Dernier Conseil des ministres en attendant un nouveau gouvernement

Jérémy MAROT
<p>Le Premier ministre Jean Castex lors de son premier conseil des ministres le 7 juillet 2020</p>

L'heure des adieux: le Conseil des ministres se réunit jeudi midi, a priori pour la dernière fois de l'ère Macron 1, en attendant la formation d'un nouveau gouvernement pour le deuxième quinquennat, aux contours bien incertains.

L'exercice formel hebdomadaire prend cette fois un tour plus convivial, puisqu'à l'ultime adoption de projets de loi techniques s'ajoute "un buffet déjeunatoire" pour les 40 membres du gouvernement autour d'Emmanuel Macron.

"Ce sera gai et joyeux", a assuré jeudi la ministre de la Culture Roselyne Bachelot sur LCI. Tout en convenant du risque de coup de blues pour les ex, car "en quittant une fonction ministérielle, il y a toujours un moment de passage à vide".

Quatre jours après la réélection d'Emmanuel Macron, ministres et secrétaires d'Etat attendent toujours d'être fixés sur leur sort, le chef de l'Etat maintenant le suspense à la fois sur son calendrier et son casting. De sources concordantes au sein de l'exécutif, la réponse ne devrait pas intervenir avant la semaine prochaine.

Ces heures de transition tournent donc au "supplice chinois pour tout le monde", dixit un ministre. Qui prévient: "Emmanuel Macron va prendre son temps. Mais n'est-ce pas un peu vain d'en parler ?".

Marmoréen sur ses intentions, le chef de l'Etat s'amuse à disséminer des petits cailloux sur le profil du successeur de Jean Castex à Matignon, après avoir déjà dit que le Premier ministre serait directement chargé de la "planification écologique". "Mais je n'ai pas le sentiment qu'il ait arrêté son choix", susurre le même ministre.

Mercredi, lors d'une visite surprise sur un marché de Cergy (Val-d'Oise), le président a assuré que le prochain chef du gouvernement devrait être "attaché à la question sociale, à la question environnementale, à la question productive".

"Je crois au dépassement, la couleur politique ne dit pas tout", a-t-il aussi souligné, comme pour mieux brouiller les pistes après une nette inflexion à gauche durant sa campagne d'entre-deux tours.

M. Macron doit jongler avec plusieurs données dans l'équation.

Bien sûr, il y a la tonalité qu'il souhaite insuffler en vue des législatives (12-19 juin) après avoir choisi deux Premiers ministres venant de la droite, l'un plus techno (Edouard Philippe) et l'autre se revendiquant "des territoires" (Jean Castex). Surtout, traîne ce "souhait", émis en 2017 mais jamais satisfait, de nommer un jour une femme à ce poste.

Enfin, il faudra parvenir à contenir une majorité sans doute plus remuante et composite que lors de la précédente législature, à mesure que s'aiguiseront les appétits pour 2027.

- Quels "survivants" ? -

La nature de l'écosystème politique et médiatique ayant horreur du vide, le jeu des spéculations tourne donc à plein ces derniers jours, chacun se muant en DRH plus ou moins bien intentionné.

La nom de l'actuelle ministre du Travail Elisabeth Borne revient donc régulièrement, au même titre que celui du ministre de l'Agriculture Julien Denormandie, voire de l'eurodéputé Pascal Canfin, président de commission environnement, qui a cependant lui-même balayé l'idée sur franceinfo.

Quelques élus locaux sont également poussés dans la presse, comme la présidente LR de la région Pays de Loire Christelle Morançais ou l'ancienne ministre LR Catherine Vautrin.

M. Macron devra aussi veiller au subtil équilibrage de son gouvernement, entre sortants et entrants, politiques et société civile, femmes et hommes, sans compter les différentes sensibilités de la majorité.

<p>Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal quitte l'Elysée après un conseil des ministres les 1er décembre 2021</p>

Plusieurs sources au sein de l'exécutif prédisent un fort renouvellement: "je ne suis pas sûr qu'il y ait beaucoup de survivants", avance ainsi un ministre.

Bruno Le Maire, Gérald Darmanin, Olivier Véran, Olivier Dussopt, Gabriel Attal, Sébastien Lecornu ou encore Amélie de Montchalin semblent partis pour rempiler. Mais quid de Jean-Michel Blanquer, Florence Parly, Eric Dupond-Moretti ou encore Marlène Schiappa ?

En attendant, l'atmosphère de la fin d'une période a saisi les cabinets où s'enchaînent les pots de départ. Les services de Matignon ont distribué en fin de semaine dernière les consignes administratives (archivage des documents, congés non pris etc) et les cartons ont été livrés dans la plupart des ministères.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Sur le même sujet