Washington ajoute 800 millions de dollars d'aide militaire pour l'Ukraine

Sylvie LANTEAUME
<p>Joe Biden à la Maison Blanche à Washington,le 21 avril, 2022</p>

Joe Biden a annoncé jeudi une nouvelle aide militaire de 800 millions de dollars pour aider l'armée ukrainienne à repousser les forces russes du Donbass, jurant que Vladimir Poutine "ne réussira jamais" à occuper l'Ukraine.

"Nous sommes dans une période critique où ils vont préparer le terrain pour la prochaine phase de cette guerre", a souligné le président américain à propos de la Russie.

Les Etats-Unis et leurs alliés agissent "aussi vite que possible" pour continuer à fournir à l'Ukraine "les armes dont ses forces ont besoin", a assuré le président américain.

Le Pentagone a précisé que cette nouvelle tranche d'aide à l'Ukraine, comprenait 72 obusiers Howitzer et leurs véhicules, 144.000 obus et 121 drones tactiques Phoenix Ghost.

Ces drones tueurs d'un nouveau type "ont été développés rapidement par l'US Air Force pour répondre à des demandes spécifiques de l'Ukraine", a précisé un haut responsable du ministère américain de la Défense.

Les premiers armements de cette nouvelle tranche arriveront en Ukraine "d'ici la fin du week-end", a précisé un deuxième responsable du Pentagone ayant requis l'anonymat.

Cette nouvelle tranche de 800 millions de dollars porte à plus de 4 milliards de dollars l'aide à l'Ukraine depuis le début du mandat de Joe Biden, dont 3,4 milliards depuis le début de l'invasion de l'Ukraine par la Russie le 24 février, a précisé le Pentagone.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a remercié Joe Biden dans un tweet.

"Cette aide est nécessaire aujourd'hui plus que jamais! Elle sauve les vies de nos combattants, la démocratie, la liberté, et elle nous aidera à restaurer la paix", a-t-il dit.

- "Maintenir l'unité" -

Joe Biden a par ailleurs jugé "contestable" le contrôle par la Russie de la ville ukrainienne de Marioupol, revendiqué par Vladimir Poutine. "Il n'y a encore aucune preuve que Marioupol soit complètement perdue", a insisté le président américain.

Le président russe a jugé jeudi que ses forces avaient avec "succès" pris le contrôle de Marioupol et a ordonné d'assiéger les derniers combattants ukrainiens retranchés sur le site métallurgique d'Azovstal, plutôt que de leur donner l'assaut.

Afin de continuer à fournir une assistance militaire à l'Ukraine, Joe Biden a indiqué qu'il allait demander des fonds supplémentaires au Congrès américain.

Les Etats-Unis ont également l'intention d'apporter une aide économique supplémentaire de 500 millions de dollars pour le gouvernement ukrainien, afin qu'il puisse payer les salaires et les retraites des fonctionnaires et continuer à assurer des services publics.

Au chapitre des sanctions économiques, tous les navires liés à la Russie seront aussi interdits dans les ports américains, a annoncé Joe Biden.

"Cela veut dire qu'aucun navire battant pavillon russe, ou possédé ou opéré par des intérêts russes ne sera autorisé à accoster dans un port américain ou à avoir accès à nos rivages", a-t-il précisé. "Aucun. Aucun".

L'Unité des Occidentaux envoie "un message sans ambiguïté" au président russe Vladimir Poutine, a-t-il ajouté: "Il ne réussira jamais à contrôler et à occuper toute l'Ukraine. Cela ne se produira pas".

Il a assuré que le soutien américain se poursuivrait sur la durée et appelé les alliés à maintenir leur soutien à Kiev.

"Nous avons la capacité de le faire pendant longtemps. La question est de savoir si nous allons pouvoir maintenir le soutien de la communauté internationale aux pressions sur Poutine" et continuer à faire respecter les sanctions internationales contre la Russie.

"Le plus important, c'est de maintenir l'unité", a-t-il insisté.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Sur le même sujet