A travers le monde, Noël une nouvelle fois sous l'ombre de la pandémie

Clément MELKI, avec les bureaux de l'AFP dans le monde
<p>La bénédiction Urbi et Orbi du pape François a démarré vers midi devant les fidèles rassemblés sur la place Saint-Pierre au Vatican, le 25 décembre 2021</p>

Plusieurs milliards de personnes célèbrent Noël samedi, des festivités entravées pour la seconde année consécutive par la pandémie de Covid-19 qui a entraîné l'annulation et le retard de milliers de vols durant le week-end, face au très contagieux variant Omicron.

La bénédiction urbi et orbi du pape François a démarré vers midi devant les fidèles rassemblés sur la place Saint-Pierre de Rome.

François a appelé au "dialogue" face à la tentation du "repli sur soi" lors de son traditionnel message de Noël.

"En ces temps de pandémie, notre capacité à entretenir des relations sociales est mise à rude épreuve, la tendance se renforce à se replier sur soi, à faire cavalier seul", y compris "au niveau international", a déclaré le souverain pontife, estimant que "seuls les chemins du dialogue conduisent réellement à la résolution des conflits".

Rappelant les guerres en cours à travers le monde, le pape a déploré que "nous ne les remarquons presque plus" tant "nous y sommes habitués". Il a appelé au "dialogue" afin de "ne pas laisser se propager les métastases d'un conflit gangrené" en Ukraine, où les tensions avec les séparatistes pro-russes font craindre une escalade militaire.

<p>Le pape François porte l'enfant Jésus lors d'une messe de Noël à la Basilique Saint-Pierre, le 24 décembre 2021 au Vatican</p>

Il a aussi insisté sur les "tragédies immenses" et "oubliées" qui se jouent en Syrie et au Yémen, en proie à des conflits qui ont fait "de nombreuses victimes et un nombre incalculable de réfugiés".

Le pontife argentin, âgé de 85 ans, a présidé vendredi soir la messe de Noël dans la basilique Saint-Pierre devant quelque 2.000 personnes masquées, une cérémonie célébrée en plusieurs langues en présence de représentants d'autres confessions chrétiennes.

A Bethléem, ville palestinienne de Cisjordanie occupée, plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées, malgré le froid, sur la place de la Mangeoire pour suivre une parade de scouts palestiniens.

Pataugeant dans une flaque d'eau, le père Ricardo Virtudazo a célébré la messe de Noël dans son église aux Philippines endommagée par le typhon Rai qui a fait récemment près de 400 morts et des dizaines de milliers de sans-abri.

<p>Messe de Noël dans une église à Karachi, le 24 décembre 2021 au Pakistan</p>

Des dizaines de fidèles ont prié pour retrouver un toit et de la nourriture et pour une météo clémente.

"Ce qui est important, c'est que nous soyons tous sains et saufs", confie Joy Parera, qui assistait avec son mari à la messe de l'église San Isidro Labrador à Alegria, sur l'île de Mindanao.

- Voyages perturbés -

Les compagnies aériennes ont dû annuler ce week-end plus de 4.500 vols dans le monde, dont près d'un quart liés aux Etats-Unis, tandis que des milliers d'autres ont été retardés. De nombreux membres du personnel (pilotes, hôtesses...) ont été placés en quarantaine après avoir été exposés au virus.

Des millions d'Américains ont malgré tout sillonné leur pays, bien que la vague Omicron dépasse déjà le pic du variant Delta, avec 171.000 cas quotidiens en moyenne sur sept jours, et que les hôpitaux sont saturés.

<p>Un panneau d'information sur les vols au départ de l'aéroport international de Los Angeles, le 24 décembre 2021</p>

La flambée des infections a jeté un froid sur les festivités. Les rassemblements sont généralement plus aisés qu'en 2020 même si les Pays-Bas sont confinés, que Broadway a annulé les spectacles de Noël à New York et que l'Espagne et la Grèce ont réintroduit le masque obligatoire à l'extérieur.

La Chine a signalé samedi 140 nouveaux cas de coronavirus, le chiffre le plus élevé depuis quatre mois. Pékin s'empresse de contenir l'épidémie dans plusieurs régions, dont la ville de Xi'an, où des millions de personnes sont confinées, alors que le pays se prépare à organiser les Jeux olympiques d'hiver en février.

Le variant Omicron est devenu dominant au Portugal avec plus de 61% des cas et un record d'infections depuis janvier en 24 heures, malgré un taux de couverture vaccinale parmi les plus élevés du monde.

La France a franchi vendredi la barre des 94.000 nouveaux cas, niveau inédit depuis le début de l'épidémie en mars 2020. Lundi, le gouvernement doit adopter le projet de loi rendant le pass vaccinal obligatoire.

Le Royaume-Uni, également confronté à une propagation fulgurante d'Omicron, a recensé vendredi plus de 122.000 cas supplémentaires, un nouveau record.

- "Fragment d'espoir" -

<p>Une enfant reçoit une injection de vaccin contre le Covid-19, le 18 octobre 2021 à Quito, en Equateur</p>

La plupart des Australiens peuvent de nouveau voyager dans leur pays, pour la première fois depuis le début de la pandémie, renforçant l'esprit de Noël dans un pays qui connaît pourtant un nombre record de contaminations.

L'archevêque catholique de Sydney (sud-est) Anthony Fisher a salué dans son message de Noël les "scènes émouvantes de gens se retrouvant dans les aéroports après des mois de séparation".

<p>Bilan mondial de la pandémie de nouveau coronavirus, au 24 décembre à 11h00 GMT</p>

En Amérique latine, le président chilien sortant Sebastian Piñera a annoncé que son pays administrerait à partir de février une quatrième dose de vaccin contre le coronavirus.

Et en Equateur la vaccination anti-covid est désormais obligatoire dès cinq ans, une première mondiale pour ce groupe d'âge. Jusqu'ici, seule une poignée de pays ont rendu obligatoire la vaccination.

La pandémie a fait au moins 5.385.564 morts dans le monde depuis fin 2019, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles vendredi. L'Organisation mondiale de la santé estime que le bilan réel pourrait être deux à trois fois supérieur.

L'épidémie a encore accéléré dans presque toutes les régions du monde lors de la semaine écoulée, à l'exception du Moyen-Orient et de l'Asie, selon les bases de données de l'AFP.

<p>Des enfants dans les bras d'un Père Noël lors d'une distribution caritative de colis alimentaires dans les favelas du Complexe d'Alemao, le 23 décembre 2021 à Rio de Janeiro, au Brésil</p>

Mais les fermetures de frontières et les restrictions n'ont pas empêché un fameux traîneau tiré par des rennes de parcourir le globe.

Le ministre canadien des Transports avait donné un feu vert à l'équipage du Père Noël. Même prévenance côté australien: "Nos contrôleurs aériens guideront le Père Noël en toute sécurité dans l'espace aérien australien", avait indiqué l'Autorité de sécurité aérienne.

Au Brésil, un Père Noël noir arrivé en hélicoptère a distribué des colis alimentaires aux habitants de la favela de Penha, à Rio de Janeiro (sud-est).

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.