Afghanistan: environ 10 morts dans une explosion dans une mosquée sunnite de Kaboul

Abdullah HASRAT
<p>Une ambulance transporte des victimes d'une explosion qui a frappé une mosquée sunnite à Kaboul, le 29 avril 2022 en Afghanisatn</p>

Environ 10 personnes ont été tuées dans une explosion qui a frappé vendredi une mosquée sunnite de Kaboul, après la prière du vendredi, l'Afghanistan connaissant une recrudescence des attaques en cette fin du mois saint du ramadan.

Une série d'attentats meurtriers à la bombe, pour certains revendiqués par le groupe Etat islamique (EI), ont causé des dizaines de morts dans le pays ces deux dernières semaines.

"L'explosion a eu lieu deux heures après la prière du vendredi pendant que les fidèles procédaient à des rituels", a déclaré à l'AFP le porte-parole adjoint du ministère de l'Intérieur, Bismillah Habib, ajoutant qu'environ 15 personnes avaient été blessées.

Plusieurs ambulances étaient présentes près de la mosquée Khalifa Saib, dans le centre de la capitale, pour transporter les victimes ensanglantées vers un hôpital proche, a constaté un journaliste de l'AFP.

Des combattants talibans empêchaient la presse de pénétrer dans l'hôpital.

"De nombreux fidèles étaient à la mosquée (...) quand l'explosion a eu lieu. Plusieurs victimes ont été renversées (par le souffle)", a raconté à l'AFP un survivant, qui a dit s'appeler Ahmad.

Cette explosion survient quelques heures après la diffusion d'un message du chef suprême du pays, Hibatullah Akhundzada, avant l'Aïd el-Fitr, la "fête de la rupture du jeûne" qui marque la fin du ramadan.

<p>Carte d'Afghanistan localisant la capitale, Kaboul</p>

Il n'a pas évoqué les récentes attaques, se réjouissant seulement que l'Afghanistan ait été capable de créer "une forte armée islamique et nationale", ainsi qu'un "solide service de renseignement".

La sécurité s'était grandement améliorée en Afghanistan après le retour au pouvoir des talibans en août, même si l'Etat islamique-Khorasan (EI-K), la branche régionale de l'EI, continuait de mener des attaques meurtrières.

- Des attentats plus fréquents -

La fréquence des attentats a cependant beaucoup augmenté en avril, visant en particulier la minorité chiite hazara, considérée comme hérétique par les jihadistes de l'EI.

<p>Des habitants près des lieux d'une explosion contre une mosquée sunnite, le 29 avril 2022 à Kaboul, en Afghanistan</p>

Jeudi, des attentats à la bombe, revendiqués par l'EI, contre deux minibus transportant des passagers chiites, ont fait au moins neuf morts à Mazar-i-Sharif (nord).

Le 21 avril, une mosquée chiite de cette ville avait aussi la cible d'une bombe. Au moins 12 morts avaient été tuées et 58 blessés, et là encore l'EI avait revendiqué l'attaque.

Le lendemain, au moins 36 personnes, dont des enfants, avaient trouvé la mort dans un autre attentat à la bombe contre une mosquée sunnite fréquentée par des soufis pendant la prière du vendredi à Kunduz (nord-est).

Quelques jours auparavant, des explosions dans une école pour garçons d'un quartier chiite de Kaboul avaient fait six morts.

La communauté chiite, qui est essentiellement d'ethnie hazara et représente entre 10 et 20% de la population afghane (environ 40 millions d'habitants), est persécutée de longue date dans ce pays à majorité sunnite.

Les talibans tentent de minimiser la menace de l'EI-K et mènent une lutte sans pitié contre le groupe, qu'ils combattent depuis des années. Ils ont multiplié les raids, notamment dans la province orientale de Nangarhar, et arrêté des centaines d'hommes accusés d'en faire partie.

Ils assurent depuis quelques mois avoir vaincu l'EI-K, mais les analystes estiment que le groupe extrémiste constitue toujours le principal défi sécuritaire pour le nouveau pouvoir afghan.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.