Mali: un groupe jihadiste affirme détenir un Russe du groupe Wagner

Afp
<p>Un soldat des forces spéciales maliennes lors de la journée des Forces armées, à Kati le 20 janvier 2022</p>

La principale alliance jihadiste au Sahel détient un Russe membre de la société militaire privée Wagner, "capturé" dans le centre du Mali, selon une revendication au nom de ce mouvement transmise à l'AFP.

C'est la première fois que le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM), lié à Al-Qaïda, annonce la capture d'un Russe engagé sur le front de la lutte antijihadiste au Mali.

Le GSIM n'a cependant pas fourni de preuve permettant d'attester de la véracité de son annonce faite par voie de communiqué dans la nuit de dimanche à lundi.

Dirigé par des militaires depuis 2020, le Mali a fait appel massivement à ce qu'il présente comme des "instructeurs" venus de Russie pour soutenir son armée alors que Paris et Washington dénoncent régulièrement la présence dans le pays de "mercenaires" du groupe privé russe Wagner, accusations fermement démenties par Bamako.

C'est "durant la première semaine d'avril" que le GSIM affirme avoir "capturé un soldat des forces russes Wagner dans la région de Ségou", dans le centre du Mali.

<p>Des militaires maliens à Tombouctou le 9 septembre 2021</p>

"Ces forces meurtrières ont participé avec l'armée malienne à une opération de parachutage sur un marché dans le village de Moura où ils ont affronté plusieurs moudjahidines avant d'encercler cette localité pendant cinq jours et tuer des centaines de civils innocents", ajoute le communiqué du GSIM.

- "Crise multiforme" -

Moura a été le théâtre fin mars d'une opération controversée de l'armée malienne. Selon les autorités de Bamako, les soldats maliens y ont "neutralisé" 203 jihadistes, mais l'ONG Human Rights Watch (HRW) accuse des membres des Forces armées maliennes (FAMa) d'y avoir exécuté sommairement 300 civils, avec l'aide de combattants étrangers.

Depuis lors, la mission des Nations unies (Minusma) demande en vain à Bamako de pouvoir se rendre sur place pour enquêter afin de faire la toute la lumière sur ces événements.

Selon des sources concordantes, un ressortissant russe en opération avec des soldats maliens a été tué le 19 avril dans le centre du Mali. Il s'agit du premier décès confirmé d'un Russe dans le cadre d'opérations militaires dans le pays depuis que la junte a pris le pouvoir en 2020.

Lundi, selon des sources militaires et un élu local, quatre soldats maliens ont été tués par un engin explosif artisanal dans la zone de Bandiagara-Bankass (centre), mais le bilan de cette attaque pourrait n'être encore que "provisoire", a souligné l'élu.

<p>Des soldats maliens en patrouille entre Mopti et Djenné, dans le centre du Mali, le 28 février 2020</p>

De son côté, le président de la Commission de l'Union africaine, Moussa Faki Mahamat a condamné "fermement" dans un communiqué les attaques de la veille contre les camps des FAMa, estimant que ces "attentats terroristes ignobles" contre des positions de l'armée "en zones urbaines [avaient causé] un sérieux traumatisme aux populations déjà durement éprouvées par la crise multiforme que connaît le pays".

Dimanche, l'armée malienne avait annoncé la mort de six soldats dans trois attaques simultanées avec des "véhicules bourrés d'explosifs", contre trois camps militaires dans le centre du pays. Les attaques ont été revendiquées par un groupe de combattants du GSIM.

<p>Un Malien habillé d'un faux uniforme russe lors d'une manifestation contre les sanctions internationales visant le Mali, à Bamako le 14 janvier 2022</p>

Le Mali est plongé depuis 2012 dans une crise sécuritaire profonde que le déploiement de forces étrangères n'a pas permis de régler. La junte militaire au pouvoir s'est rapprochée de Moscou en même temps qu'elle se détournait de la France, engagée militairement dans le pays contre les jihadistes depuis 2013.

- Civils "en détresse" -

Parties du nord du pays, les violences jihadistes se sont étendues vers le centre et le sud avant que le conflit ne se complique avec l'apparition de milices communautaires et de bandes criminelles.

Le conflit a fait des milliers de morts, civils et combattants, et le centre du Mali est actuellement un des principaux foyers de la crise sahélienne.

Notant "une détérioration marquée de la situation sécuritaire [...] ces dernières semaines dans la région de Ménaka" (nord-est), la Minusma a annoncé lundi avoir "intensifié ses activités de sécurisation et de protection", dans cette ville.

Les Casques bleus y mènent "de concert avec les forces de défense et de sécurité maliennes [...] de jour comme de nuit, des patrouilles quotidiennes", indique la mission onusienne, précisant que ses troupes opèrent également "dans les environs immédiats de Ménaka et au-delà".

Ménaka est située dans la vaste région dite des trois frontières, aux confins du Mali, du Niger et du Burkina Faso, où la Minusma notait fin mars l'effet "dévastateur sur la population civile déjà en détresse" de la multiplication d'"attaques de groupes armés terroristes" ayant fait des dizaines de morts.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Sur le même sujet