Violences en Suède après des manifestations d'extrême droite: 40 blessés

Afp
<p>Un bus en feu à Malmö, en Suède, le 16 avril 2022</p>

Quarante personnes, 26 policiers et 14 civils, ont été blessées ces derniers jours en Suède, lors de violents affrontements entre les forces de l'ordre et des manifestants protestant contre les rassemblements d'un groupuscule d'extrême droite qui se targue de brûler le Coran, a indiqué la police lundi.

"Dans certains cas, il peut même s'agir d'une tentative de meurtre et, dans tous les cas, d'une agression grossière des forces de l'ordre", a affirmé le chef de la police nationale Anders Thornberg, lors d'une conférence de presse.

L'importance des blessures n'a pas été communiquée mais, selon la presse locale, il s'agirait de blessures légères.

Les premiers affrontements ont eu lieu jeudi à Linköping et Norrköping (sud), les deux premières étapes de la tournée du groupuscule anti-immigration et anti-islam "Ligne dure", dirigé par le Dano-Suédois Rasmus Paludan qui entend brûler le Coran sur la place publique dans des rassemblements organisés dans des quartiers à forte population musulmane.

M. Paludan s'est ensuite rendu à Örebro (centre), puis en banlieue de Stockholm et enfin à Malmö (sud) avant d'annoncer dimanche de nouveaux rassemblements à Linköping et Norrköping, auxquels il a finalement renoncé.

"Des individus criminels ont profité de la situation pour faire preuve de violence" et ce "sans rapport avec les manifestations", a dénoncé M. Thornberg pendant la conférence de presse, demandant plus de moyens.

"Nous sommes trop peu. Nos effectifs augmentent mais pas au même rythme que les problèmes au sein de la société", a-t-il déploré.

Dimanche, des heurts avec la police, émaillés de jets de pierre et de voitures brûlées, ont éclaté, débouchant sur 26 arrestations à Norrköping et Linköping.

"Environ 200 participants se sont montrés violents sur place et la police a dû intervenir avec des armes en état de légitime défense", a affirmé le responsable des opérations spéciales Jonas Hysing, lors du point presse.

Les forces de l'ordre avaient déjà annoncé que trois personnes avaient été blessées par balles lors de l'incident, classifié en "émeute", par les forces de l'ordre.

A Malmö, où M. Paludan, condamné au Danemark pour injures racistes a brûlé un Coran samedi, la nuit de dimanche à lundi a été agitée, comme la veille, avec notamment un départ de feu dans une école.

Les rassemblements organisés par M. Paludan où il brûle le Coran ont donné lieu à des protestations dans le monde arabe.

La diplomatie irakienne, qui a convoqué le chargé d'affaires suédois, a jugé qu'il s'agissait d'un acte "provocateur pour les sentiments des musulmans et offensant pour ce qu'ils ont de sacré".

L'Arabie saoudite a également "condamné les agissements de certains extrémistes en Suède et leurs provocations contre les musulmans", selon son agence officielle.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Sur le même sujet