Les rebelles yéménites saisissent un bateau en mer Rouge

Haitham EL-TABEI, avec Aziz EL-MASSASSI à Dubaï
<p>Capture d'écran d'images diffusées par les rebelles houthis au yémen montrant le navire "Rwabee", battant pavillon des Emirats arabes unis, qu'ils ont saisi dans la mer Rouge, le 3 janvier 2022</p>

Les rebelles houthis au Yémen ont saisi lundi un bateau en mer Rouge qui transportait selon eux du "matériel militaire", l'Arabie saoudite dénonçant quant à elle un acte de "piraterie" contre un navire contenant des équipements civils.

"Le bateau nommé +Rwabee+ et battant pavillon des Emirats arabes unis a été piraté et kidnappé à 23H57 (20H57 GMT) dimanche alors qu'il naviguait au large de la province de Hodeida", dans l'ouest du Yémen, a déclaré Turki al-Maliki, porte-parole saoudien de la coalition.

<p>Localisation d'un bateau saisi par les rebelles yéménites en mer Rouge, à proximité de Hodeida</p>

L'Arabie saoudite intervient au Yémen depuis 2015 à la tête d'une coalition militaire pour appuyer les forces gouvernementales face aux Houthis, soutenus par l'Iran.

Puissances rivales, l'Iran chiite et l'Arabie saoudite sunnite, pays voisin du Yémen, s'opposent sur plusieurs dossiers au Moyen-Orient.

Le navire qui revenait de l'archipel yéménite de Socotra, au large des côtes sud du Yémen, avait transporté du matériel destiné à un hôpital de campagne dans cet archipel, et se dirigeait vers Jazan, en Arabie saoudite, a assuré M. Maliki, dans un communiqué cité par l'agence officielle saoudienne SPA.

"La milice terroriste des Houthis porte l'entière responsabilité de cet acte criminel de piraterie", a-t-il ajouté, appelant les rebelles à "libérer immédiatement le navire." A défaut, "les forces de la coalition prendront toutes les mesures nécessaires pour faire face à cette violation".

Contacté par l'AFP, Turki al-Maliki n'a pas été en mesure de préciser le nombre de personnes à bord du navire.

Les Emirats arabes unis n'ont pas immédiatement répondu à une demande de commentaire de l'AFP.

Les Houthis ont eux confirmé avoir saisi un bateau battant pavillon émirati, affirmant qu'il transportait du "matériel militaire".

Le navire est "entré dans les eaux yéménites sans aucune autorisation" et "se livrait à des actes hostiles", a accusé sur Twitter le porte-parole militaire des rebelles, Yahya Saree.

"L'opération réussie et sans précédent s'inscrit dans le cadre de la lutte contre l'agression" de la coalition, dont les Emirats font partie, a pour sa part tweeté un chef rebelle, Mohammed Abdelsalam.

Lors d'une conférence de presse plus tard lundi, il a diffusé des extraits vidéo montrant du prétendu matériel militaire à bord du navire.

- "Saisie inhabituelle" -

"Cette saisie est inhabituelle. Il semble que ce soit le premier cas connu de saisie par les Houthis d'un navire de la coalition depuis plus de deux ans", a déclaré à l'AFP un responsable américain ayant requis l'anonymat.

Selon ce responsable basé dans le Golfe, "il ne semble pas s'agir d'un cargo transportant des marchandises commerciales au sens traditionnel du terme".

"Le navire transitait par les eaux territoriales du Yémen", a-t-il affirmé, alors que le bateaux commerciaux ou civils "transitent généralement par les eaux internationales".

<p>Capture d'écran d'images diffusée le 3 janvier 2022 par les rebelles houthis au Yémen montrant le navire "Rwabee", battant pavillon des Emirats arabes unis, saisi dans la mer Rouge pour le transport présumé de matériel militaire</p>

Il a toutefois assuré n'avoir pas connaissance du contenu du bateau ni s'il transportait du matériel militaire.

En novembre 2019, les rebelles avaient saisi un remorqueur battant pavillon saoudien et deux navires sud-coréens. Ils avaient ensuite relâché les membres d'équipage, dont deux ressortissants de Corée du Sud.

Plusieurs détournements de bateaux, en majeure partie attribués à l'Iran, ont eu lieu ces dernières années dans les eaux du Golfe et autour, accentuant les tensions.

- "Position de force" -

L'Iran et la marine des Etats-Unis, proche allié de l'Arabie saoudite, s'accusent régulièrement de mener des manoeuvres hostiles en mer.

Le conflit entre la coalition dirigée par Ryad et les rebelles a connu une escalade ces dernières semaines, l'aviation saoudienne multipliant les raids sur les territoires contrôlés par les Houthis au Yémen, et les Houthis intensifiant les attaques de missiles et drones contre le royaume.

Selon l'analyste Stéphane Lacroix, de Sciences Po Paris, les Houthis sont "dans une position relativement forte, non disposés à négocier et ils tentent de faire en sorte que la coalition abandonne".

"Les Saoudiens (...) ont lancé une offensive majeure pour mettre autant que possible la pression sur les Houthis pour qu'ils acceptent un compromis. Pour le moment, ça ne fonctionne pas" a-t-il ajouté, estimant que "la coalition ne peut pas faire grand chose de plus pour le moment".

L'ONU et les Etats-Unis font pression pour mettre fin à la guerre au Yémen qui dure depuis 2014, en vain.

Selon l'ONU, la guerre au Yémen a tué 377.000 personnes, dont environ 227.000 décès dus aux conséquences indirectes du conflit, comme le manque d'eau potable, la faim et les maladies.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.