Le chant byzantin, un "riche patrimoine" qui perdure à Chypre

Lisa GOLDEN

Le chant byzantin résonne dans une église aux lumières tamisées à Ayia Napa, une station balnéaire dans le sud-est de Chypre, où ce genre musical, né au début du christianisme et inscrit au patrimoine immatériel de l'Unesco, se perpétue.

Puisant dans les traditions musicales des Balkans et de l'est de la Méditerranée où l'empire byzantin s'étendait, le chant byzantin "vise à toucher les âmes", explique Thomas Anastasiou, un choriste chypriote grec de 35 ans.

Ce chant des chrétiens de l'empire romain oriental, qui est codifié en huit modes ou tons, figure depuis fin 2019 sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l'Unesco après avoir été nominé par la Grèce et Chypre, deux pays européens majoritairement chrétiens orthodoxes.

"C'est un art vivant qui perdure depuis plus de 2.000 ans", indique l'Unesco.

"Mettant en valeur, sur le plan musical, les textes liturgiques de l'Église orthodoxe grecque, le chant byzantin est étroitement lié à la vie spirituelle et au culte religieux", précise l'organisation onusienne.

Avec l'allègement des restrictions liées à la pandémie à Chypre et l'approche des fêtes de Pâques du rite orthodoxe, qui auront lieu cette année le 24 avril, une semaine après la célébration par les catholiques, les églises accueillent à nouveau les fidèles.

<p>Des choristes dans une église orthodoxe à Ayia Napa, dans le sud-est de Chypre, le 10 avril 2022</p>

Un dimanche soir précédant la Semaine sainte, des dizaines de personnes sont rassemblées pour les vêpres dans l'église Panagia, au coeur d'Ayia Napa.

Les voix masculines, dont celles des membres du Choeur byzantin des mélodistes chypriotes, remplissent l'église par leurs chants au ton parfois grave, caractéristique de l'art "psaltique".

"Nous avons été privés" de chant pendant la pandémie, dit le responsable de la chorale Evaggelos Georgiou, 42 ans, "mais, maintenant, nous sommes de retour".

- "Un trésor" -

Dans la salle des archives de l'archevêché de la capitale Nicosie, le Père Dimitrios Dimosthenous consulte un manuscrit volumineux de chants byzantins datant du XIVe siècle, dont les pages ont été abîmées par le temps, les insectes et l'humidité.

Sur son téléphone, il fait défiler une version électronique de la transcription moderne de la partition, puis le silence s'installe dans la salle quand il commence à chanter.

"Ca, c'est l'ancienne méthode de transcription de la musique byzantine", dit-il, pointant vers des lignes délicatement dessinées. "C'est un trésor", dit-il.

Depuis 1814, les notations sont reproduites de manière beaucoup plus détaillée.

Le chant byzantin est une musique sans modulation harmonique, au cadre modal fixe, à la différence du système tonal courant de la musique occidentale fondée principalement sur les deux modes, majeur et mineur.

"Il est très difficile de comprendre les notations écrites avant 1814 parce qu'un signe pouvait représenter une ligne mélodique toute entière", explique Christodoulos Vassiliades, professeur à l'école de musique byzantine du monastère de Kykkos.

- Plus de femmes -

Pour Ioannis Eliades, directeur du Musée byzantin à Nicosie et membre du comité chypriote de l'Unesco, le classement de ce genre musical sur la liste du patrimoine immatériel signifie qu'il est "apprécié dans le monde entier et non seulement à Chypre".

"C'est un riche patrimoine, il faut le préserver", dit-il.

<p>Des choristes dans une église orthodoxe à Ayia Napa, dans le sud-est de Chypre, le 10 avril 2022</p>

Même si le chant byzantin a toujours été lié à la voix masculine, les femmes sont nombreuses à chanter dans les couvents et, dans une certaine mesure, dans les paroisses.

Parmi elles, figure Polymnia Panayi, qui suit des cours de musique à l'école de Kykkos, à Nicosie, depuis près de quatre ans.

Le chant "me rend heureuse et m'aide à mieux prier", dit cette étudiante en conception graphique de 22 ans, qui chante avec d'autres femmes dans une église de la capitale.

L'école de musique de Kykkos, compte près de 70 étudiants, âgés entre 10 et 60 ans, et dont 40% sont des femmes, a indiqué un représentant de l'établissement à l'AFP.

Polymnia Panayi espère pour sa part que plus d'églises ouvrent leurs portes aux voix des femmes. "Il y a beaucoup de femmes qui aiment chanter mais qui n'en ont pas la possibilité pour l'instant".

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Sur le même sujet