Confronté à la vague du Covid-19, le sport français renoue avec les jauges

AFP
<p>Le Premier ministre Jean Castex annonce les nouvelles mesures de restriction sanitaires lors d'une conférence de presse, lundi 27 décembre à l'hôtel de Matignon, Paris</p>

Avec le retour des jauges pour les grands rassemblements en France, annoncé lundi par le gouvernement, le sport est à nouveau frappé de plein fouet par le Covid-19, qui a déjà recommencé à désorganiser diverses compétitions à travers le monde.

Confronté à la déferlante du variant Omicron, la France renoue avec les jauges pour les grands évènements, environ cinq mois après leur abandon. Elles sont fixées à 2.000 personnes pour les manifestations en intérieur, et 5.000 personnes pour les évènements organisés en extérieur, et la consommation de boissons et d'aliments y sera interdite.

Ces mesures entreront en vigueur lundi, pour trois semaines, a précisé le Premier ministre Jean Castex.

Ces annonces gouvernementales suivent, selon un scenario bien rodé, une cascade de reports de rencontres sportives, dans le Top 14 de rugby ou encore en Elite de basket.

"Ce sont des mesures contraignantes mais elles étaient anticipées", a réagi auprès de l'AFP le directeur général de la Ligue nationale de basket (LNB) Michel Mimran. "Nous avons l'espoir que la situation s'améliore et ce que ces mesures ne s'appliquent que trois semaines."

Dimanche, le choc de rugby entre le Stade toulousain et le Stade Français avait été reporté à cause de contaminations au Covid parmi les joueurs parisiens. Quatre matches sur sept prévus dans le cadre du "Boxing Day" --journées de championnat suivant Noël-- ont été reportés.

La situation fait peser un poids sur le calendrier des clubs français, dont la plupart doivent déjà rattraper des matches de compétitions européennes reportés le week-end dernier.

- Handballeurs français touchés -

<p>Le match du championnat d'Ecosse de football entre Heart of Midlothian et Ross County, à Edimbourgh, s'est tenu dans un stade vide le 26 décembre 2021</p>

Les autres sports ne sont pas épargnés par la résurgence de la pandémie. L'équipe de France de handball, depuis dimanche en stage de préparation pour l'Euro-2022 (13-30 janvier), est frappée de plein fouet par l'explosion des infections.

Après Nikola Karabatic, Benoît Kounkoud et Yanis Lenne, initialement convoqués mais positifs au coronavirus, la Fédération (FFHB) a annoncé les contaminations de cinq nouveaux joueurs dimanche, dont le champion olympique Hugo Descat.

Le placement à l'isolement des joueurs à leur arrivée, en attendant le résultat d'un deuxième test, "a permis d'éviter une première petite catastrophe", a jugé le médecin des Bleus, le Dr Pierre Sébastien en visioconférence lundi.

Le sélectionneur Guillaume Gille compte pour l'heure seulement treize joueurs valides à disposition.

La situation s'est aussi dégradée sur les terrains de volley. Deux matches ont été reportés, ceux de Montpellier prévus contre Paris le 17 décembre et Tourcoing mercredi prochain.

Sur les parquets de basket, après les matches de championnat de France de Nanterre déjà reportés pour raisons sanitaires ces trois dernières journées, la situation s'est tendue. Le leader Boulogne-Levallois, "suite à des cas positifs dans l'effectif", a vu sa rencontre de lundi soir contre Le Portel ajournée.

L'Asvel Lyon-Villeurbanne, frappée par des cas de Covid-19, a demandé en vain à la Ligue nationale de basket le report de sa rencontre prévue lundi soir face à Limoges.

Ce retour aux restrictions intervient alors que les clubs de basket, mais aussi de hand, de volley, de rugby et même de football ne se sont pas encore remis, financièrement, de la crise profonde provoquée par les interruptions de leurs compétitions, au plus fort de la première vague de Covid-19, puis du huis-clos et des jauges de spectateurs.

En football, la Ligue 1 est en pause, mais la plupart des clubs reprennent l'entraînement le 28 ou 29 décembre en vue des 16e de Coupe de France du 2 au 4 janvier.

- Incertitudes sur la Coupe de France -

<p>Le numéro 1 mondial du classement masculin, le Serbe Novak Djokovic, le 2 février 2021, lors de l'ATP Cup à Melbourne (Australie).</p>

Le retour des fêtes pourrait entraîner une vague de cas positifs et le forfait de certaines équipes. Que déciderait la Fédération française de football si un nombre élevé de rencontres ne pouvait se disputer ? Dans ces conditions exceptionnelles, pourrait-on envisager un report de l'ensemble des 16e alors que le calendrier déjà chargé des clubs offre peu de possibilités ?

L'exemple du football anglais, dont le Boxing Day a été amputé ce week-end de trois matches et qui commence à être profondément perturbé à nouveau par le Covid, peut faire redouter le pire.

Aux Etats-Unis, le championnat de basket se poursuit bon an mal an, mais les équipes sont décimées par les cas de Covid, avec 27 des 30 franchises NBA confrontées à des cas de Covid selon les chiffres publiés par la Ligue nord-américaine dimanche.

Les Atlanta Hawks sont privés ainsi de onze joueurs, les Celtics de neuf, mais la NBA permet aux équipes de recruter des joueurs pour des contrats de courte durée qui évoluent dans le championnat de réserve afin de remplacer les absents.

La Ligue nord-américaine de hockey sur glace (NHL) a elle déjà reporté 67 matches.

Le ski alpin n'est pas épargné avec la N.1 mondiale, Mikaela Shiffrin, qui a annoncé lundi qu'elle était positive au Covid à un peu plus d'un mois des Jeux olympiques de Pékin (4-20 février) qui seront organisés dans des conditions drastiques et de tolérance zéro pour le Covid, ont déjà prévenu les organisateurs.

Autre rendez-vous majeur du début du calendrier sportif 2022, l'Open d'Australie de tennis (17-30 janvier): plusieurs joueurs de renom, comme Rafael Nadal, Andrey Rublev ou Emma Raducanu, ont dû stopper leur préparation après avoir été testés positifs.

Le N.1 mondial Novak Djokovic, qui entretient le doute sur son statut vaccinal, n'a lui toujours pas dit s'il se rendrait en Australie qui exige des participants d'être vaccinés.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.