10 terrains de football de forêt tropicale primaire détruits chaque minute en 2021

Kelly MACNAMARA
<p>Des troupeaux de bétail près d'un feu illégal dans la forêt amazonienne, le 15 septembre 2021 à Labrea, au Brésil</p>

De vastes étendues de forêts tropicales ont été brûlées ou coupées en 2021, remplacées par des cultures ou de l'élevage, en particulier au Brésil, ont averti jeudi des chercheurs, alors que le changement climatique complique la préservation du couvert forestier.

Environ 11,1 millions d'hectares de forêts ont été perdus dans les régions tropicales l'an dernier, dont 3,75 millions dans des forêts primaires, selon l'étude annuelle du Global Forest Watch (GFW), du World resources institute (WRI) et de l'université du Maryland.

"C'est 10 terrains de football par minute. Et ça dure depuis un an", s'alarme Rod Taylor, qui dirige le programme forêts du WRI, en parlant des forêts primaires.

La destruction de ces forêts intactes a relâché 2,5 gigatonnes de CO2 dans l'atmosphère en 2021, l'équivalent des émissions annuelles de l'Inde, selon les calculs des chercheurs.

<p>Graphique montrant les dix pays avec la plus grande surface de forêts tropicales primaires disparues en 2021, en million d'hectares</p>

Plus de 40% de la forêt primaire perdue en 2021 l'a été au Brésil, avec environ 1,5 million d'hectares coupés ou partis en fumée, suivi par la République démocratique du Congo avec près de 500.000 hectares détruits.

La Bolivie a connu son plus haut niveau de destruction de sa forêt depuis le début des mesures en 2001, avec près de 300.000 hectares.

Au-delà des tropiques, le rapport montre que les forêts boréales de l'hémisphère nord ont subi la plus grande perte de couvert forestier en deux décennies.

- Effet boule de neige -

Rien qu'en Russie, une saison d'incendies exceptionnelle a entraîné la perte de 6,5 millions d'hectares de forêts, un record.

<p>Un agriculteur laboure un champ à Alta Floresta, dans le Mato Grosso, le 27 août 2021 au Brésil</p>

Les chercheurs mettent en garde contre un potentiel "effet boule de neige", où des incendies plus fréquents conduisent à plus de CO2 dans l'atmosphère, alimentant le réchauffement climatique qui augmente les risques de feux de forêt.

Ces données sont publiées alors que 141 dirigeants mondiaux se sont engagés lors de la COP26 à Glasgow fin 2021 à "stopper et inverser la perte de forêt d'ici 2030".

Il faudra réduire fortement la destruction de la forêt primaire chaque année jusqu'à la fin de la décennie pour atteindre ce but, préviennent les chercheurs.

<p>Carte montrant l'évolution de la couverture forestière en République démocratique du Congo entre 2001 et 2021, selon les données de Global Forest Watch</p>

"Le changement climatique lui-même rend plus difficile le maintien de la forêt que nous avons encore", souligne Frances Seymour du WRI, ajoutant que cela montre l'obligation de réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Une étude récente suggère que la forêt amazonienne pourrait être plus proche d'un "point de bascule" que ce qui était estimé jusqu'alors. Elle pourrait se transformer en savane et libérer de vastes quantités de CO2 dans l'atmosphère.

- "Désastre" -

Le Brésil, qui abrite environ un tiers de la forêt tropicale primaire restante dans le monde, a vu le rythme de destruction de ses forêts s'accélérer ces dernières années.

<p>Carte représentant la surface actuellement boisée en Amazonie et la surface de forêt perdue depuis 2001</p>

Les destructions qui ne sont pas causées par le feu, souvent liées à la création de zones agricoles selon WRI, ont progressé de 9% comparé à 2020.

Ce pourcentage dépasse les 25% dans certains Etats de l'ouest de l'Amazonie brésilienne.

"Nous savions déjà que ces pertes sont un désastre pour le climat. Elles sont un désastre pour la biodiversité. Elles sont un désastre pour les peuples indigènes et les communautés locales", insiste Frances Seymour, soulignant que des études récentes montrent que les forêts permettent aussi de rafraichir l'atmosphère.

En Indonésie en revanche, des actions menées par le gouvernement et le secteur privé ont permis de ralentir la perte de forêt primaire de 25% comparé à 2020, pour la cinquième année consécutive, après des niveaux très élevés.

<p>Un exploitant d'huile de palme à Kampar, en Indonésie, le 18 août 2018</p>

La fin d'un gel temporaire sur les nouvelles exploitations d'huile de palme, ainsi que des prix pour l'huile de palme au plus haut depuis 40 ans, pourraient toutefois mettre à mal ces efforts, selon WRI.

"Il est clair que nous ne faisons pas assez pour fournir des mesures incitatives à ceux qui sont en position de stopper la perte de la forêt, de protéger les étendues de forêts primaires restantes", constate Frances Seymour.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Sur le même sujet