Le point sur l'invasion russe de l'Ukraine

Afp
<p>Des personnes déplacées attendent une distribution de nourriture dans un abri installé dans une usine de Severodonetsk, dans l'Est de l'Ukraine, le 22 avril 2022</p>

Situation sur le terrain, réactions internationales, sanctions: le point sur l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

- Zelensky appelle à une rencontre avec Poutine -

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a de nouveau appelé samedi à une rencontre avec son homologue russe Vladimir Poutine "pour mettre fin à la guerre", répétant qu'"il n'avait pas peur de rencontrer" le président russe si cela permettait de parvenir à un accord de paix.

Il a aussi averti que Kiev abandonnera les négociations avec Moscou si ses militaires, retranchés dans le vaste complexe métallurgique d'Azovstal à Marioupol (sud-est), port ukrainien stratégique sur la mer d'Azov, sont tués par l'armée russe.

"Si nos hommes sont tués à Marioupol et si des pseudo-referendums sont organisés dans la région de Kherson (sud, ndlr), alors l'Ukraine se retirera de tout processus de négociation", a ajouté M. Zelensky lors d'une conférence de presse organisée dans une station de métro sur la place centrale de Kiev.

- Blinken à Kiev dimanche -

Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken et le ministre américain de la Défense Llyod Austin se rendront à Kiev dimanche, deux mois jour pour jour après le début de l'invasion russe, a également annoncé le président ukrainien.

M. Zelensky s'est dit "reconnaissant" envers l'administration américaine, même s'il aimerait "des armes encore plus lourdes et puissantes" pour faire face à l'armée russe.

- Nouvel échec d'une tentative d'évacuation de Marioupol -

Une nouvelle tentative d'évacuation de civils depuis Marioupol vers la ville de Zaporijjia a échoué, a indiqué samedi un adjoint au maire de Marioupol.

Selon Petro Andriouchtchenko, quelque 200 résidents de la ville avaient commencé à se rassembler pour être évacués lorsqu'ils ont été "dispersés" par l'armée russe. Certains auraient été ensuite contraints de monter dans des bus en partance pour une localité occupée par les Russes, à 80 km au nord.

"Une fois encore les Russes ont perturbé une évacuation", a déploré l'adjoint au maire. Le président ukrainien avait de nouveau réclamé vendredi soir une "pause humanitaire" pour évacuer les civils des villes assiégées par les Russes, à commencer par Marioupol, pilonnée depuis début mars.

- Pas de trève pour la Pâques orthodoxe -

<p>Vue aérienne de Marioupol, le 12 avril 2022 dans le Sud-Est de l'Ukraine</p>

Le patriarche orthodoxe russe Kirill, allié du président russe Vladimir Poutine, a appelé samedi à prier pour une "paix durable" sans évoquer l'idée d'une trêve pour le week-end pascal des chrétiens orthodoxes.

Les autorités ukrainiennes ont elles appelé les fidèles orthodoxes à suivre les cérémonies de la veillée pascale orthodoxe en ligne, et à ne pas déroger au couvre-feu, redoutant des "provocations" lors des cérémonies qui attirent habituellement les foules.

- Moscou vise le "contrôle total" du Donbass et du Sud -

Au moins six personnes, dont un bébé, ont été tuées dans des frappes russes samedi sur la ville portuaire d'Odessa dans le sud de l'Ukraine, selon Kiev, qui craint que ce bilan ne s'alourdisse. L'armée russe a aussi affirmé avoir touché avec des missiles de haute précision un important dépôt d'armes livrées aux forces ukrainiennes par les Etats-Unis et des pays européens près d'Odessa.

Moscou avait annoncé vendredi viser le contrôle total du Sud de l'Ukraine et de la région du Donbass afin "d'assurer un couloir terrestre vers la Crimée". "Cela permettra de peser sur des infrastructures vitales de l'économie ukrainienne, les ports de la Mer Noire à travers lesquels se font les livraisons de produits agricoles, métallurgiques", a déclaré un haut responsable militaire russe.

- Combats acharnés dans la région de Kharkiv -

<p>Des employés communaux passent près d'un char russe détruit, à Gostomel près de Kiev le 22 avril 2022</p>

Samedi matin, l’armée russe a dit avoir procédé durant les dernières 24 heures à 1.098 frappes avec de l'artillerie et des roquettes. "Ils bombardent littéralement tout (...) H24", a écrit sur sa chaîne Telegram le gouverneur de la région de Lougansk (est), Serguiï Gaidai, appelant la population à évacuer. Il a annoncé deux morts et deux blessés à Zolote.

Egalement dans l'est, le gouverneur de Kharkiv a annoncé la reprise par les forces ukrainiennes "après de longs combats acharnés" de trois villages au nord de la ville. Durant les dernières 24 heures, trois personnes ont été tuées et sept autres blessées par les bombardements russes dans cette ville, selon Oleg Synegoubov.

burx-fm-jba/mw/mr

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Sur le même sujet