Plus d'une centaine de blessés lors de heurts sur l'Esplanade des Mosquées à Jérusalem

Guillaume LAVALLÉE
<p>Evacuation d'un blessé alors que des manifestants palestiniens et la police israélienne s'affrontent dans l'enceinte de la mosquée Al-Aqsa de Jérusalem, le 15 avril 2022</p>

Des affrontements entre manifestants palestiniens et policiers israéliens sur l'Esplanade des Mosquées à Jérusalem, les premiers sur place depuis le début du ramadan, ont fait plus d'une centaine de blessés vendredi sur fond de crainte d'un embrasement dans les Territoires palestiniens occupés.

"Cent dix-sept blessés ont été transférés" dans des hôpitaux de Jérusalem et des "dizaines" d'autres ont été traités sur le site, a indiqué à l'AFP un responsable du Croissant-Rouge palestinien à propos de ces violences dans la Vieille Ville de Jérusalem, située dans un secteur occupé depuis 1967 par Israël.

De son côté, la police israélienne a fait état d'au moins trois blessés dans ses rangs lors de ces heurts qui étaient pour l'essentiel terminés à la mi-journée sur l'esplanade.

Troisième lieu saint de l'islam, l'Esplanade des Mosquées --nommée aussi Mont du Temple par les juifs-- est située dans la Vieille Ville à Jérusalem-Est, théâtre de nombreux affrontements violents entre policiers israéliens et manifestants palestiniens.

Plus tôt vendredi, des témoins avaient fait état de jets de pierre lancés par des Palestiniens et de tirs de balle en caoutchouc et de grenades assourdissantes vers des manifestants palestiniens.

Vers 4H00 du matin, "des dizaines de jeunes émeutiers masqués", certains s'affichant avec des drapeaux du mouvement islamiste armé Hamas, ont "amorcé une procession" sur l'Esplanade des Mosquées, et lancé des pierres en direction du Mur des Lamentations adjacent, plus important lieu de prière de la tradition juive, a indiqué la police israélienne disant être intervenue pour "rétablir l'ordre".

- Faire pression, sans guerre ? -

Ces affrontements sur l'Esplanade des Mosquées sont les premiers cette année depuis le début du ramadan, période de grands rassemblements pour les musulmans sur ce lieu sacré au coeur du conflit israélo-palestinien, les Palestiniens revendiquant Jérusalem-Est, territoire occupé depuis 1967 par Israël, où se trouve l'Esplanade des Mosquées.

Lors du ramadan en 2021, des manifestations nocturnes à Jérusalem et des heurts jusque sur l'esplanade s'étaient mués en onze jours de guerre entre le mouvement islamiste palestinien Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza, et Israël.

"Il n'y a aucune place pour les envahisseurs et les occupants sur notre sainte Jérusalem", a déclaré vendredi le chef du bureau politique du Hamas, Ismaïl Haniyeh, dont le mouvement a appelé à une mobilisation contre l'Etat hébreu.

Le Hamas, dont les capacités ont été affectées pendant la guerre de 2021, cherche à maintenir le conflit actif en Cisjordanie occupée et à Jérusalem, tout en évitant une escalade dans la bande de Gaza, d'autant plus qu'Israël risque de mettre fin aux milliers de permis de travail des ouvriers gazaouis en cas de conflit, estiment des analystes.

"Le Hamas ne veut pas d'une nouvelle confrontation", souligne Moukhaimer Abou Saada, professeur de sciences politiques à l'université Al-Azhar de Gaza.

Le Jihad Islamique, second mouvement islamiste palestinien, qui ne contrôle ni la Cisjordanie ni la bande de Gaza, serait quant à lui plus enclin à une escalade avec Israël, estime une source de sécurité israélienne.

"La confrontation sera plus rapprochée et difficile" pour les forces israéliennes si "elles ne mettent pas fin à l'agression contre notre peuple", a indiqué vendredi le Jihad islamique dans un communiqué.

- "Aucun intérêt" pour une escalade -

<p>Des affrontements ont lieu vendredi entre manifestants palestiniens et policiers israéliens sur l'Esplanade des Mosquées, le 15 avril 2022</p>

"Nous n'avons aucun intérêt à ce que le Mont du Temple devienne le centre de violences. Cela nuirait à la fois aux musulmans sur place et aux juifs au Mur des Lamentations", a commenté le ministre israélien de la sécurité publique Omer Bar-Lev, membre de la coalition hétéroclite (gauche, droite, centre, arabe) du Premier ministre Naftali Bennett qui a perdu la semaine dernière sa majorité au Parlement avec le départ d'une députée de droite.

Peu avant le début du mois du ramadan, le 2 avril, de hauts responsables d'Israël et de Jordanie - le premier pays contrôlant l'accès à l'Esplanade des Mosquées, le second administrant ce lieu saint musulman - ont multiplié les contacts afin d'éviter de nouveaux heurts sur place pendant le mois sacré.

<p>La police israélienne charge des manifestants palestiniens dans l'enceinte de la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem, le 15 avril 2022</p>

Ces affrontements sur l'Esplanade des Mosquées, qui coïncident cette année avec le début des célébrations chrétienne de Pâques et juive de Pessah, s'ajoutent à des semaines de tensions en Israël et en Cisjordanie occupée.

<p>Des manifestants palestiniens affrontent la police israélienne dans l'enceinte de la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem, le 15 avril 2022</p>

Depuis le 22 mars, Israël a été frappé par quatre attaques, les deux premières menées par des Arabes israéliens liés à l'organisation jihadiste Etat islamique (EI), et dont les trois auteurs ont été tués par les forces israéliennes. Deux autres attaques ont été perpétrées dans la région de la métropole Tel-Aviv par des Palestiniens originaires du secteur de Jénine, en Cisjordanie.

Ces attaques ont fait quatorze morts en Israël. En outre, 22 Palestiniens, dont des assaillants, ont été tués depuis cette date dans des violences, liées notamment à des "opérations de contreterrorisme" en Cisjordanie, selon un décompte de l'AFP.

Jeudi, trois Palestiniens ont été tués dans des opérations israéliennes en Cisjordanie ayant fait aussi de nombreux blessés dont l'un a finalement succombé vendredi à ses blessures, a indiqué le ministère palestinien de la Santé.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Sur le même sujet