L'Ukraine "peut gagner" la guerre contre la Russie "avec les bons équipements", dit le chef du Pentagone

Joshua MELVIN avec Sylvie LANTEAUME à la frontière polono-ukrainienne
<p>Photo diffusée le 24 avril 2022 par le Département américain de la Défense montrant le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken (d), le ministre américain de la Défense Lloyd Austin (g), le président ukrainien Volodymyr Zelensky (c) lors d'une rencontre à Kiev</p>

L'Ukraine peut, si elle a les "bons équipements", "gagner" la guerre contre la Russie, a affirmé lundi le chef du Pentagone au retour d'une visite à Kiev, tandis que les responsables ukrainiens rejetaient une offre de Moscou d'évacuer les civils retranchés avec les derniers combattants ukrainiens dans le port stratégique de Marioupol.

"La première chose pour gagner, c'est de croire que l'on peut gagner. Et ils (les Ukrainiens) sont convaincus qu'ils peuvent gagner", a dit Lloyd Austin. "Ils peuvent gagner s'ils ont les bons équipements, le bon soutien", a-t-il ajouté, au lendemain de sa visite, en compagnie du secrétaire d'Etat Antony Blinken, la première de ministres américains depuis le début du conflit le 24 février.

"Nous voulons voir la Russie affaiblie à un degré tel qu'elle ne puisse pas faire le même genre de choses que l'invasion de l'Ukraine", a encore déclaré M. Austin, après avoir rencontré dimanche, avec M. Blinken, le président Volodymyr Zelensky.

"Elle a déjà perdu beaucoup de capacités militaires et beaucoup de soldats pour être franc et nous ne voudrions pas qu'elle puisse rapidement reconstituer ces capacités".

Les Etats-Unis - qui ont annoncé une nouvelle aide militaire directe et indirecte pour l'Ukraine de 700 millions de dollars - ont accéléré dernièrement leurs livraisons d'équipements militaires, que le président Volodymyr Zelensky ne cesse de réclamer aux Occidentaux.

Ils fournissent désormais des armes lourdes, afin de résister à l'offensive russe qui se concentre sur l'est et le sud du territoire ukrainien, après que les troupes de Moscou eurent échoué dans la région de Kiev, dont elles se sont retirées fin mars.

Les livraisons d'armes à l'Ukraine devraient être au centre d'une réunion prévue pour mardi en Allemagne, réunissant le chef du Pentagone et les ministres de la Défense de 40 pays alliés. "Nous allons pousser au maximum, aussi vite que possible, pour que (les Ukrainiens) reçoivent ce dont ils ont besoin", a déclaré M. Austin.

<p>Le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken (g) et le ministre américain de la Défense Lloyd Austin lors d'une conférence de presse, le 25 avril 2022 en Pologne, après une rencontre avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky à Kiev</p>

Le président Zelensky a remercié lundi Washington, le peuple américain et le président Joe Biden "personnellement", pour leur soutien. Il a souligné que l'aide militaire américaine "inédite", d'un montant total de 3,4 milliards de dollars, était "la contribution la plus importante au renforcement des capacités de défense ukrainiennes".

Joe Biden a par ailleurs confirmé lundi la prochaine nomination d'une nouvelle ambassadrice des Etats-Unis en Ukraine, Bridget Brink, actuelle ambassadrice en Slovaquie. Les Etats-Unis n'étaient plus représentés en Ukraine que par des chargés d'affaires depuis 2019.

- "Pas d'accord" pour évacuer Azovstal

La visite des dirigeants américains à Kiev coïncidait avec la Pâque orthodoxe, synonyme d'espoir pour beaucoup de fidèles, même si les combats n'ont pas cessé.

<p>Carte localisant les avancées des forces militaires russes dans Marioupol au 23 avril à 19h GMT où l'Onu appelle à une trêve immédiate pour évacuer les civils</p>

Les bombardements ont notamment continué sur Marioupol, un port stratégique de la mer d'Azov presque entièrement contrôlé par l'armée russe, où, selon Kiev, seraient encore coincés quelque 100.000 personnes. Plus de 20.000 ont déjà trouvé la mort à Marioupol, selon son maire Vadim Boïtchenko.

