Washington réunit ses alliés pour armer l'Ukraine, Guterres plaide pour une trêve à Moscou

Sylvie LANTEAUME avec Daphné ROUSSEAU à Barvinkove
<p>Le ministre américain de la Défense Lloyd Austin (c) lors d'une réunion avec ses homologues alliés sur la situation en Ukraine à la base américaine de Ramstein, le 26 avril 2022 en Allemagne</p>

Les Etats-Unis sont prêts à "remuer ciel et terre" pour faire gagner l'Ukraine contre la Russie, a affirmé mardi le chef du Pentagone lors d'une réunion avec ses homologues alliés en Allemagne, alors que le secrétaire général de l'ONU plaidait pour un cessez-le-feu à Moscou.

"L'Ukraine croit clairement qu'elle peut gagner et c'est aussi le cas de tout le monde ici", a déclaré le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin à l'ouverture de cette réunion organisée par Washington sur la base aérienne américaine de Ramstein, afin d'accélérer les livraisons d'équipements militaires que l'Ukraine réclame pour repousser l'invasion russe lancée le 24 février.

"Nous allons continuer à remuer ciel et terre pour pouvoir les satisfaire", a ajouté le ministre, qui s'est rendu dimanche avec le secrétaire d'Etat Antony Blinken à Kiev, où ils ont rencontré le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

Les Ukrainiens ont surpris le monde en mars en repoussant une offensive russe sur Kiev, mais font face à des bombardements incessants et une lente progression de l'armée russe dans le Donbass, dans l'est - que des séparatistes prorusses contrôlent déjà en partie depuis 2014 - et dans le sud du pays.

Les Russes affichent leur objectif de prendre le contrôle total de ces deux régions.

Après avoir initialement rechigné à fournir des armes offensives à l'Ukraine, les Etats-Unis, comme la Grande-Bretagne, la France ou la République tchèque ont franchi le pas.

Même l'Allemagne devrait annoncer mardi la livraison de chars de type "Guepard", spécialisés dans la défense anti-aérienne, selon une source gouvernementale.

<p>Le ministre américain de la Défense Lloyd Austin (c) lors d'une réunion avec ses homologues alliés sur la situation en Ukraine à la base américaine de Ramstein, le 26 avril 2022 en Allemagne Participants attend a meeting with members of a Ukraine Security Consultative Group at the US Air Base in Ramstein, western Germany, on April 26, 2022.</p>

Selon Mike Jacobson, spécialiste civil de l'artillerie, les Occidentaux veulent permettre aux Ukrainiens de riposter aux bombardements russes de longue portée, qui visent à faire reculer le gros des forces ukrainiennes pour pouvoir ensuite envoyer chars et soldats occuper le terrain.

A plus long terme, "nous voulons voir la Russie affaiblie à un degré tel qu'elle ne puisse plus faire le même genre de choses que l'invasion de l'Ukraine", avait affirmé lundi M. Austin.

- Frappes russes -

Le président Zelensky assure que la victoire ukrainienne n'est qu'une question de temps. "Grâce au courage de tous les Ukrainiens, de toutes les Ukrainiennes, notre Etat est un véritable symbole de la lutte pour la liberté", a-t-il affirmé lundi soir.

<p>Un soldat ukrainien en prend un missile balistique russe tombé sur un champ à Bohodarove, le 25 avril 2022 dans l'est de l'Ukraine</p>

Mais sur le front du Donbass, la situation est compliquée, et "sur le plan du moral, ce n'est pas rose du tout", a indiqué à l'AFP Iryna Rybakova, officière de presse de la 93e brigade ukrainienne.

Plusieurs localités comme Izioum et Kreminna sont tombées ces deux dernières semaines et l'armée russe continue de grignoter du terrain, poche par poche.

Dans les régions du Donbass comme dans le sud, "l'ennemi effectue des frappes sur les positions de nos troupes sur toute la longueur de la ligne de front avec mortiers, artillerie et lance-roquettes multiples", a indiqué mardi le ministère de la Défense ukrainien sur Telegram.

Dans la région de Lougansk notamment, la ville de Popasna continue d'être pilonnée, avec trois morts retrouvés sous les décombres d'un immeuble effondré, a indiqué mardi son gouverneur Serguiï Gaïdaï. Et dans la région de Donetsk, au moins deux civils ont été tués et six autres blessés dans différentes localités, selon son gouverneur Pavlo Kyrylenko.

