Emeutes au Kazakhstan: l'ex-chef des services de renseignement arrêté

Christopher RICKLETON
<p>Une banque détruite par les émeutes à Almaty, capitale du Kazakhstan, photographiée le 8 janvier 2022</p>

Le Kazakhstan a annoncé samedi l'arrestation de l'ex-chef des services de renseignement soupçonné de "trahison" pendant les émeutes qui ont secoué le pays, la Russie rejetant les critiques américaines sur son déploiement militaire pour soutenir le pouvoir.

Le Comité national de sécurité (KNB) a annoncé que son ancien directeur, Karim Massimov, 56 ans, avait été placé en détention jeudi après le lancement d'une enquête pour "haute trahison".

Premier personnage de premier plan arrêté, M. Massimov avait été limogé cette semaine après le déclenchement des manifestations qui ont ébranlé le Kazakhstan et fait des dizaines de morts, notamment à Almaty, capitale économique du pays.

Allié de longue date de l'ancien président du Kazakhstan Noursoultan Nazarbaïev, dont il fut Premier ministre à deux reprises, Karim Massimov dirigeait le KNB depuis 2016.

Le KNB a annoncé dans un communiqué avoir ouvert jeudi une enquête pour haute trahison, ajoutant que M. Massimov avait été arrêté le même jour, "soupçonné d'avoir commis ce crime".

Par ailleurs, le président russe Vladimir Poutine et son homologue kazakh Kassym-Jomart Tokaïev ont eu une "longue" conversation téléphonique et sont convenus de rester en contact "permanent", a annoncé samedi le Kremlin.

Un contingent de troupes russes et d'autres pays alliés de Moscou est présent au Kazakhstan pour appuyer le pouvoir en place en protégeant les bâtiments stratégiques et en épaulant les forces de l'ordre.

Samedi, Moscou a dénoncé les commentaires, qualifiés de "grossiers", du secrétaire d'Etat américain Antony Blinken, qui avait prévenu vendredi qu'il serait "très difficile" pour le Kazakhstan d'obtenir le retrait des militaires russes.

<p>L'ancien Premier ministre du Kazakhstan Karim Massimov le 30 novembre 2015</p>

Après plusieurs jours de violences, notamment à Almaty où les forces de sécurité ont tiré à balles réelles sur des émeutiers qui ont incendié plusieurs bâtiments, la situation semblait plus calme samedi, même si la tension restait visible.

A Almaty, les forces de l'ordre tiraient ainsi des coups de feu en l'air pour empêcher les gens d'approcher d'une place centrale, a constaté un journaliste de l'AFP.

<p>Un conducteur montre le 8 janvier 2022 dans une station de service d'Almaty, capitale du Kazakhstan, une balle qui a percuté sa voiture</p>

Leonid Kiselïev, un retraité de 68 ans, raconte, choqué, que sa voiture a été touchée par un tir dans la matinée, alors qu'il roulait près de bâtiments officiels.

"La situation était calme, donc j'ai sorti ma voiture", bredouille ce retraité rencontré dans la file d'attente devant une station-service, en montrant le projectile qui a percé le coffre de son véhicule.

- "Fausses informations" -

Fait notable, le porte-parole de Noursoultan Nazarbaïev, qui n'est pas apparu en public depuis le début des émeutes et ne s'était pas exprimé jusque-là, a affirmé samedi que l'ancien président appelait la population à soutenir le gouvernement pour "surmonter cette crise".

Le porte-parole, Aïdos Oukibaï, a en outre qualifié de "fausses informations" les articles de presse affirmant que l'ex-dirigeant âgé de 81 ans avait fui à l'étranger avec sa famille.

La figure de M. Nazarbaïev, qui a dirigé le Kazakhstan de 1989 à 2019, a été au coeur des émeutes de ces derniers jours.

<p>Une patrouille dans les rues d'Almaty le 8 janvier 2022</p>

Car au-delà de la hausse des prix du gaz, étincelle qui a mis le feu aux poudres, la colère des manifestants était notamment dirigée contre l'ancien dirigeant, qu'ils accusent avec son clan de corruption à grande échelle.

Même après avoir cédé le pouvoir à M. Tokaïev, M. Nazarbaïev a conservé une grande influence et est considéré comme le mentor de son successeur.

Ce dernier a autorisé vendredi les forces de sécurité à "tirer pour tuer" afin d'étouffer toute rébellion et, fort de l'appui de la Russie, a exclu de négocier avec les manifestants, les qualifiant de "bandits".

- 4.000 arrestations -

<p>Une voiture touchée par une balle photographiée dans la queue d'une station de service à Almaty, capitale du Kazakhstan, le 8 janvier 2022</p>

Les troubles qui secouent ce pays de 19 millions d'habitants préoccupent les Occidentaux.

L'Allemagne a ainsi annoncé samedi qu'elle arrêtait ses exportations d'armes vers le Kazakhstan.

L'UE avait appelé vendredi à la "retenue", Pékin saluant au contraire les "mesures fortes" prises par le président kazakh.

L'opposant kazakh Moukhtar Abliazov, réfugié en France, a assuré qu'une "révolution" était en marche et a dénoncé l'"occupation" du Kazakhstan par Moscou.

<p>Une rue d'Almaty, capitale du Kazakhstan, le 8 janvier 2022</p>

Les autorités ont affirmé que 26 "criminels armés" avaient été tués et plus d'un millier de manifestants blessés, les forces de l'ordre faisant état par ailleurs de 18 tués et 748 blessés dans leurs rangs. Plus de 4.000 personnes ont été arrêtées.

Ces chiffres n'ont pas pu être vérifiés de manière indépendante.

Première victime étrangère connue, un ressortissant israélien âgé de 22 ans, vivant au Kazakhstan, a été tué par balle vendredi, a annoncé samedi le ministère israélien des Affaires étrangères.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.