Attaques au Nigeria: le bilan passe à plus de 200 morts

AFP
<p>Localisation des Etats du Nord-Ouest du Nigeria, où se déroulent de nombreuses attaques de groupes armés</p>

Au moins 200 personnes ont été tuées au cours de plusieurs attaques menées cette semaine par des hommes armés dans l'Etat de Zamfara, dans le nord-ouest du Nigeria, a déclaré dimanche un responsable gouvernemental.

"C'est horrible et tragique. Plus de 200 personnes ont été enterrées (...) à cause de l'invasion de bandits", a déclaré la porte-parole de Sadiya Umar Farouq, ministre des Affaires humanitaires.

"Nous sommes également inquiets pour les personnes déplacées qui fuient par centaines leurs communautés", a ajouté le ministre dans un communiqué publié samedi soir.

"Plus de 10.000 victimes se sont également retrouvées sans abri après que leurs maisons aient été rasées par les bandits alors que des dizaines (d'autres personnes) sont toujours portées disparues", a-t-il ajouté.

Samedi, quatre habitants ont déclaré à l'AFP qu'au moins 140 personnes ont été tuées par des hommes armés, désignés localement sous le terme de "bandits".

"Nous avons enterré au total 143 personnes tuées par les bandits dans ces attaques", a déclaré l'un de ces habitants, Balarabe Alhaji, chef d'un des villages touchés par ces attaques dans l'Etat de Zamfara.

Des centaines d'hommes armés arrivés à moto ont lancé des attaques dans dix villages des districts d'Anka et de Bukkuyum de mercredi à jeudi, tirant sur les habitants, pillant et incendiant des maisons, ont indiqué ces habitants.

Un habitant du village de Kurfa Danya, Babandi Hamidu, a déclaré que ces hommes tiraient à "vue" sur toute personne qu'ils voyaient dans le village.

Ces quatre habitants ont déclaré avoir assisté aux funérailles des victimes dans leurs villages respectifs.

<p>Patrouille de soldats nigérians le 12 octobre 2019, après des attaques meurtrières dans le nord-ouest du Nigeria</p>

Le nord-ouest et le centre du Nigeria sont le théâtre depuis plusieurs années des activités de bandes de criminels, qui attaquent, pillent et enlèvent les villageois, dont ils volent le bétail et brûlent les maisons.

Le président nigérian Muhammadu Buhari a condamné samedi ces attaques perpétrées selon lui par des "meurtriers de masse" qui terrorisent les populations du nord-ouest rural du Nigeria sans toutefois faire état d'un bilan.

Mercredi, le gouvernement a officiellement qualifié les "bandits" opérant au Nigeria de "terroristes", afin de durcir les sanctions à l'encontre des auteurs d'attaques, de leurs informateurs et de leurs partisans.

Les forces armées nigérianes ont déclaré cette semaine avoir tué 537 "bandits armés et autres éléments criminels" et en avoir arrêté 374 autres dans le nord-ouest depuis mai 2020, tandis que 452 "civils enlevés ont été secourus".

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.