Dans le sud, deux missiles russes ont touché mardi matin la ville de Zaporijjia, faisant au moins un mort et un blessé et touchant une entreprise non précisée, selon l'administration régionale.

<p>Carte de la situation en Ukraine au 26 avril à 7h00 GMT</p>

Zaporijjia, grand centre industriel sur le fleuve Dniepr, au sud duquel se trouve aussi la plus grande centrale nucléaire d'Europe, a été ces dernières semaines le point d'accueil des civils ukrainiens fuyant le siège de Marioupol et d'autres villes bombardées du Donbass.

Le ministère ukrainien de la Défense a affirmé mardi que la ville se prépare maintenant à une attaque des forces russes venues de la côte.

- Azovstal toujours pilonnée -

La situation semble par ailleurs bloquée à Marioupol, presqu'entièrement contrôlée par les Russes mais où sont toujours coincés quelque 100.000 civils selon Kiev.

<p>Un immeuble détruit par un bombardement à Hulyaipole, au sud-est de Zaporijjia, le 25 avril 2022 dans l'est de l'Ukraine</p>

Les forces russes continuent d'y pilonner le vaste complexe métallurgique Azovstal, où sont retranchés les derniers combattants ukrainiens avec selon eux près de 1.000 civils, a indiqué mardi le gouverneur Kyrylenko.

"Les bombardements continuent constamment, à l'artillerie lourde et à l'aviation (...) "nous ne pouvons compter que sur nos propres forces", a-t-il déclaré.

Moscou a accusé Kiev d'avoir empêché lundi les civils de quitter Azovstal. Mais l'Ukraine a rétorqué qu'il n'y avait eu aucun accord avec la Russie pour garantir leur sécurité.

- Guterres à Moscou -

Alors que les pourparlers russo-ukrainiens semblent plus que jamais dans l'impasse, la menace d'une extension du conflit demeure, notamment à la Moldavie, à la frontière sud de l'Ukraine.

La présidente moldave réunissait mardi son conseil de sécurité nationale après une série d'explosions dans la région séparatiste de Transdniestrie, soutenue par Moscou.

Un général russe, Roustam Minnekaïev, avait indiqué la semaine dernière que la prise du sud de l'Ukraine permettrait aux Russes d'avoir un accès direct à cette région.

<p>le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres (g) et le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, le 26 avril 2022 à Moscou</p>

C'est dans ce contexte que le secrétaire général des Nations unies rencontrait mardi les dirigeants russes, pour sa première visite en Russie depuis le début d'un conflit qui a chamboulé les grands équilibres mondiaux et anéanti toute coopération entre Moscou et les Occidentaux.

"Ce qui nous intéresse beaucoup, c'est de trouver les moyens de créer les conditions pour un dialogue efficace, créer les conditions pour un cessez-le-feu dans les plus brefs délais", a déclaré Antonio Guterres, avant des discussions avec le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov puis avec le président Vladimir Poutine.

Malgré une situation "complexe, avec des interprétations différentes de ce qui s'y passe", "un dialogue sérieux sur la manière d'oeuvrer au mieux pour minimiser la souffrance des gens" est possible", a estimé M. Guterres, qui devait ensuite se rendre à Kiev.

<p>Des réfugiés ukrainiens attendent un bus au point de passage de Medyka, le 8avril 2022 en Pologne</p>

En deux mois, le conflit a jeté sur les routes près de 13 millions d'Ukrainiens. Plus de cinq millions d'entre eux ont fui l'Ukraine, selon l'ONU, qui prévoit que ce chiffre dépasse les 8 millions d'ici fin 2022.

Le Haut Commissariat aux réfugiés (HCR) - qui au début du conflit tablait sur 4 millions de réfugiés - demande 1,85 milliard de dollars pour soutenir ses actions et celles de ses partenaires en faveur des personnes fuyant l'Ukraine.

Les Nations unies ont par ailleurs annoncé mardi avoir doublé leur appel d'urgence pour apporter de l'aide humanitaire à 8,7 millions de personnes restées en Ukraine, portant le total à 2,25 milliards de dollars.

burx-cat/uh/sg

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Sur le même sujet