Israël interdit aux Palestiniens de Gaza de travailler sur son sol après des tirs

Jonah MANDEL
<p>Des missiles tirés depuis la bande de Gaza interceptés par le bouclier antimissile israélien, le 21 avril 2022</p>

Israël a annoncé samedi son intention d'interdire aux Palestiniens de Gaza de travailler sur son territoire à partir de dimanche, une mesure de rétorsion décidée après le tir de nouvelles roquettes depuis l'enclave.

Cette décision de fermer le passage d'Erez, le seul pour la circulation de personnes entre la bande de Gaza et le territoire israélien, va affecter des milliers de Palestiniens de l'enclave pauvre soumise à un blocus israélien depuis plus de 15 ans.

Hormis le point de passage de Rafah entre le sud de ce micro-territoire d'environ 2,3 millions d'habitants et l'Egypte, Israël contrôle toutes les entrées et sorties de l'enclave, aussi bien celles des marchandises que des personnes.

"A la suite des tirs de roquettes (vendredi), les commerçants et travailleurs de Gaza ne seront pas autorisés à traverser le passage d'Erez dimanche. La décision de le rouvrir sera prise après une évaluation de la situation sécuritaire", a indiqué le Cogat, l'organe du ministère israélien de la Défense qui supervise les activités civiles dans les Territoires palestiniens.

Vendredi soir et samedi, trois roquettes ont été lancées depuis Gaza contrôlée par les islamistes du Hamas, vers le sud d'Israël limitrophe, sans faire de victime.

<p>Des travailleurs palestiniens quittent Beit Hanun, dans la bande de Gaza, avant d'atteindre le passage d'Erez pour entrer en Israël, le 23 février 2022</p>

Depuis lundi, plusieurs roquettes ont été tirées mais elles n'ont pas fait de victimes et la plupart ont été interceptées par le bouclier antimissile israélien.

Les précédents tirs avaient suscité des raids aériens israéliens de représailles contre l'enclave palestinienne.

- Prières dans le calme -

<p>Carte d'Israël et des territoires palestiniens</p>

Gaza souffre d'un taux de pauvreté avoisinant les 60% et d'un chômage endémique oscillant autour de 50%.

Fin mars, Israël avait dit porter de 12.000 à 20.000 le nombre de permis de travail accordés à des Palestiniens de Gaza, qui travaillent surtout dans les secteurs de la construction et de l'agriculture et perçoivent des salaires cinq fois plus élevés de ce qu'ils gagneraient à Gaza.

Les tirs de roquettes des derniers jours sont les plus importants depuis la guerre meurtrière de 11 jours ayant opposé en mai 2021 le Hamas à l'armée israélienne après des heurts entre policiers israéliens et Palestiniens à Jérusalem-Est qui avaient fait des centaines de blessés palestiniens.

La dernière escalade est intervenue après quatre attaques menées en Israël entre le 22 mars et le 7 avril derniers, qui ont fait 14 morts au total; deux ont été menées par des Arabes Israéliens et deux dans la métropole de Tel-Aviv par des Palestiniens originaires de Cisjordanie, territoire occupé par Israël depuis 1967.

L'armée israélienne a mené plusieurs opérations, dont certaines meurtrières, en Cisjordanie après ces attaques.

Dans ce contexte tendu et en plein mois sacré musulman du ramadan, des affrontements opposent depuis plus d'une semaine manifestants et fidèles palestiniens aux forces israéliennes sur l'esplanade des Mosquées à Jérusalem-Est, partie palestinienne occupée par Israël.

Les affrontements ont fait au total plus de 250 blessés palestiniens et les autorités israéliennes qui contrôlent l'accès à l'esplanade ont fermé ce weekend les points de passage permettant aux Palestiniens de Cisjordanie de se rendre à Jérusalem.

<p>Vue aérienne d'une manifestation de partisans du mouvement palestinien Hamas à Jabaliya dans la bande de Gaza, en solidarité avec les manifestants à Jérusalem-Est, le 22 avril 2022</p>

Vendredi avant les tirs de roquettes, le Hamas, ennemi juré d'Israël, a organisé une importante manifestation dans l'enclave en solidarité avec les manifestants palestiniens sur l'esplanade.

Mais samedi, une prière réunissant plus de 16.000 fidèles palestiniens sur l'esplanade s'est déroulée sans incident, selon les autorités.

- Arrestations en Israël -

La présence sur l'esplanade pendant le ramadan de nombreux juifs, autorisés à visiter le lieu à des heures précises sans y prier d'après le statu quo en vigueur, et l'intervention de forces policières ont été largement perçues par des Palestiniens et plusieurs pays de la région comme de la "provocation".

Les tensions se font d'ailleurs sentir jusque dans le centre d'Israël, où la police a arrêté samedi quatre hommes masqués dans la ville arabo-israélienne d'Oum al-Fahm.

<p>Heurts entre policiers israéliens et Palestiniens sur l'esplanade des Mosquées à Jérusalem-Est, le 22 avril 2022</p>

Ils sont accusés par la police d'avoir "tenté de bloquer l'entrée de la ville, brûlé des pneus sur la route principale et lancé des pierres contre les forces de l'ordre".

Les Arabes israéliens sont les descendants des Palestiniens restés sur leurs terres après la création de l'Etat d'Israël en 1948. Ils représentent 20% de la population d'Israël et se disent victimes de discrimination par rapport à la majorité juive.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.