La Chine fidèle au zéro Covid, concerts de casseroles à Shanghai

Beiyi SEOW, Ludovic EHRET
<p>Un habitant de Canton se fait tester pour le Covid-19 dans sa ville, le 28 avril 2022</p>

La Chine a déclaré vendredi qu'elle poursuivrait sa stratégie zéro Covid, "atout majeur" contre le coronavirus, malgré la frustration croissante à Shanghai où des habitants confinés protestent désormais en frappant leurs casseroles aux fenêtres.

Largement épargné depuis deux ans, le géant asiatique affronte sa pire flambée épidémique depuis le printemps 2020. Le ministère de la Santé a encore annoncé plus de 15.500 nouveaux cas positifs au cours des dernières 24 heures.

Dans la métropole de Shanghai (est), de loin la plus touchée et dont les 25 millions d'habitants sont confinés depuis début avril, les autorités ont rapporté vendredi 52 morts supplémentaires - tous non vaccinés.

La stratégie zéro Covid consiste en différentes mesures : confinements de quartiers ou de villes dès l'apparition de cas, mise en quarantaine des personnes testées positives, même asymptomatiques, ou encore dépistages massifs.

"C'est un atout majeur pour prévenir et maîtriser l'épidémie" en Chine, où vivent 1,4 milliard de personnes, a plaidé vendredi devant la presse Li Bin, un vice-ministre de la Santé.

"Notre pays est très peuplé, avec des déséquilibres régionaux en termes de développement et un manque de ressources médicales. Si nous assouplissons (les mesures) et laissons le virus se propager, beaucoup de personnes seront infectées."

La stratégie zéro Covid a permis de limiter le nombre de morts de la maladie (officiellement moins de 5.000).

Mais les longs confinements pèsent sur l'économie et sont mal vécus par la population.

- Tintamarre -

A Shanghai, des habitants confinés se plaignent de n'avoir pas suffisamment de légumes frais ni de viande.

Des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux jeudi soir, rapidement censurées, montrent des résidents frappant sur leurs casseroles et leurs poêles à leurs fenêtres, tout en criant vouloir des "provisions".

Une Shanghaïenne a raconté à l'AFP, sous couvert d'anonymat par crainte d'éventuelles représailles, qu'elle avait vu une annonce au préalable sur internet. Elle s'est jointe au concert après avoir entendu le tintamarre à l'extérieur.

<p>Des habitants font la queue pour se faire tester pour le coronavirus à Canton, en Chine, le 28 avril 2022</p>

"J'ai vu plein de vidéos de ce style, envoyées par des gens qui habitent dans différents districts", dit-elle.

Le confinement représente un défi logistique titanesque puisqu'il faut ravitailler 25 millions d'habitants malgré le manque de livreurs.

Les censeurs de l'internet ont fort à faire face à des vidéos virales qui font rapidement le tour des réseaux sociaux. Ils effacent la plupart des contenus faisant état de dysfonctionnements administratifs ou de plaintes des habitants.

Une censure qui alimente aussi le mécontentement des Shanghaïens.

Si beaucoup de pays ont levé leurs restrictions sanitaires après leurs campagnes de vaccination, Pékin estime cette stratégie impossible à court terme et trop risquée pour son système de santé.

- "Impasse" -

Autre problème soulevé par Liang Wannian, chef de l'équipe d'experts contre le Covid missionné par le ministère de la Santé: le taux de vaccination insuffisant des personnes âgées en Chine.

Cette politique sanitaire devrait en tout cas lourdement pénalisé le secteur touristique lors des vacances du 1er-Mai, qui débutent samedi et durent cinq jours.

<p>Une femme se fait tester pour le coronavirus dans un centre de dépistage installé devant des immeubles de bureau à Pékin, le 29 avril 2022</p>

Les Chinois en profitent généralement pour partir en vacances, mais le ministère des Transports prévoit déjà une chute de 62% des voyages par rapport à 2021.

Pour le président de la Chambre de commerce de l'Union européenne (UE) en Chine, Joerg Wuttke, la priorité des autorités est en fait ailleurs.

"Les maires, les responsables politiques régionaux, n'ont tous qu'une seule boussole en ce moment: le zéro Covid" qui est une "impasse", a-t-il estimé dans une interview jeudi au média The Market, du quotidien suisse Neue Zürcher Zeitung. "Ils ne se soucient pas de l'économie à court terme."

Selon M. Wuttke, cette politique sanitaire va perdurer jusqu'au 20e Congrès du Parti communiste chinois (PCC) fin 2022, au cours duquel le président Xi Jinping devrait obtenir un troisième mandat à la tête du régime.

"Il ne peut pas changer de discours (vis-à-vis du Covid) si près de la ligne d'arrivée", estime M. Wuttke.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.