Retour du masque obligatoire à l'extérieur: les Espagnols se font une raison

Marie GIFFARD
<p>Des passants déambulent masqués dans les rues illuminées de Madrid, le 22 décembre 2021 au lendemain de l'annonce du retour du masque obligatoire à l'extérieur en Espagne</p>

"Excellente mesure! Je suis en faveur de tout ce qui peut protéger les gens": au lendemain de l'annonce du retour du masque obligatoire à l'extérieur, les Espagnols faisaient contre mauvaise fortune bon coeur, beaucoup se réjouissant même de la mesure.

Dans le centre-ville de Madrid, ils étaient quelques uns jeudi à exposer leur visage au vent: touristes, cyclistes, fumeurs et quelques autres. Mais la majorité des gens portaient le masque, avant même l'entrée en vigueur de l'obligation vendredi.

La mesure paraît "excellente" à Amadeus Garcia, 82 ans, qui se promène sur la célèbre place de la Puerta del Sol derrière un FFP2. "Tout ce qui va dans le sens de la protection est bien", poursuit-il, expliquant porter le masque "tout le temps".

Quant aux doutes de certains experts sur l'efficacité d'une telle mesure, rarissime actuellement dans le monde, l'octogénaire les balaye: "il y a des complotistes partout!".

"Ah bon, dans la rue aussi il faut le porter ? Je ne savais pas". En vacances à Madrid, Ramy Azizeh est l'un des rares à avoir le visage dégagé. Il juge que la mesure est bonne et devrait s'exporter à Londres, où vit ce jeune comptable. "On n'aurait pas eu autant de cas: 100.000 en 24H!, dit-il."

Jeannet Prevost, également de passage dans la capitale espagnole, approuve la mesure "préventive, d'autant plus avec ce nouveau variant". Cette pédiatre péruvienne de 62 ans dit avoir été surprise en arrivant à Madrid: "les gens ne mettent pas le masque, ils ne portent pas le double masque comme à Lima. Tiens, regarde là-bas, lui ne le porte pas".

- "Une mesure de Noël" -

Devant la bouche de métro, c'est le "dernier jour de liberté" pour Aida García, une avocate de 28 ans qui porte un bonnet sur sa tête.

"C'est pénible, mais c'est nécessaire, et d'ailleurs, il ne faut pas se dire +allez c'est bon, j'ai le masque, on oublie le reste!+", commente-t-elle.

<p>Des piétons anticipent le retour du port du masque obligatoire à l'extérieur dans toute l'Espagne, le 22 décembre 2021 à Madrid</p>

A partir de vendredi, elle respectera l'obligation, qu'elle considère être "une mesure de Noël" et dont elle espère en grimaçant qu'elle sera levée "en février".

Begoña Gómez, 61 ans, marche au bras de sa fille Cristina Blanco, 23 ans. Elles réajustent le masque qu'elles avaient sur le menton quand on s'approche d'elles.

Le masque dehors? En choeur, elles répondent que c'est "parfaitement inutile". "Les gens ont du bon sens, ils savent comment se comporter s'il y a du monde ou non, comment se protéger...", explique Begoña.

A Barcelone (Catalogne), la deuxième plus grande ville du pays, Lorena Ramos, une infirmière de 34 ans, partage le même avis: "Ca fait suffisamment longtemps que nous vivons avec la pandémie pour savoir comment se comporter quand il y a du monde".

Alberto Díaz, photographe de 34 ans, estime qu'il s'agit d'une "mesure dissuasive pour contrôler d'une manière ou d'une autre autre les fêtes de Noël, une mesure express qui n'a pas vraiment de sens, mais pour dire qu'on fait quelque chose".

En annonçant mercredi le retour du masque à l'extérieur, le Premier ministre Pedro Sánchez a insisté sur le consensus "très large" de cette mesure, réclamée par la majorité des présidents de régions au cours de la réunion extraordinaire convoquée mercredi face à la propagation du variant Omicron.

"L'expérience nous a démontré que, combiné à la vaccination, le masque était fondamental pour prévenir la hausse des infections", a-t-il dit devant la presse.

<p>Des passants masqués dans les rues illuminées de Madrid, le 22 décembre 2021 au lendemain de l'annonce du retour du masque obligatoire à l'extérieur</p>

Championne de la vaccination avec 89,7% des plus de 12 ans totalement vaccinés et déjà plus d'un enfant de 5 à 11 ans qui a reçu sa première dose, l'Espagne a connu une situation hospitalière dramatique au début de la pandémie en 2020.

Elle a gardé un souvenir amer du premier confinement, l'un des plus strict au monde, qui avait laissé dans son sillage une économie exsangue et une population traumatisée.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.