Les paquebots de croisière de retour en Australie après plus de deux ans

Afp
<p>Le Pacific Explorer à Sydney, le 18 avril 2022</p>

Un paquebot de croisière a accosté lundi dans le port de Sydney pour la première fois depuis plus de deux ans, après la levée d'une interdiction destinée à lutter contre la pandémie de coronavirus.

Le Pacific Explorer, qui arborait une immense bannière "Nous sommes de retour chez nous" a fait une entrée remarquée sous un soleil radieux, entouré de remorqueurs projetant des panaches d'eau.

La foule s'est rassemblée sur le pont du port de Sydney pour assister à l'arrivée de ce navire, qui a parcouru quelque 18.000 kilomètres, en près d'un mois, pour regagner l'Australie.

Les navires de croisière internationaux ont été interdits dans les eaux australiennes en mars 2020 après qu'un foyer épidémique à bord du Ruby Princess, un autre bâteau de croisière, s'est propagé à travers le territoire australien, certains passagers étant porteurs du virus. Cela avait entraîné des centaines de cas de Covid-19 et le décès de 28 personnes.

Le Pacific Explorer et autres paquebots de croisière appartenant à P&O ont été amarrés au large de Chypre pendant une grande partie de l'année dernière, dans l'attente d'une levée de cette interdiction.

Les réservations pour des croisières de P&O en Australie sont désormais proches des niveaux pré-pandémiques, a déclaré à l'AFP Lyndsey Gordon, une porte-parole.

"Nous envisageons désormais une saison estivale presque normale en 2022-23", a-t-elle ajouté.

Avant la pandémie, quelque 350 navires de croisière se rendaient en Australie, transportant plus de 600.000 passagers. Cette industrie pèse 5,2 milliards de dollars australiens (3,5 milliards d'euros) en Australie, selon l'Association internationale des compagnies de croisières.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.