Covid-19: le masque obligatoire fait son retour dans de nombreuses villes

AFP
<p>Dans une rue de Paris le 23 novembre 2020</p>

De nombreux départements ou villes, comme en région parisienne ou à Lyon, ont annoncé le retour du masque obligatoire dans la rue dès vendredi pour tenter de juguler le variant Omicron, qui fait exploser les contaminations au Covid-19.

La préfecture de police de Paris a annoncé mercredi soir le retour du masque moins de quarante-huit heures plus tard dans la capitale.

Le masque devra être porté par les personnes âgées de plus de 11 ans, "à l'exception des personnes circulant à l'intérieur de véhicules, des cyclistes et des usagers des deux-roues" ou des "personnes pratiquant une activité sportive" dans les rues et les lieux ouverts au public, hors bois de Boulogne et de Vincennes, a-t-elle précisé dans un communiqué.

Les autres préfectures d'Ile-de-France ont emboîté le pas en annonçant des mesures similaires, dont les contours divergent toutefois selon les départements.

<p>Dans une rue de Lyon le 22 août 2020</p>

Le masque est de nouveau imposé dans l'ensemble des départements des Hauts-de-Seine, du Val-de-Marne, de la Seine-Saint-Denis, dans toutes les communes du Val-d'Oise (périmètre compris entre les panneaux d'entrée et de sortie de la commune) et de la Seine-et-Marne, dans les agglomérations de l'Essonne et dans le centre des agglomérations des Yvelines.

"Il le faut de toute manière il n'y a pas le choix. Pour éviter les contaminations avec le Omicron tout ça, (...) c’est un mal nécessaire", estime Mohamed Ben Jemaa, 68 ans, retraité interrogé jeudi par l'AFP à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis).

"Je ne comprends pas pourquoi on doit être obligé de porter le masque, on fait déjà les tests, on a une troisième dose", s'étonne Selphine Che, esthéticienne de 29 ans dont la mère vaccinée vient pourtant d'attraper le virus.

Cet air de déjà-vu essaime également dans d'autres villes, avec des périmètres et des durées variables selon les arrêtés préfectoraux.

<p>Dans la rue Sainte-Catherine à Bordeaux le 27 novembre 2021</p>

A Lyon ou Villeurbanne, le masque fait son retour à compter de ce jeudi minuit pour une durée de trois semaines, "excepté entre 02h00 et 06h00 du matin", a indiqué la préfecture du Rhône dans un communiqué.

A l'exception des plages et de certains espaces naturels, le masque sera également de rigueur dans l'espace public en Loire-Atlantique. A Tours (Indre-et-Loire), l'obligation ne sera valable que dans le centre-ville à partir du 1er janvier, pour un mois.

Quelques arrêtés concernent le Sud-Ouest. En Charente-Maritime, l'obligation du port du masque à l'extérieur est étendu à 72 communes à partir de jeudi et jusqu'au 19 janvier, et concerne aussi bien La Rochelle que des communes iliennes comme Ars-en-Ré ou Dolus-d’Oléron.

En Dordogne, "à Périgueux, Bergerac et Sarlat, et en accord avec les maires concernés, le port du masque sera à nouveau obligatoire à compter du 31 décembre en centre-ville, et pour une durée d’un mois éventuellement reconductible en fonction de l’évolution de la situation sanitaire", a indiqué la préfecture.

<p>Graphique montrant l'évolution des hospitalisations et des personnes en soins critiques en France, au 30 décembre</p>

En Provence-Alpes-Côte d’Azur, une des régions au taux d'incidence du virus le plus élevé de métropole, le masque est déjà une réalité dans le Var depuis le 11 décembre et jusqu'au 7 janvier, sur l'ensemble des voies et lieux publics.

Les contrevenants s'exposent à une amende de 135 euros.

La France enregistre record sur record de contaminations au Covid-19 dues au "raz-de-marée" Omicron, avec 208.000 nouveaux cas mercredi, après environ 180.000 pendant les vingt-quatre heures précédentes.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.