Le point sur l'invasion russe de l'Ukraine

Afp
<p>Un missile antichar près de Yampil, dans l'est de l'Ukraine, le 27 avril 2022</p>

Situation sur le terrain, réactions internationales, sanctions : le point sur l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

- Gazprom suspend ses livraisons à deux pays, l'UE réagit-

Le groupe russe Gazprom a annoncé mercredi avoir suspendu toutes ses livraisons de gaz à la Bulgarie et à la Pologne, assurant que ces deux pays n'avaient pas payé en roubles, comme l'exige depuis mars Vladimir Poutine.

Dénonçant un nouveau "chantage au gaz", la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a affirmé que ces deux pays membres de l'UE et de l'Otan, très dépendants de l'"or bleu" russe, étaient désormais approvisionnés "par leurs voisins de l'Union européenne".

La Commission européenne a également proposé de suspendre pendant un an tous les droits de douane sur les produits ukrainiens importés dans l'UE. Cette proposition doit encore être approuvée par le Parlement européen et les 27 Etats membres.

Le président Zelensky a salué ce plan, ajoutant que la Russie "essayait de provoquer une crise mondiale des prix" et de semer le "chaos" sur le marché alimentaire mondial.

- Réunion des ministres de l'Energie -

Les ministres européens en charge de l'énergie se réuniront lundi 2 mai en "session extraordinaire", a annoncé mercredi soir la ministre française en charge de la Transition écologique, Barbara Pompili.

- Kiev s'attend à "des semaines extrêmement difficiles" -

Le ministre ukrainien de la Défense, Oleksiï Reznikov, a dit mercredi s'attendre à "des semaines extrêmement difficiles" face à l'armée russe qui "a déjà accumulé des forces pour une offensive majeure dans l'est", la priorité de Moscou. Il a appelé les Ukrainiens à "la résilience et l'unité".

Les forces russes, qui intensifient depuis deux semaines leur offensive sur le Donbass, ont annoncé mercredi avoir effectué des frappes aériennes sur 59 cibles ukrainiennes.

Parallèlement, l'armée ukrainienne a reconnu des avancées russes dans l'est, dans la région de Kharkiv et dans le Donbass.

Le ministère russe de la Défense a affirmé que "des hangars avec une grande quantité d'armes et de munitions étrangères, livrées aux forces ukrainiennes par les Etats-Unis et des pays européens, avaient été détruits avec des missiles Kalibr tirés de la mer sur l'usine d'aluminium de Zaporojie", dans le sud de l'Ukraine.

Le gouverneur de cette région a cependant apporté un ferme démenti: "Aucun dépôt de munitions et d'armes n'a été touché à Zaporojie", a-t-il rétorqué, martelant que l'usine atteinte "n'était plus opérationnelle depuis six ans".

- Londres appelle à fournir des armes lourdes -

La ministre britannique des Affaires étrangères Liz Truss a appelé mercredi à un renforcement des livraisons d'armes lourdes et d'avions à l'Ukraine, soulignant que le temps est au "courage" face à la Russie.

"Armes lourdes, chars, avions - creuser dans nos stocks, accélérer la production, nous devons faire tout ça", a-t-elle insisté -- qualifiant Vladimir Poutine "d'opérateur voyou désespéré, qui n'a aucun intérêt pour les moeurs internationales" --, dans un discours à la résidence officielle du lord-maire de la Cité de Londres.

Vladimir Poutine a quant à lui à nouveau mis en garde contre toute intervention extérieure dans le conflit en Ukraine, promettant une riposte "rapide et foudroyante".

- Tirs en Moldavie -

Les autorités de la république séparatiste prorusse de Transdniestrie, en Moldavie, ont de leur côté annoncé qu'un village frontalier de l'Ukraine hébergeant un important dépôt de munitions russes avait été la cible de tirs après avoir été survolé par des drones.

La région non reconnue a signalé ces derniers jours une série d'explosions qu'elle a qualifiées d'"attaques terroristes", ce qui a conduit Kiev à accuser Moscou de chercher à étendre la guerre plus loin en Europe.

Le ministre moldave des Affaires étrangères, Nicu Popescu, a qualifié ces événements de "dangereuse détérioration de la situation".

<p>Carte de la situation en Ukraine au 27 avril à 7h00 GMT</p>

- Le patron de l'ONU en Ukraine -

Le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres est arrivé mercredi en Ukraine, sa première visite dans ce pays depuis le début de l'invasion russe le 24 février.

M. Guterres doit se rendre jeudi matin à Borodianka, Irpin et Boutcha, théâtres d'exactions pendant l'occupation russe en mars, avant de rencontrer le ministre des Affaires étrangères Dmytro Kouleba et le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

- Tourisme : la Russie suspendue de l'OMT -

<p>Karolina, 9 ans, porte sa sœur de 7 mois à l'entrée du bunker d'une usine de verre fermée à Lysychansk, dans l'est de l'Ukraine, le 27 avril 2022</p>

La Russie a été suspendue mercredi de l'Organisation mondiale du tourisme (OMT) en raison de son invasion de l'Ukraine, jugée contraire aux "valeurs" de l'organisation.

Anticipant une possible suspension, la Russie avait elle-même annoncé dans la matinée à l'ouverture des débats devant l'assemblée générale à Madrid vouloir se retirer de l'agence, qui regroupe 159 États membres.

- 200 attaques informatiques contre l'Ukraine -

Des groupes liés à l'Etat russe ont mené plus de 200 attaques informatiques contre l'Ukraine et ses infrastructures depuis les prémices de l'invasion de l'armée russe, selon un rapport de Microsoft publié mercredi.

<p>Un bâtiment endommagé par un bombardement à Kharkiv, dans l'est de l'Ukraine, le 27 avril 2022</p>

Ces attaques "n'ont pas seulement détérioré les systèmes des institutions en Ukraine mais ont également visé la perturbation de l'accès par la population à une information fiable et aux services vitaux dont dépendent les civils, et ont tenté d'ébranler la confiance envers les dirigeants du pays", note Tom Burt, vice-président de Microsoft.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.