Le point sur l'invasion russe de l'Ukraine

Afp
<p>Des soldats ukrainiens près de Kramatorsk, dans l'est de l'Ukraine, le 30 avril 2022</p>

Situation sur le terrain, réactions internationales, sanctions: le point sur l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

- Evacuation de civils d'Azovstal -

Des dizaines de civils ont été évacués dimanche de la ville de Marioupol, dans le sud-est de l'Ukraine, où ils étaient piégés dans le complexe sidérurgique d'Azovstal. L'ONU a confirmé que cette opération, commencée samedi et menée en coordination entre l'Ukraine, la Russie et la Croix-Rouge internationale, se poursuivait.

"L'évacuation de civils depuis Azovstal a commencé. Un premier groupe d'environ cent personnes se dirige vers le territoire contrôlé (par l'Ukraine). Demain on va les accueillir à Zaporijjia", une ville située à l'ouest de Marioupol, a écrit sur Twitter le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

Le ministère de la Défense russe a quant à lui affirmé que "80 civils détenus par des nationalistes ukrainiens" avaient été secourus du territoire de l'usine d'Azovstal et évacués vers le village de Bezimennoïé dans la République populaire de Donetsk, "où ils ont reçu un logement, de la nourriture et l'assistance médicale nécessaire".

- Huit civils tués -

Huit civils ont été tués dimanche dans des bombardements sur les régions de Kharkiv et Donetsk, dont quatre dans la seule ville de Lyman, proche du front et sous la menace directe de l'avancée russe, ont annoncé les gouverneur régionaux.

"Bombardements russes dans la région de Donetsk: quatre civils tués, tous de Lyman", a indiqué sur Telegram le gouverneur de la région de Donetsk, Pavlo Kyrylenko, ajoutant que sept civils avaient été blessés dans cette ville d'où l'armée ukrainienne a récemment dû se replier.

Un haut responsable militaire ukrainien a souligné "la situation difficile" dans l'Est du pays, notamment dans les régions d'Izioum et de Sieverodonetsk, "où l'ennemi a concentré l'essentiel de ses efforts et ses troupes les plus préparées au combat".

- Visite surprise à Kiev de Nancy Pelosi -

La présidente de la Chambre des représentants, l'Américaine Nancy Pelosi, a rencontré le président ukrainien Volodymyr Zelensky au cours d'une visite surprise à Kiev, qui a eu lieu samedi mais n'a été annoncée que dimanche.

- Pétrole russe: l'UE finalise un embargo progressif -

L'Union européenne finalise un arrêt progressif de ses achats de pétrole et de produits pétroliers à la Russie pour sanctionner la guerre en Ukraine et va annoncer cette semaine un calendrier et de nouvelles mesures, ont confié dimanche plusieurs sources européennes.

"Il y a une volonté politique de cesser les achats de pétrole à la Russie et nous aurons la semaine prochaine des mesures et une décision sur un retrait progressif", a affirmé un responsable européen impliqué dans les discussions.

La Commission européenne doit mettre sur la table une proposition d'embargo "avec une période de transition jusqu'à la fin de l'année", a également indiqué un diplomate européen.

- "Sabotage" en territoire russe -

Après une série d'explosions touchant des infrastructures en Russie, attribuées à des incursions des militaires ukrainiens au-delà de la frontière, le gouverneur de la région russe de Belgorod a fait état d'un incendie samedi dans des installations militaires.

Dans la journée, le gouverneur d'une autre région frontalière, celle de Koursk, avait attribué à un "sabotage" l'effondrement d'un pont de chemin de fer.

- Wimbledon: l'exclusion des Russes "très injuste" (Nadal) -

Rafael Nadal, le joueur de tennis le plus sacré en Grand Chelem, a estimé que l'exclusion du tournoi de Wimbledon des joueurs et joueuses russes et bélarusses en réaction à l'invasion de l'Ukraine était une décision "très injuste", dimanche avant le tournoi de Madrid.

Cette décision est une première dans le tennis mondial et a immédiatement été vivement critiquée par l'ATP et la WTA.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Sur le même sujet