Les bombardements visent surtout le vaste complexe métallurgique Azovstal, où sont retranchés les derniers combattants ukrainiens, avec selon eux près de 1.000 civils. Le régiment Azov qui défend l'aciérie a diffusé ces derniers jours des images de femmes et d'enfants disant vivre depuis des semaines dans des dortoirs de fortune du complexe et appelé à un cessez-le-feu "avec des garanties" pour les faire sortir.

Le ministère russe de la Défense a annoncé lundi matin que ses forces allaient "cesser unilatéralement" les hostilités sur Azovstal à partir de 14H00 (11H00 GMT), "retirer les unités à une distance sûre et assurer le départ" des civils "dans la direction de leur choix".

Mais Kiev a balayé cette annonce.

"Aucun accord" n'a été conclu pour instaurer lundi un couloir humanitaire qui permettrait de les évacuer, a déclaré la vice-Première ministre ukrainienne Iryna Verechtchouk. "Le couloir annoncé n'offre aucune sécurité, donc il n'y a pas d'évacuation", a-t-elle ajouté.

Dans le reste du Donbass, l'armée ukrainienne a affirmé lundi avoir repoussé une série d'attaques russes dans les régions de Donetsk et de Lougansk, où de nombreuses localités, comme Roubijné, sont quotidiennement sous les bombes.

<p>Des immeubles et maisons détruits à Irpin, le 24 avril 2022 en Ukraine</p>

A Lyssytchansk, un des points de la ligne de front, un retraité ukrainien, prénommé Mykola, observe tous les jours à la jumelle, de sa maison-tourelle, la lente progression des forces russes.

Si lui se dit prêt à résister "jusqu'au bout", il reconnaît qu'une partie de la population de cette région à l'histoire complexe ne verrait pas d'un mauvais œil la prise de contrôle du Donbass par les Russes.

C'est l'un des objectifs affichés par Moscou, tout comme le contrôle total du sud de l'Ukraine, où les combats sont aussi quotidiens, notamment dans la région entre Kherson et Mykolaïv.

<p>Carte localisant la ville de Briansk, en Russie</p>

Côté russe, un grand dépôt de carburant était lundi en flammes à Briansk, une ville située à 150 km de la frontière ukrainienne et servant de base logistique aux forces russes, selon Moscou.

Si les Russes accusent régulièrement Kiev d'attaques sur des localités frontalières, les autorités n'ont pas précisé dans l'immédiat les causes de l'incendie.

Les services de renseignement russes (FSB) ont par ailleurs affirmé lundi avoir arrêté des "membres d'un groupe néonazi" qui projetaient selon eux d'assassiner - sur ordre des Ukrainiens - le présentateur vedette Vladimir Soloviev, le propagandiste en chef du Kremlin. Kiev n'a pas pour le moment réagi.

- "J'espère que ça va finir" -

Les combats se poursuivaient aussi dans la région de Kharkiv, la deuxième ville d'Ukraine, qui est quotidiennement bombardée, obligeant les civils des quartiers visés à dormir depuis des semaines dans des souterrains.

"C'était effrayant la première semaine, après on s'est habitué", a raconté à l'AFP Alex, 14 ans, qui dort avec sa famille dans un parking souterrain.

<p>Des enfants dans un abri du métro de Kharkiv, le 23 avril 2022 en Ukraine</p>

"En semaine, le matin, je rentre chez moi pour faire mes devoirs, puis je reviens ici pour déjeuner, jouer à des jeux, aux cartes, au téléphone", a-t-il raconté. "Nos parents ne nous disent pas les détails de la guerre (...) Nous savons que la guerre continue", a-t-il expliqué.

J'espère que ça va finir, que les présidents (ukrainien et russe) s'accorderont pour obtenir la paix", a-t-il ajouté.

<p>Image tirée d'une vidéo diffusée par le conseil municipal de Marioupol le 19 avril 2022 du complexe métallurgique d'Azovstal bombardé</p>

Mais beaucoup s'attendent désormais à une guerre longue, tandis que les pourparlers entre Moscou et Kiev piétinent et que la guerre a jeté sur les routes près de 13 millions de personnes, dont plus de cinq millions ont fui l'Ukraine, selon l'ONU

Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres était dans ce contexte attendu lundi en Turquie, un pays qui tente de jouer les médiateurs dans le conflit, avant de se rendre mardi, à Moscou, puis à Kiev.

burx-cat/bds

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Sur le même sujet