Alexanda Kotey, un des "Beatles" du groupe Etat islamique, condamné à la perpétuité aux Etats-Unis

Charlotte PLANTIVE
<p>Photomontage montrant El Shafee el-Sheikh et Alexanda Kotey (à droite), deux combattants britanniques du groupe Etat islamique, diffusé par les Forces démocratiques syriennes (SDF) en février 2018</p>

L'un des cruels "Beatles" de l'Etat islamique (EI), des jihadistes spécialisés dans la capture, la torture et l'exécution d'otages occidentaux, a été condamné vendredi à la prison à perpétuité par un tribunal fédéral aux Etats-Unis.

Alexanda Kotey, ancien ressortissant britannique âgé de 38 ans, avait plaidé coupable en septembre, admettant sa responsabilité dans la mort de quatre otages américains en Syrie et, plus largement, dans les sévices endurés par leurs prisonniers.

Un autre membre de la cellule des "Beatles", El Shafee el-Sheikh, arrêté avec lui par les forces kurdes syriennes en 2018, a été déclaré coupable en avril par un jury populaire, à l'issue d'un procès éprouvant qui avait exposé leur sadisme au grand jour. Sa peine sera prononcée le 12 août.

Les deux hommes, pour qui la peine de mort était exclue en raison d'un accord avec Londres, étaient présents vendredi dans le tribunal d'Alexandria, près de Washington, où les proches de leurs victimes ont pu s'adresser directement à eux.

"Vous avez enlevé, torturé et participé aux meurtres de personnes bonnes et innocentes, et vous devrez désormais vivre avec ça toute votre vie", leur a notamment lancé la Britannique Bethany Haines.

"Vous avez perdu tous les deux!", a ajouté la jeune femme, dont le père David Haines, un travailleur humanitaire, a été décapité par le troisième membre des "Beatles", Mohammed Emwazi, tué par une attaque de drone en 2015.

- "Film d'horreur" -

<p>Le tribunal fédéral d'Alexandria où se déroule le procès d'El Shafee el-Sheikh, le 5 avril 2022 en Virginie</p>

Les trois jihadistes, qui ont grandi et se sont radicalisés à Londres, avaient été surnommés les "Beatles" par leurs otages en raison de leur accent britannique.

Actifs en Syrie de 2012 à 2015, ils ont supervisé la détention d'au moins 27 journalistes et travailleurs humanitaires venus des Etats-Unis, du Royaume-Uni, de France, d'Espagne, d'Italie, d'Allemagne, du Danemark, de Suède, de Belgique, du Japon, de Nouvelle-Zélande et de Russie.

Une dizaine ont été exécutés et leur mort avait été mise en scène dans des vidéos de propagande de l'EI qui ont choqué le monde entier.

Parmi leurs victimes figurait notamment le journaliste américain Steven Sotloff. Vendredi, sa mère Shirley a exhorté à plusieurs reprises les deux jihadistes à "la regarder dans (les) yeux", alors qu'elle décrivait "l'impact inimaginable" de leurs actes sur sa famille.

"La mort de Steven était comme un film d'horreur diffusé en direct dans le monde entier (...) Pour notre famille, il ne se déroule pas sur un écran mais dans nos têtes, chaque jour", leur a-t-elle expliqué, en espérant qu'ils y "pensent chaque jour du reste de leur vie".

- "Besoin de vérité" -

<p>(De G à D) Kayla Mueller, James Foley, Peter Kassig et Steven Sotloff, otages américains du groupe Etat islamique (EI) en Syrie</p>

Marsha Mueller, dont la fille Kayla est morte dans des circonstances confuses après avoir été l'esclave sexuelle du chef de l'EI Abou Bakr al-Baghdadi, a souhaité qu'ils l'aident à comprendre ce qui est arrivé à sa fille.

"On a appris certaines choses, des histoires de viols, de coups, de terreur et d'horreur. Mais je veux connaître toute la vérité, même si c'est dur à entendre (...) J'ai besoin de vivre ces horreurs avec elle".

Alexanda Kotey n'a pas pris la parole et n'a pas manifesté d'émotion au moment où le juge TS Ellis a prononcé sa sentence. Ses avocats ont toutefois assuré qu'il avait des remords et acceptait de rencontrer les familles de ses victimes.

Le juge a autorisé qu'il reste en détention à Alexandria jusqu'en juillet, afin de laisser le temps aux autorités et à ses avocats de négocier la prison où il purgera sa peine. Il a rappelé que, dans le cadre de l'accord de plaider-coupable, les procureurs s'étaient engagés à faciliter son transfert au Royaume-Uni d'ici 15 ans.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.