévasté de Shah Alam en Malaisie le 21 décembre 2021</p>

Plus de 71.000 personnes ont été contraintes de quitter leur domicile en raison des inondations, dont 41.000 à Pahang (centre) et 27.000 à Selangor, selon les données officielles.

Les personnes évacuées sont hébergées dans des centres de secours du gouvernement, mais les responsables ont prévenu qu'il fallait s'attendre à une augmentation des cas de coronavirus liés à la promiscuité dans les abris.

La pluie a cessé lundi, permettant aux habitants de revenir dans leurs maisons dévastées et de récupérer leurs biens.

"Je tiens mon commerce depuis plus de 24 ans... cela ne s'est jamais produit auparavant", a déclaré Mohammad Awal, dont le magasin de cosmétiques dans la banlieue de Kuala Lumpur a été inondé.

La Malaisie subit chaque année des inondations pendant la saison des pluies, mais celles du week-end ont été les pires depuis 2014, lorsque plus de 100.000 personnes avaient été forcées de quitter leurs foyers.

Le rôle du réchauffement climatique a été pointé du doigt dans l’aggravation des inondations.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.