Le point sur l'invasion russe de l'Ukraine

Afp
<p>Un bâtiment du complexe militaro-industriel de la société Vizar, touché par des frappes russes nocturnes, dans la banlieue de Kiev, le 15 avril 2022</p>

Situation sur le terrain, réactions internationales, sanctions: le point sur l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

- Moscou vise une usine militaire à Kiev -

Une usine de matériel militaire fabriquant notamment des tanks a été visée samedi matin par un bombardement à Darnytsky, dans la banlieue de Kiev, a constaté un journaliste de l'AFP.

Ce bombardement, revendiqué par Moscou et qui a fait un mort et plusieurs blessés selon le maire de Kiev Vitali Klitschko, intervient au lendemain de l'avertissement des forces russes qu'elles allaient intensifier leurs attaques sur la capitale ukrainienne.

"Des armes air-sol de haute précision et de longue portée ont détruit des bâtiments de production d'une usine d'armement à Kiev", a annoncé le ministère de la Défense russe dans un communiqué sur Telegram.

Vendredi, une frappe russe avait touché une usine de la région de Kiev, fabriquant des missiles Neptune que l'armée ukrainienne avait affirmé avoir utilisés pour frapper le croiseur russe Moskva.

- Raffinerie frappée dans l'est -

Les forces russes ont frappé samedi une raffinerie de pétrole à Lyssytchansk, une ville située tout près de la ligne de front, dans l'est de l'Ukraine, ont annoncé les autorités locales.

"Les Russes la ciblent systématiquement pour épuiser les sauveteurs. Il n'y a pas de carburant à cet endroit. Seuls des résidus d'hydrocarbures brûlent", a déclaré le gouverneur ukrainien de la région de Lougansk.

- Fin des négociations avec Moscou si les soldats ukrainiens sont "éliminés" à Marioupol (Zelensky) -

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a prévenu samedi que "l'élimination" des derniers soldats ukrainiens présents dans la ville portuaire de Marioupol assiégée par les forces russes "mettrait fin à toute négociation de paix" avec Moscou.

"L'élimination de nos militaires, de nos hommes (à Marioupol) mettra fin à toute négociation" de paix entre la Russie et l'Ukraine, a déclaré M. Zelensky dans des propos reproduits par le site internet d'information Ukraïnska Pravda, avertissant que les deux parties se retrouveraient alors dans "une impasse".

- Moscou avertit Washington de "conséquences" -

La Russie a adressé cette semaine aux Etats-Unis une plainte formelle avertissant le gouvernement américain de "conséquences imprévisibles" suite à son aide militaire en forte hausse à l'Ukraine, selon des informations de presse.

Selon cette note diplomatique, Moscou avertit les Etats-Unis et l'Otan contre l'envoi d'armes "plus sensibles" à l'Ukraine, jugeant que de tels équipements militaires mettaient de l'"huile sur le feu" et pourraient provoquer des "conséquences imprévisibles", a rapporté le Washington Post.

Cet avertissement a été fait alors que le président américain Joe Biden a promis une nouvelle aide militaire d'une valeur de 800 millions de dollars à l'Ukraine, dont des hélicoptères et des véhicules blindés de transport de troupes.

- Boris Johnson interdit d'entrée en Russie -

La Russie a annoncé samedi que le Premier ministre britannique Boris Johnson et plusieurs autres hauts responsables britanniques étaient interdits d'entrée dans le pays, en représailles des sanctions imposées à Moscou en raison de son opération militaire en Ukraine.

"Cette mesure a été prise en réponse à la campagne médiatique et politique effrénée visant à isoler internationalement la Russie et créer les conditions propices pour (...) étrangler l'économie" nationale, a affirmé le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué.

- Frappes et évacuations -

<p>Carte de la situation en Ukraine au 15 avril à 7h00 GMT</p>

Dans la nuit de vendredi à samedi, le maire de la ville d'Aleksandria, à environ 300 km au sud-est de Kiev, a indiqué sur Facebook qu'un missile russe avait frappé l'aéroport de sa ville. Il a précisé que les équipes de secours étaient à l'oeuvre mais sans faire dans l'immédiat état de victimes.

Dix personnes ont été tuées, dont un nourrisson de sept mois, et 35 autres blessées, dans des tirs russes sur des bus évacuant des habitants de la région de Kharkiv (nord-est), ont annoncé vendredi les autorités locales.

burs-kd-frd/ial/

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Sur le même sujet