Le Premier ministre haïtien dénonce une tentative d'assassinat contre lui

Amélie BARON
<p>Le Premier ministre haïtien Ariel Henry lors de l'investiture de son gouvernement, à Port-au-Prince, le 24 novembre 2021</p>

Le Premier ministre haïtien Ariel Henry a dénoncé, dans un entretien à l'AFP lundi, une tentative d'assassinat contre sa personne, lors des célébrations de la fête nationale organisées samedi dans la ville des Gonaïves.

"On a tenté quelque chose contre moi, personnellement", a affirmé le chef du gouvernement haïtien, qui dit se sentir "dans la ligne de mire des gens".

Ariel Henry assure de fait la gestion des affaires courantes depuis l'assassinat du président Jovenel Moïse par un commando armé le 7 juillet.

Des affrontements entre la police et des groupes armés ont éclaté samedi lors des célébrations de la fête nationale aux Gonaïves, à 150 km au nord de la capitale Port-au-Prince.

Sous des rafales de tirs d'armes à feu, Ariel Henry et les officiels présents ont été contraints de fuir précipitamment la ville où la déclaration d'indépendance d'Haïti a été signée, le 1er janvier 1804.

Sur des photos transmises à l'AFP par son bureau, un impact de balle est visible sur le pare-brise du véhicule blindé du Premier ministre.

Fin décembre, des groupes de citoyens et membres de bandes armées des Gonaïves, troisième plus grande ville d'Haïti, avaient violemment exprimé leur opposition à la venue du Premier ministre.

- "Chantage" -

"Je savais que je courais ce risque", a confirmé Ariel Henry, joint au téléphone par l'AFP.

"On ne peut pas accepter que des bandits de quel que milieu qu'ils soient, pour des raisons bassement pécuniaires, veuillent faire du chantage à l'État", a-t-il ajouté, précisant que des membres de gangs ont demandé de l'argent en échange d'une visite sans attaque aux Gonaïves.

L'assassinat, il y a six mois, du président haïtien dans sa résidence privée a amplifié la profonde crise politique dans laquelle le pays de la Caraïbe est englué depuis des années.

Si plusieurs citoyens haïtiens, deux Américains d'origine haïtienne et une quinzaine de ressortissants colombiens, présumés impliqués dans le meurtre de Jovenel Moïse, sont incarcérés à la prison de Port-au-Prince depuis cet été, l'enquête sur l'attentat contre le chef de l’État ne montre aucun signe de progrès.

Faute de preuves suffisantes, l'un des suspects, arrêté en octobre en Jamaïque, va être renvoyé en Colombie, ont rapporté samedi les médias jamaïcains.

Sans parlement fonctionnel depuis deux ans et avec un pouvoir judiciaire paralysé par le manque de juges à la plus haute cour du pays, Haïti s'enfonce dans une crise de gouvernance qui aggrave la pauvreté déjà endémique.

La mainmise grandissante des gangs sur le territoire national mine les espoirs d'amélioration des conditions de vie de la population, victime des enlèvements crapuleux commis quotidiennement par les bandes armées.

Deux ans après le départ des derniers policiers des Nations unies du pays, le Premier ministre assure que les forces nationales sont à même de restaurer la sécurité.

"Jusqu'à présent, je n'ai jamais demandé de troupes étrangères", a indiqué lundi à l'AFP Ariel Henry, demandant à la communauté internationale un soutien en formation "et éventuellement en matériel".

"Avec nos hommes, avec la police, nous allons y arriver, nous devons y arriver" a-t-il conclu.

Sous-équipée face à des gangs disposant d'un arsenal de guerre, la police haïtienne fait face à un manque de personnel, nombre d'agents ayant abandonné leur poste pour chercher un avenir meilleur à l'étranger.

Au moins 950 enlèvements ont été recensés en Haïti en 2021, selon le Centre d' analyse et de recherche en droits humains, organisation basée à Port-au-Prince.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.