Le point sur l'invasion russe de l'Ukraine

Afp
<p>Des habitants évacués de Marioupol arrivent à Zaporijjia sous contrôle ukrainien, le 21 avril 2022</p>

Situation sur le terrain, réactions internationales, sanctions: le point sur l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

- Moscou vise le "contrôle total du Donbass et du sud de l'Ukraine" -

La Russie vise le contrôle total du sud de l'Ukraine et de la région orientale du Donbass pour disposer d'un pont terrestre vers la Crimée annexée par Moscou, a indiqué vendredi un haut responsable militaire russe.

"Depuis le début de la deuxième phase de l'opération spéciale, phase qui a commencé il y a deux jours, l'un des objectifs de l'armée russe est d'établir un contrôle total sur le Donbass et le sud de l'Ukraine", a déclaré le général Roustam Minnekaïev, commandant adjoint des forces du District militaire du Centre de la Russie.

"Cela permettra d'assurer un couloir terrestre vers la Crimée, ainsi que de peser sur des infrastructures vitales de l'économie ukrainienne, les ports de la Mer Noire à travers lesquels se font les livraisons de produits agricoles, métallurgiques", a-t-il poursuivi, cité par les agences de presse russes, lors d'une réunion avec des entreprises du complexe militaro-industriel russe à Ekaterinbourg (Oural).

Ces propos semblent confirmer que la Russie veut aussi conquérir Odessa, le grand port ukrainien et troisième ville du pays.

- Marioupol continue de résister -

Le port stratégique de Marioupol, que Moscou assure avoir "libéré", résiste encore aux forces russes, affirme Kiev, selon qui des combattants ukrainiens continuent de défendre avec acharnement l'immense complexe métallurgique Azovstal où sont également retranchés des civils.

<p>Carte localisant les avancées des forces militaires russes dans Marioupol au 21 avril à 19h GMT</p>

"Il n'y a pas un seul bâtiment non endommagé à Marioupol. Une ville littéralement brûlée", s'est indigné jeudi le président ukrainien Volodymyr Zelensky dans un discours prononcé devant le parlement du Portugal.

- Actions "pouvant relever des crimes de guerre" -

L'ONU a accusé vendredi l'armée russe d'actions "pouvant relever des crimes de guerre" en Ukraine depuis l'invasion du 24 février.

<p>Des habitants enterrent leurs proches dans un cimetière de Boutcha, le 19 avril 2022 en Ukraine</p>

"Les forces armées russes ont bombardé et pilonné de manière indiscriminée des zones peuplées, tuant des civils et détruisant des hôpitaux, des écoles et d'autres infrastructures civiles, autant d'actions pouvant relever des crimes de guerre", a déclaré Ravina Shamdasani, lors d'un briefing régulier de l'ONU à Genève.

"Durant une mission à Boutcha le 9 avril, des enquêteurs des droits humains de l'ONU ont documenté le meurtre, y compris par exécution sommaire, de quelque 50 civils sur place", a-t-il aussi déclaré.

- Aucun couloir d'évacuation de civils -

Aucun couloir d'évacuation de civils ne pourra être organisé vendredi en Ukraine, a déclaré une responsable ukrainienne.

<p>Carte de la situation en Ukraine au 22 avril à 7h00 GMT</p>

"En raison du danger menaçant nos itinéraires, il n'y aura pas de couloirs humanitaires aujourd’hui", a déclaré la vice-Première ministre ukrainienne Iryna Verechtchouk sur Telegram.

"Je m’adresse à tous ceux qui attendent pour être évacués: patientez, s’il vous plaît, tenez bon!", a-t-elle exhorté.

- Zelensky alerte contre de faux référendums -

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a accusé la Russie de chercher à organiser un faux référendum d'indépendance dans les régions de Kherson et Zaporijjia qu'elle occupe dans le sud du pays.

"Ce n'est pas juste pour mener un recensement. (...) Ce n'est pas pour vous donner de l'aide humanitaire d'aucune sorte. C'est en fait pour falsifier un soi-disant référendum sur votre terre, si l'ordre d'organiser cette comédie arrive de Moscou", a-t-il averti dans une vidéo jeudi soir.

<p>Le président ukrainien s'adresse en visioconférence aux membres du Parlement portugais, le 21 avril 2022 à Lisbonne</p>

L'Ukraine avait déjà accusé, début mars, la Russie de chercher à mettre en scène à Kherson un "référendum" à l'image de celui qui, en 2014, avait scellé l'annexion de la péninsule de Crimée par la Russie, et qui est considéré comme illégal par Kiev et par les Occidentaux.

- Des militaires ukrainiens formés au Royaume-Uni -

Des militaires ukrainiens sont formés au Royaume-Uni à l'utilisation des véhicules blindés que Londres va fournir à l'Ukraine pour contrer l'invasion russe, a indiqué le Premier ministre britannique Boris Johnson.

"Je peux dire que nous formons actuellement des Ukrainiens en Pologne à utiliser les défenses anti-aériennes, et en fait dans ce pays (au Royaume-Uni, NDLR) à utiliser les véhicules blindés", a-t-il dit aux médias britanniques l'accompagnant dans sa visite en Inde.

burx-ao/mw/fio

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Sur le même sujet