Présidentielle: comme un vent porteur pour Marine Le Pen

Christophe PARAYRE, Léon BRUNEAU et le pôle politique de l'AFP

Coup de froid sur la France vendredi mais pas, semble-t-il, pour Marine Le Pen: à une semaine ou presque du scrutin, la candidate d'extrême droite vient titiller le favori de la présidentielle Emmanuel Macron, dont le camp crie à l'"imposture".

La candidate, qui se présente pour la troisième fois à l'élection présidentielle, s'est déclarée "sereine", affirmant "sentir sur le terrain une grande dynamique, un espoir qui s'est levé en cette fin de campagne".

La question d'une possible victoire de la candidate du RN, parti hérité de l'ex-Front national honni, électrise une campagne marquée par la pandémie du Covid et la guerre en Ukraine, sur fond de craintes d'une abstention record le 10 avril.

Les sondages ne sont qu'un instantané à un moment donné, mais ils se suivent et se ressemblent depuis plusieurs mois, donnant Emmanuel Macron et Marine Le Pen au second tour, pour un match retour de 2017.

Avec toutefois un écart qui se resserre entre le plus jeune président de la Ve République, candidat qui se veut "en même temps" de gauche et de droite. Et la candidate d'un parti d'extrême droite attirant un électorat populaire et qui s'évertue à lisser son image.

- "Bavardage" -

En marge d'un déplacement au marché de gros de Rungis (Val-de-Marne) pour opposer la "France des travailleurs du matin" à celle "des assistés et des profiteurs", l'autre candidat d'extrême droite Eric Zemmour a accusé les médias d'avoir fait preuve de "bienveillance" et de "complaisance" avec sa rivale Marine Le Pen.

Préoccupation numéro un des Français, le pouvoir d'achat est au coeur de cette campagne, une thématique encore plus d'actualité avec les répercussions de la guerre en Ukraine qui ont fait flamber les prix de l'énergie et des céréales.

Dans l'est du pays vendredi, sur des terres qui lui sont plutôt favorables, Marine Le Pen a appelé la gauche et la droite "patriotes" à la rejoindre, lors d'une réunion publique à Stiring-Wendel (Moselle). Elle avait auparavant déambulé dans les rues de la petite commune de Haguenau (Bas-Rhin).

Elle dit avoir fait le choix de la "proximité" contre le "gigantisme", alors qu'Emmanuel Macron prépare un grand meeting samedi près de Paris.

Le président-candidat a reçu vendredi à l'Elysée le maire de la ville ukrainienne de Melitopol et s'est à nouveau entretenu avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

La défense du pouvoir d'achat, ainsi que la sécurité, étaient aussi au menu de la candidate de droite Valérie Pécresse, au coude à coude avec l'ancien polémiste autour de 10% des intentions de vote.

Toujours ferme sur le régalien, elle a fustigé en Emmanuel Macron "le candidat du bavardage" sur la sécurité, vendredi à Rognac (Bouches-du-Rhône), au lendemain d'une visite nocturne dans les quartiers nord de Marseille.

Devant ses troupes en soirée à Saint-Raphaël (Var), elle a martelé vouloir "faire mentir les sondages".

- "Imposture" -

Le Premier ministre Jean Castex, en tant que soutien du président-candidat, s'est rendu, lui, dans le sud-est, à Carpentras (Vaucluse), sur des terres où l'extrême droite prospère.

La présidentielle "n'est pas jouée" et "tout le monde doit se mobiliser" car l'élection de Marine Le Pen serait une "catastrophe", a-t-il insisté. Selon lui, la candidate d'extrême droite "fait croire qu'elle a changé, qu'elle est devenue plus souple, plus centriste presque, mais c'est de l'imposture. Elle n'a pas changé".

Dans un contexte d'inflation galopante, la majorité insiste aussi sur les amortisseurs mis en place par l'exécutif, y compris ce vendredi avec l'entrée en vigueur de la ristourne d'au moins 15 centimes par litre de carburant.

Quant à Jean-Luc Mélenchon, il semble consolider sa troisième place (15%), caressant l'espoir d'un "front républicain" faisant barrage à l'extrême droite et qui le porterait au second tour.

En visite sur la côte atlantique à Nantes et Saint-Nazaire, la socialiste Anne Hidalgo a déploré sur LCI "un paysage politique totalement explosé" qui pourrait faire le jeu de l'extrême droite.

<p>Jean-Luc Mélenchon (c) et Adrien Quatennens (2e d), porte-parole du candidat LFI, à Paris le 30 mars 2022</p>

Elle qui a reçu le soutien de l'ex-Premier ministre socialiste Jean-Marc Ayrault, et reste créditée d'environ 2% des intentions de vote, a aussi assuré que le parti "se relèverait" de l'élection, tout en reconnaissant qu'il faudra "s'ouvrir" et engager un "travail" pour la reconstruction.

En ce 1er avril, le candidat communiste Fabien Roussel a pour sa part choisi "la chasse aux gros poissons". Devant les locaux de l'Autorité des marchés financiers à Paris, il a dénoncé "l'évasion fiscale" et "l'optimisation fiscale".

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.