L'acteur et réalisateur Jacques Perrin est mort à l'âge de 80 ans

Afp
<p>L'acteur et réalisateur français Jacques Perrin en habit d'académicien le 6 février 2019 à l'Institut de France à Paris</p>

L'acteur, cinéaste et producteur Jacques Perrin, qui avait joué dans "Peau d'âne" ou "Le Crabe-tambour" et coréalisé le documentaire "Le peuple migrateur", est mort jeudi à Paris à l'âge de 80 ans, a annoncé sa famille à l'AFP.

"La famille a l'immense tristesse de vous informer de la disparition du cinéaste Jacques Perrin, mort le jeudi 21 avril à Paris. Il s'est éteint paisiblement à l'âge de 80 ans", a annoncé sa famille dans une déclaration transmise à l'AFP par son fils, Mathieu Simonet.

Comme acteur, Jacques Perrin, né à Paris le 13 juillet 1941, a tourné dans plus de 70 films à partir des années 1950.

Sa voix douce et sa chevelure grise devenue blanche étaient familières au grand public, qui l'a notamment vu chez Pierre Schoendoerffer ("La 317e section" en 1965, "Le Crabe-tambour" en 1977, "L'Honneur d'un capitaine" en 1982) et Jacques Demy ("Les Demoiselles de Rochefort" en 1967, "Peau d'âne" en 1970).

Jacques Perrin a aussi été le coproducteur d'une quinzaine de films depuis la fin des années 1960, parmi lesquels "Z" de Costa-Gavras (1968) ou "Les Choristes" (2004) de son neveu Christophe Barratier, dans lequel il jouait également (8,6 millions d'entrées).

Défenseur engagé de la nature, il a coproduit plusieurs documentaires sur ce thème, dont "Le Peuple singe" (1989), "Microcosmos: le peuple de l'herbe" (1996) ou "Himalaya: l'enfance d'un chef" (1999).

Par la suite, il a lui-même coréalisé des documentaires remarqués, dont "Le Peuple migrateur", consacré aux oiseaux (2001, 2,8 millions de spectateurs en France), puis "Océans" (2010, 2,9 millions de spectateurs), récompensé par le César du meilleur documentaire en 2011).

- Hommages militaires -

Son dernier rôle au cinéma, dans "Goliath", sorti en mars, fait écho à ses combats écologistes: dans ce thriller autour des pesticides, il fait équipe avec un redoutable lobbyiste de l'industrie phytosanitaire, campé par Pierre Niney.

Le milieu du cinéma lui a rendu hommage jeudi dans la soirée.

"J'admirais Jacques Perrin, et puis j'ai eu la chance de le faire tourner, son talent, sa disponibilité, sa gentillesse ont fait qu'après le tournage je l'admirais encore plus", a écrit sur Twitter le réalisateur Xavier Beauvois, qui l'avait dirigé dans "Le petit lieutenant" (2005).

"Jacques, c'était le charme à l'état pur. Il a réussi tout ce qu'il touchait", a réagi, également sur Twitter, l'ancien président du Festival de Cannes, Gilles Jacob.

"C'est l'un des producteurs français les plus subtils, les plus intéressants", a déclaré Costa-Gavras sur franceinfo, en saluant la mémoire "d'un homme d'une grande curiosité et aussi d'une extrême gentillesse".

La mort de Jacques Perrin a également suscité des hommages dans le monde militaire, en lien notamment avec ses rôles de soldat chez Schoendoerffer.

"La 317e section a perdu son chef. Les armées saluent la mémoire de Jacques Perrin, figure emblématique du cinéma français à laquelle nous étions intimement liés", a twitté le chef d'état-major des armées, le général Thierry Burkhard.

La Légion étrangère a pour sa part salué "un grand nom du cinéma, personnalité d'une grande humilité". "Il réalisait dernièrement un film sur la Légion étrangère: +Les derniers hommes+", a twitté la Légion sur son compte officiel.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Sur le même sujet